Témoins de JEHOVAH VERITE actif
Témoins de JEHOVAH VERITE actif

forum des discussions sur la bible ouvert a tous.

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Facebook, danger en annuaire inversé !

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Marmhonie

Marmhonie
MODERATEUR
MODERATEUR
Comment éviter que quelqu’un vous retrouve en utilisant Facebook comme annuaire inversé


Facebook, danger en annuaire inversé ! Img_7736-517e43e

En tapant un numéro de téléphone dans « Recherche », il est possible de trouver le compte associé

Facebook, un annuaire inversé ? C’est en tout cas ce qu’a pu constater, dans un tweet posté le 7 mars, Jean-François Pillou, directeur du développement numérique au Figaro. Il y montre comment, en tapant un numéro de téléphone au hasard dans la barre de recherche du réseau social, il parvient à retrouver le profil de la personne à qui le numéro appartient. Explications.

Comment Facebook est devenu le meilleur annuaire inversé
Vous tapez un numéro dans la barre de recherche et hop, v… https://t.co/AtCho5YhA1

Cela signifie qu’on peut retrouver le profil de n’importe qui, y compris le votre
En effet, l’option qui permet de retrouver un profil grâce au numéro de téléphone est activée par défaut, sans que les utilisateurs aient à l’activer au préalable.

Facebook, danger en annuaire inversé ! Fleche-gif-003-10a1736 Or, Facebook connaît les numéros de beaucoup de ses utilisateurs.
En effet, depuis 2012, l’entreprise encourage ces derniers à les donner pour, explique-t-elle dans ses pages d’aide, des questions de sécurité.
En cas de piratage par exemple, cela peut permettre de vérifier si vous êtes bien le détenteur légitime d’un compte.

Pire, l’annuaire inversé ne fonctionne pas qu’avec le numéro de téléphone !
Ça fonctionne également avec certaines adresses e-mail qui ont servi lors de la création du compte. Là encore, il s’agit d’une fonctionnalité activée par défaut.

Pour préserver sa vie privée, il faut absolument désactiver cette option
La bonne nouvelle, c’est que c’est extrêmement simple. Il faut aller sur son compte dans l’onglet « Paramètres », accessible en haut à droite de l’écran en cliquant sur une petite flèche.
Ensuite, sélectionnez « confidentialité ». Par défaut, voici ce que vous obtenez :
Facebook, danger en annuaire inversé ! Img_0537-54172fa

Il vous suffit alors de modifier les paramètres existants, et plus précisément les options « Qui peut vous trouver à l’aide de l’adresse e-mail que vous avez fournie ? » (passez de « Tout le monde » à « Amis »), et « Qui peut vous trouver à l’aide du numéro de téléphone que vous avez fourni ? » (même chose). Désormais, seules les personnes que vous avez acceptées dans votre liste d’amis peuvent vous retrouver grâce à ce moyen.

Notez qu’il est également possible de supprimer son numéro de téléphone, en allant dans « Paramètres » puis « Mobile ». Certaines options ne seront alors plus accessibles, signale alors Facebook, comme le fait de « recevoir des notifications [par SMS] concernant vos invitations d’amis, vos messages, les publications sur votre mur et les mises à jour du statut de vos amis ».

Pénible
Sachez aussi qu’à peine sera-t-il supprimé que Facebook vous invitera à l’ajouter de nouveau, pour « le protéger » et « le rendre plus facile à utiliser » Facebook, danger en annuaire inversé ! Confus-43156
Refusez alors absolument !
Source

Mikael

Mikael
MODERATEUR
MODERATEUR
Nous sommes espionés de toute part.

Marmhonie

Marmhonie
MODERATEUR
MODERATEUR
L'important est qu'ici nous signalons les problèmes et donnons les solutions efficaces.

La solidarité et l'entraide doivent jouer entre nous.

Josué

Josué
Administrateur
Tu as bien raison.

Marmhonie

Marmhonie
MODERATEUR
MODERATEUR
Facebook confronté à une campagne de désabonnements suite au scandale de 50 millions de comptes volés




Facebook, danger en annuaire inversé ! Img_0653-542ae7d

Nous vous offrons dans ce forum toute la dangerosité de Facebook, notamment contre les internautes
Facebook joue depuis des années un rôle trouble notamment contre la foi intime des internautes.
Dans un forum de la honte que, par charité, nous ne nommerons pas, des témoins de Jéhovah avaient été diffamés en ligne depuis le piratage de leurs comptes Facebook, mettant en ligne leurs données personnelles Facebook, danger en annuaire inversé ! 4250753159-2bfe145

Facebook, danger en annuaire inversé ! Img_0653-542ae87

"Quittez Facebook" (#deletefacebook")
Facebook confronté à une campagne de désabonnement et des "class action" après les révélations sur l'utilisation de ses données (AFP/Archives/LOIC VENANCE)
"Quittez Facebook" (#deletefacebook"): mis en cause dans les révélations sur l'utilisation des données de millions d'usagers à leur insu, le réseau social Facebook fait face à une campagne de désabonnements et à la chute de son titre en Bourse.

Son patron-fondateur Mark Zuckerberg a fini par sortir mercredi de son silence pour reconnaître des "erreurs" et promettre des améliorations quant à la protection des données personnelles, en particulier pour les applications tierces auxquelles on se connecte via son compte Facebook.

C'est à travers une application de ce type que des données confidentielles de dizaines de millions de personnes ont fini aux mains de la firme britannique Cambridge Analytica à leur insu
"Il y a encore à faire, nous devons aller plus vite et le faire", a M. Zuckerberg, sur sa page personnelle, aux plus de 2 milliards d'utilisateurs du réseau social mais aussi aux actionnaires qui encaissent de lourdes pertes depuis plusieurs jours. Il s'est dit "responsable de ce qui se passe" sur le réseau Facebook, danger en annuaire inversé ! Woot-1feb7b

Depuis lundi, Facebook a perdu des dizaines de milliards de dollars de valorisation boursière, la chute s'interrompant toutefois mercredi.

La colère contre Facebook était toutefois manifeste
Brian Acton, cofondateur de l'application de messagerie WhatsApp rachetée à prix d'or en 2014 par Facebook, a joint sa voix à celle de nombreux internautes et appelé à quitter le réseau social.

"Il est temps. #deletefacebook"
... a écrit sur son compte Twitter M. Acton, qui travaille désormais pour Signal, une application de messagerie rivale de WhatsApp. "Effacer et oublier. Il est temps de se soucier de la vie privée", a-t-il ajouté.

Plusieurs sites internet proposent des astuces pour se désabonner, avertissant toutefois que le processus de désabonnement est beaucoup plus complexe qu'il n'y paraît.

Facebook propose aux utilisateurs une option "désactiver" son compte, qui permet de suspendre temporairement ce dernier. Le journal de l'utilisateur ne sera plus disponible mais certaines informations comme les messages envoyés resteront visibles.

Quant aux utilisateurs qui optent pour "supprimer", ils ne pourront plus réactiver leur compte. Les messages envoyés à des amis resteront accessibles. Les copies de certains éléments tels les historiques de connexion restent également dans la base de données de Facebook.

La suppression définitive du compte peut prendre jusqu’à 90 jours mais, durant cet intervalle, les informations ne sont plus accessibles. Si l'utilisateur se reconnecte, la demande de suppression est annulée, prévient Facebook.

Pluie de class-action
Les candidats au désabonnement se servant de Facebook pour se connecter sur d'autres applications ou d'autres sites peuvent par ailleurs connaître des problèmes au moment de s'identifier. Ils devront également penser à leur présence sur d'autres applications rattachées au réseau social comme Instagram, WhatsApp et Messenger.

Mercredi, il était difficile de savoir si les appels aux désabonnements étaient suivis et le nombre de personnes ayant effectivement quitté le réseau.

Pour Roger McNamee, un des investisseurs les plus réputés de la Silicon Valley et un des premiers actionnaires de Facebook, la crise actuelle a fait une victime importante: la confiance placée dans le réseau social par ses utilisateurs. Or, celle-ci est la clé du succès de la société.

"Le problème c'est le mépris insensé pour les droits des utilisateurs à la vie privée
Et une indifférence vis-à-vis du respect des données qu'ils ont confiées à Facebook", a déploré M. McNamee sur la radio américaine NPR.

"Je ne sais pas exactement ce qui se passe, mais j'ai bien peur qu'il y ait un problème systémique avec les algorithmes et que le modèle économique de Facebook permette à de mauvais acteurs de nuire à des utilisateurs innocents de Facebook", a regretté l'investisseur.

Facebook, danger en annuaire inversé ! Orage-5155dd3

Des utilisateurs et des petits porteurs n'ont pas attendu et ont décidé de porter l'affaire devant des tribunaux pour demander à être dédommagés.

Facebook, danger en annuaire inversé ! Darknet-5-5078eeb

Des cabinets d'avocats américains ont annoncé mercredi avoir déposé des plaintes et recours en nom collectif ("class action") au nom de citoyens et d'actionnaires. Celles-ci doivent toutefois encore être acceptées par un juge pour être instruites.

Toujours sur le plan juridique, plusieurs enquêtes ont été ouvertes aux Etats-Unis par les régulateurs, dont la Commission fédérale du commerce (FTC) et les procureurs de New York et du Massachusetts.
Source : ©️ 2018 AFP

Marmhonie

Marmhonie
MODERATEUR
MODERATEUR
Facebook : pourquoi ses utilisateurs sont aujourd’hui « en danger »




Facebook inquiète de plus en plus jusqu’à ses propres investisseurs. L’un des premiers business Angels à avoir soutenu Facebook, Roger McNamee, parle dans une tribune du « danger » que représente la « destruction du tissu social« , notamment à cause de son utilisation par de « mauvais acteurs » et le caractère selon lui « addictif » du réseau social. L’homme d’affaire regrette que le conseil d’administration en soit réduit à une « chambre d’enregistrement » et se demande comment pousser désormais les grandes entreprises du net à changer.
Facebook met ses utilisateurs « en danger » selon Roger McNamee, l’un des premiers venture capitalists à avoir cru dans le réseau social. Celui-ci réagit aux récentes mesures prises par Facebook, notamment le changement du fil d’actualités censé faire la promotion des « interactions qui ont du sens« c’est à dire avec vos amis plutôt qu’avec des pages et des marques dans une tribune du Guardian. Une mesure bien faible selon lui, face aux vrais défis qui attendent Facebook. Celui-ci reprend à son compte de nombreuses critiques déjà formulées à l’encontre du réseau social, son utilisation par de « mauvais acteurs » notamment des puissances étrangères. Ou encore son caractère addictif.

Facebook : un investisseur s’inquiète des décisions du réseau social qui mettent ses utilisateurs « en danger »
Alors comment en est-on arrivé là ? Selon lui, le problème c’est que trop souvent « les conseils d’administration sont nommés par le PDG et agissent fréquemment comme des chambres d’enregistrement« . Une critique dirigée plus généralement vers les dirigeants des GAFA qui ont d’année en année érodé le rôle des conseils d’administration pour avoir plus de contrôle sur leur entreprise. Et il se demande comment aujourd’hui les investisseurs peuvent faire passer leur point de vue.

Roger McNamee cite le cas d’Apple
Deux investisseurs clé ont envoyé une lettre ouverte à l’entreprise. Ils y critiquent l’inaction d’Apple en matière de protection de la santé mentale des enfants contre les aspects négatifs des smartphones et des réseaux sociaux.

Selon lui, à l’avenir, les investisseurs de la tech vont désormais devoir employer des stratagèmes de plus en plus agressifs pour se faire entendre et forcer la direction de ces entreprises à changer de comportement. Il parle notamment des Hedge Funds qui peuvent donner des signaux de vente ou d’achat. Ou encore des clients, « en l’occurence, pour les réseaux sociaux, les régies publicitaires » qui peuvent choisir de ne plus utiliser telle ou telle plateforme. Il ne croit pas, néanmoins, que le changement puisse venir des utilisateurs de ces plateformes : « un nombre effrayant de propriétaires de smartphone montre des signes de dépendance. Ils ne peuvent plus s’arrêter« .

Il en appelle également aux employés de Facebook qui ont selon lui « beaucoup plus de pouvoir qu’ils ne le pensent » pour changer les choses de l’intérieur
Et de conclure : « si les investisseurs appliquent des techniques d’activistes et de hedge fund pour pousser des changements sociaux – plutôt que de maximiser le prix par action – les résultats pourraient être d’autant plus significatifs« .
Source

Marmhonie

Marmhonie
MODERATEUR
MODERATEUR
Des experts de l'enfance accusent Facebook de mettre en danger les enfants avec Messenger Kids



Facebook, danger en annuaire inversé ! Internet-harcelements-519d0f9
Un mois après son lancement, l'application Messenger Kids
...connaît des débuts très controversés, notamment suite aux critiques émises par plusieurs responsables de l'enfance.

Messenger Kids, un service de messagerie instantanée
Fonctionnant sur le même modèle que Messenger classique, mais destiné à un jeune public âgé de 6 à 12 ans. Quand Facebook dévoilait en décembre dernier ce nouveau projet pour inciter les plus jeunes à ne pas déserter sa plateforme, il vantait auprès des parents la possibilité de garder un œil sur les fonctions utilisées par leurs progénitures.

Facebook, danger en annuaire inversé ! Horrifiee-4f34771

Disponible en phase de test exclusivement aux États-Unis pour l'instant, l'application était supposée voir le jour dans d'autres pays d'ici quelques mois. Mais outre-Atlantique, Messenger Kids n'a pas convaincu tout le monde puisque des voix s'élèvent pour critiquer une telle plateforme.

Facebook lance Messenger Kids à destination des enfants de 6 à 12 ans : danger pédophilie
Dans une longue lettre ouverte publiée le mardi 30 janvier, l'organisation américaine Campaign for a Commercial-Free Childhood (CCFC) s'adresse directement à Mark Zuckerberg et lui demande de supprimer Messenger Kids, invoquant le fait que "de nombreuses recherches montrent que l'usage excessif des réseaux sociaux et des appareils électroniques sont néfastes pour le développement des enfants et des adolescents".

Facebook, danger en annuaire inversé ! Image-4e4a05b

Un lien entre réseaux sociaux et dépression juvénile
Signée par plus d'une centaine de docteurs, éducateurs et experts de l'enfance, la lettre explique en plusieurs pages comment cette application pourrait nuire au bon développement social des enfants. Selon la CCFC, les jeunes utilisateurs "ne sont pas assez matures pour comprendre la complexité des relations en ligne", et "n'ont pas développé une véritable compréhension de la vie privée, de ce qu'il est approprié de partager avec autrui et de la taille de l'audience ayant accès à leurs conversations, vidéos et photos".

Cette application Facebook est un danger sur la santé mentale des enfants
Plusieurs chiffres sont également mis en avant pour expliciter l'impact des réseaux sociaux sur la santé mentale des enfants, et en particulier "leur lien avec les taux élevés de dépression juvénile". On apprend notamment que les jeunes utilisateurs passant entre 6 et 9 heures par semaine sur ces sites auraient 47 % de chances d'être plus malheureux que leurs pairs qui en seraient préservés.

Lors du lancement de Messenger Kids en décembre dernier 2017
Facebook avait bien précisé que l'application serait proposée sans publicité, bénéficierait d'un contrôle parental strict et que les données collectées ne seraient pas utilisées dans un but commercial. Malgré ces promesses, Facebook n'avait pas fait l'unanimité et le Secrétaire d'État à la Santé anglais Jeremy Hunt avait même demandé au réseau social de "se tenir éloigné de ses enfants".

Début janvier, Apple avait connu le même genre de polémique après que deux de ses actionnaires ont dénoncé le danger des smartphones sur les enfants, et la marque à la pomme avait rapidement répondu aux accusations. Contacté par Mashable FR, un représentant de Messenger a rappelé que l'application Messenger Kids "permettait aux enfants de rester en contact avec leurs proches de manière simple et sécurisée", et qu'elle était "développée avec l'aide d'experts du développement et d'associations de parents".
Source

Marmhonie

Marmhonie
MODERATEUR
MODERATEUR
Facebook reconnaît être un danger pour la démocratie



Facebook, danger en annuaire inversé ! Image-4fffaef
Dans son viseur : les "fake news", mais aussi les bulles d'information ne soumettant à l'utilisateur que des informations auxquelles il adhère déjà et les messages à caractère haineux ou racistes.
Le groupe poursuit son examen de conscience, entamé après l'élection de Donald Trump à la Maison-Blanche en 2016. Facebook a reconnu, lundi 22 janvier, que les réseaux sociaux pouvaient contribuer à affaiblir une démocratie, promettant de tout faire pour limiter ces risques.

Ce n'est pas le patron Mark Zuckerberg qui s'est lancé dans cette nouvelle autocritique du réseau social mais le responsable de l'engagement civique chez Facebook, Samidh Chakrabarti.

Facebook et ses dommages collatéraux
"Je n'ignore pas les dommages qu'internet peut causer, même au sein d'une démocratie qui fonctionne bien", a-t-il écrit sur le blog de Facebook, en réponse à sa propre interrogation : "Quels effets ont les réseaux sociaux sur la démocratie ?"

Le responsable cite évidemment parmi les risques possibles les fausses informations, les "fake news" qui empoisonnent Facebook depuis plus d'un an, mais aussi les bulles d'information ne soumettant à l'utilisateur que des informations et des avis auxquels il adhère déjà. Il mentionne aussi les messages à caractère haineux ou racistes.

Distorsion dans la perception
Mais le sujet qui l'inquiète plus que les autres, c'est l'image que donnent Facebook et les autres réseaux sociaux de l'état de l'opinion. Cette image peut "créer une distorsion dans la perception" qu'ont les politiques de l'avis du public. Certains utilisateurs s'expriment davantage que d'autres et se rendent ainsi plus visibles, ce qui peut amener les élus à surestimer leur poids dans la population.

Facebook danger total
"Si les politiciens confondent l'avis d'une minorité avec celui de la majorité, cela peut entraîner de mauvaises décisions", prévient Samidh Chakrabarti.

Le réseau social aux deux milliards d'utilisateurs a "mis beaucoup trop longtemps à comprendre que des personnes mal intentionnées utilisaient notre plateforme de façon abusive", a insisté Samidh Chakrabarti, qui assure que l'entreprise "travaille ardemment à la neutralisation de ces risques".

Facebook, danger en annuaire inversé ! Altered-serpent-5026e0e

"Nous sommes toujours aussi déterminés à combattre les influences négatives et à nous assurer que notre plateforme contribue, de façon indiscutable, au bien de la démocratie", a renchéri lundi Katie Harbath, chargée des questions liées à la politique au sein du groupe basé en Californie (Ouest), dans une déclaration distincte.

Les "fake news", le fond de commerce de Facebook
Face à ces préoccupations de haine, de diffamations, de légendes urbaines que diffuse Facebook, une liste de série de mesures déjà connues et censées atténuer les dérives de sa plateforme reste inactif.

Mark Zuckerberg a annoncé vendredi qu'il allait demander directement aux utilisateurs leur avis sur tel ou tel média par le biais d'enquêtes de satisfaction, pour lutter contre les "fake news". Ils diront s'ils le connaissent et, si c'est le cas, s'ils le considèrent fiable.

Facebook menace les démocraties
"Est-ce vraiment assez ?", a tweeté lundi John Battelle, spécialiste des médias et de la technologie, au sujet de cette nouvelle réflexion sur Facebook et la démocratie.

Facebook, danger en annuaire inversé ! Internet-est-dangereux-4d0c59f

Une fois n'est pas coutume, le groupe a convié une voix extérieure sur son blog : Cass Sunstein, professeur de droit à Harvard et auteur d'un ouvrage sur le sujet.

"Les réseaux sociaux sont formidables pour la démocratie par bien des aspects, mais mauvais sur d'autres", écrit l'universitaire, pour lequel "ils demeurent un objet inachevé".

"Terriblement simpliste et naïve"
Bien qu'assis sur une montagne de données, Facebook tâtonne pour régler les problèmes qu'il a lui-même causés.

Facebook, danger en annuaire inversé ! Calomnie-4c0df7d

La dernière mesure en date, à savoir la hiérarchisation par les utilisateurs des sources d'information, ne fait pas l'unanimité et pourrait, préviennent certains, se révéler contre-productive.

La face obscure de Facebook
La méthode permet notamment à Facebook de ne pas faire lui-même d'arbitrage et donc de ne pouvoir être accusé de partialité et de revivre la polémique du printemps 2017. A l'époque, il avait été accusé de manipuler les sujets d'actualité dominants sur sa plateforme, avant d'effectuer des modifications substantielles pour automatiser davantage le procédé.

Facebook, danger en annuaire inversé ! Confiance-542aeb3

Manque de transparence
Pour Will Oremus, du site d'informations Slate, l'approche de Facebook "semble terriblement simpliste et naïve". Elle s'inscrit, rappelle-t-il, dans un contexte de défiance vis-à-vis des médias qui n'est pas favorable aux grands organes de presse généralistes, critiqués sans relâche depuis plus de deux ans par Donald Trump.

Et cela pourrait aussi amener les sources d'information les plus partisanes mais pas nécessairement les plus fiables à tirer leur épingle du jeu, prévient-il.

Ce qui inquiète avant tout les sceptiques, c'est le manque de transparence de Facebook, un sujet récurrent
L'Alliance des médias d'informations, qui représente près de 2.000 organismes de presse, avait regretté vendredi de "ne pas savoir comment le système proposé (allait) vraiment fonctionner".

Facebook, danger en annuaire inversé ! Arret-4cc8ec0

Lundi, c'est le magnat des médias Rupert Murdoch qui a dénoncé le "sérieux manque de transparence" de Facebook qui devrait, selon lui, "inquiéter les éditeurs et ceux qui se préoccupent d'une orientation politique de ces puissantes plateformes".

Dans une lettre ouverte, il a réclamé un meilleur partage des revenus avec les médias dont les contenus sont repris sur Facebook, proposant le versement d'une indemnité compensatrice.

Facebook vient d'annoncer deux changements importants
Ils vont modifier la présence de l'information sur le "fil d'actualités", page d'accueil personnalisée de chaque utilisateur, dans le but d'améliorer la qualité des contenus: il va privilégier les messages publiés par les proches, au détriment des pages institutionnelles de marques ou de médias, et va hiérarchiser les sources d'information considérées comme fiables par les usagers eux-mêmes.
Source

Marmhonie

Marmhonie
MODERATEUR
MODERATEUR
Facebook enregistr vos appels téléphoniques et vos SMS sans vous prévenir



Facebook, danger en annuaire inversé ! Espion-542de51
Un utilisateur néo-zélandais de Facebook a découvert que le réseau social avait gardé la trace de ses appels téléphoniques et de ses SMS. Après qu'il a fait part de cette découverte sur Twitter, des journalistes de 01.net ont découvert, vendredi 23 mars, que certains d'entre eux, ceux qui utilisaient un téléphone sous Androïd, étaient également concernés.

Tout commence par un tweet signé Dylan McKay. Alors que Facebook est empêtré dans un scandale d'utilisation frauduleuse des données de 50 millions de ses utilisateurs, cet habitant de Wellington (Nouvelle-Zélande) a décidé de télécharger son historique, conservé par le réseau social. Comme prévu, toute son activité sur le réseau social (chaque "like", photo postée, ou commentaire) apparaît dans ce document facile d'accès, raconte 01.net.


— Dylan McKay (@dylanmckaynz) March 21, 2018
Plus étonnant, "il a constaté que l’entreprise conservait également [dans la rubrique coordonnées] la liste de ses appels téléphoniques et SMS, indépendamment de l’utilisation des applications Facebook et Messenger", poursuit le site spécialisé. Des données enregistrées entre novembre 2016 et juillet 2017.

Chez 01.net, "nous aussi [avons] constaté l’enregistrement de métadonnées concernant nos appels téléphoniques et nos SMS. Le document indique le numéro du correspondant, la date et l’heure d’envoi et de réception pour les SMS, ainsi que la date, l’heure et la durée (en secondes) des différents appels. Dans notre cas, les données concernent des appels passés entre janvier et avril 2016". Le site précise enfin que seuls les utilisateurs de smartphone Androïd étaient concernés, autrement dit le monde Google.
Pas de quoi se réjouir...
Facebook, danger en annuaire inversé ! Img_0720-542de75
Source

Mikael

Mikael
MODERATEUR
MODERATEUR
Non pas de quoi

Mikael

Mikael
MODERATEUR
MODERATEUR
lecteurs du Figaro sont inquiets pour leurs données personnelles après l'affaire Cambridge Analytica. Ils expliquent pourquoi.
Des millions de données d'utilisateurs récupérées à leur insu! La société britannique Cambridge Analytica est accusée de s'être procuré ces informations sur Facebook, plongeant le réseau social dans la tourmente. Cette affaire met en lumière le pouvoir et les dangers des données personnelles des utilisateurs. Mark Zuckerberg, cofondateur et patron du poids lourd du Web s'est fendu d'un message dans lequel il admet des erreurs et détaille des mesures pour mieux encadrer l'usage des données personnelles. Un texte qui ne rassure pas pour autant les internautes du Figaro ...
» Lire aussi: Facebook: le géant du numérique tombe de son piédestal

Marmhonie

Marmhonie
MODERATEUR
MODERATEUR
Nous avons donc prévenu de l'extrême dangerosité de Facebook.

Est-ce qu'ici une seule personne fermera son compte sur Facebook ? Je n'en suis pas sûr car Facebook est conçu pour être addictif, donc encore plus dangereux qu'on ne le pense.

Je n'ai plus de compte Facebook. Voyons si des internautes ont depuis fermé leur compte Facebook...

Patrice1633

Patrice1633
MODERATEUR
MODERATEUR
Je connais personne qui fermera son compte Facebook,
Car je marche dans la rue et que l'on vois mes photos ou que on me vois dans la rue cela ne me dérange pas ...

Veux tu une photo de moi? Je t'en enverrai si tu veux ...

Lechercheur


C'est long de fermer un compte sur Facbook, il faut plusieurs jours avant la fermeture définitif d'un compte.



Dernière édition par Lechercheur le Mer 28 Mar - 11:23, édité 1 fois

Invité


Invité


N'ayant pas encore l'autorisation de poster des liens sur le forum, dans Google, pour :

    1. Le Réseau Echelon, tapez Echelon + NSA

    2. Le Réseau Frenchelon, tapez Frenchelon

    3. Le Programme de Surveillance PRISM, tapez PRISM


Cela permet de comprendre l'intérêt derrière la conservation des historiques utilisateurs et la présence d'éléments aussi inattendus que des appels téléphoniques dans ceux émanant des réseaux sociaux.

PRISM est une Special Source Operation (littéralement, « Opération d'une source spéciale ») qui s'inscrit dans la tradition des ententes que la NSA a établies depuis les années 1970 avec plus de 100 sociétés américaines jugées fiables. (...) Selon The Register, ces amendements « autorisent explicitement les agences de renseignements à surveiller, pour une durée maximale d'une semaine, les appels téléphoniques, les courriels et d'autres communications de citoyens américains sans mandat d'un tribunal » quand l'une des parties n'est pas sur le sol des États-Unis. (...)

En juin 2013, le quotidien britannique The Guardian affirme, à la suite des révélations d'Edward Snowden, que la NSA dispose d'un accès direct aux données hébergées par les géants américains des nouvelles technologies, parmi lesquels Google, Facebook, YouTube, Microsoft, Yahoo!, Skype, AOL et Apple. (...) Le 5 juin, The Guardian a révélé que la FISC a exigé de Verizon [une importante entreprise de télécommunications américaine spécialisée dans les services mobiles] qu'elle transmette quotidiennement à la NSA une copie des journaux de suivi de tous les appels de ses clients.

Plusieurs compagnies concernées ont répondu qu'elles ne fournissaient pas d'informations en vrac à la NSA, mais que chaque demande de renseignement devait concerner des individus et être en accord avec le FISA.

Une fois que l'on a compris cela, on comprend qu'au final, fermer un compte Facebook équivaut à vouloir vider les océans avec un dé à coudre. Rien ne permet d'échapper à ça hormis vivre sur une île déserte sans la moindre technologie.

Josué

Josué
Administrateur
[size=34]Facebook annonce des "mesures supplémentaires" de protection des données personnelles.[/size]

 Par AFP , publié le 28/03/2018 à 14:31 , mis à jour à 14:31


Washington - Facebook a annoncé mercredi qu'il prenait des "mesures supplémentaires" pour mieux protéger les données personnelles de ses utilisateurs après le scandale Cambridge Analytica (CA) qui secoue le puissant réseau social.


"En plus des annonces faites la semaine dernière par Mark Zuckerberg", le patron de Facebook, "nous prendrons des mesures supplémentaires dans les prochaines semaines pour donner plus de contrôle aux gens sur leurs données personnelles", écrit dans un blog ce réseau, qui compte plus de deux milliards d'utilisateurs. 
"Notre constat est le suivant: nous devons rendre nos paramètres de confidentialité plus faciles à comprendre, à trouver et à utiliser", poursuit Facebook dans cette note, intitulée dans sa version française: "De nouveaux outils pour contrôler vos données en toute simplicité sur Facebook".  


"La plupart de ces mises à jour sont prévues depuis un certain temps et les événements de ces derniers jours ne font que souligner leur importance", affirme Facebook.  
Le réseau donne plusieurs exemples des modifications à venir, notamment "un menu unique pour trouver et gérer l'ensemble de vos paramètres de confidentialité" et "des outils simples pour trouver, télécharger et supprimer vos données Facebook".  

Malgré les excuses formulées le 21 mars, Facebook n'a pas réussi à faire retomber la polémique sur la protection défaillante des données personnelles: selon des lanceurs d'alertes, les données de 50 millions d'utilisateurs collectées par Facebook ont fuité vers l'entreprise britannique Cambridge Analytica. 
La semaine dernière, le patron de Facebook Mark Zuckerberg a expliqué avoir --en 2014-- "modifié entièrement la plate-forme pour limiter de façon très importante la quantité de données auxquelles pouvaient accéder ces applications" tierces. 

Patrice1633

Patrice1633
MODERATEUR
MODERATEUR
Notre organisation nous donne notre nourriture spirituelle en temps voulu, et c'est impressionnant comment elle le fait vraiment en temps voulu, qui veux dire que l'information arrive au bon moment et tout cela sans image inconvenable ...


LE TABLEAU S’ANIME

Réseaux sociaux : ne te laisse pas avoir !

Apprends comment éviter les dangers des réseaux sociaux.
Facebook, danger en annuaire inversé ! Img_0920
Video: moins de 10 min
Lien : https://www.jw.org/fr/la-bible-et-vous/adolescents/tableau-s-anime/reseaux-sociaux-ne-te-laisse-pas-avoir/

Bill


Marmhonie a écrit:

Je n'ai plus de compte Facebook. Voyons si des internautes ont depuis fermé leur compte Facebook...

Personnellement, je n'ai jamais ouvert de compte facedebouc... c'est pas beau ça ? bonheur

Patrice1633

Patrice1633
MODERATEUR
MODERATEUR
Probablement,
Mais ce n'est pas cela qui nous procure la Vie eternelle, c'est ailleurs ...

Marmhonie

Marmhonie
MODERATEUR
MODERATEUR
Facebook est basé sur le vol des données personnelles. C'est son bénéfice pour son président Mark Zuckerberg qui a volé le système à un ami... Ah l'infernal personnage.

À partir du moment où Facebook ne pourrait plus collecter vos données, votre comportement et quantité de données intimes dont nous n'avons pas compris l'importance et qui nous sont données par notre vie qui nous a été donnée par le bon Dieu,
alors Facebook serait ruiné.

Toutes les annonces - fausses annonces - de prétendues "sécurités" ne sont que ce qu'il avait prêvu pour développer son emprise mondiale en 2018.

Il faut comprendre que l'objectif de Mark Zuckerberg est de collecter suffisamment pour devenir imparablement un jour Président des États Unis d'Amérique. C'est aussi simple que ça.

La seule protection efficace de vos données personnelles privées est de clôre votre compte Facebook. Il n'y en a pas d'autre !

Imaginons que vous soyez protégé par un VPN. S'il est gratuit, c'est que les données sont revendues.
S'il est payant, assurant une intégrité, Mark Zuckerberg va poser 100 millions d'euros pour les avoir discrètement. Et si la société privée de VPN refuse, Mark Zuckerberg va faire une offre de rachat après l'avoir affaible. Et il a toujours gagné.
Parce que les sommes d'argent qu'il offre en rachats sont immenses.

Les chrétiens pratiquants sont sans Facebook.
Les autres n'ont que ce qu'ils méritent : harcèlement, diffamation, piratage, vol, détournement, etc.

Les Présidents des GAFAM (Google, Amazon, Facebook, Apple, Microsoft) ne croient en rien. La vie pour eux est juste un composé chimique parti d'une cellule pour aboutir à une larve, à un grand singe vert d'Afrique au cul pelé, ancêtre de l'homme.
Et toute cette bouillie chimique retourne à la bouillie primaire une fois mort.

Alors dans ces conditions, on comprend qu'ils en profitent au maximum au détriment des autres.

Ce n'est pas le sens de ma vie qui est toute à l'amour de Dieu et à mes semblables.
Google : non ! (Qwant)
Amazon : non ! (mes commerçants de quartier)
Facebook : non ! (20 autres applications sécurisées)
Apple : oui et non ! (payer très cher pour être tranquille)
Microsoft : non ! (linux)

Marmhonie

Marmhonie
MODERATEUR
MODERATEUR
Comment on vous espionne et on vous pirate



Soyez idiot, devenez pigeon
Un compte Facebook permet à la société américaine de collecter toutes vos données privées. Nom, adresse, numéros de téléphone, photos, religion, vos contacts, votre surf, tout !

Une gratuité aussi pourrie, je n'en veux pas ! Beaucoup de gens en veulent. Facebook, c'est gratuit ! Non, vous le payerez toute votre vie. Dans 20 ans, votre nouveau employeur saura votre passé, vos tendances, il pourra vous refuser ou vous licencier. Vu ? Quand aux pourris, ils vous feront chanter. C'est beau, le progrès !

Qui est qui sur Internet ?
C'est le piège à con qui marche à tous les coups. Mme X s''inscrit sous un pseudo féminim Y. Tout le monde la connaît dans les forums comme étant Y.
Dans un forum dont Mr Z hait l'administrateur, il prend le pseudonyme Y. Tout le monde croit que c'est Mme X sous son pseudonyme. Et comme l'administrateur a un compte sur Facebook, il lui a piraté ses données. Tout ! Ses favoris, ses mots de passe, tout ce que l'administrateur fait en surfant.
Une fois dans son forum, Mr Z se fait passer pour Mme Y, imite son style en recopiant des posts d'elle mélangés, et ni vu ni connu. Tout le monde croit avoir à faire à Mme X sous son pseudo Y. Or sous ce pseudo Y, se cache Mr Z, pourri qui va casser le forum où il se cache.

Et un jour, l'administrateur découvre que son forum a été piraté. Mr Z a fait de Y un modérateur, il a un complice qui s'est inscrit en même temps pour nuire à telle autre personne, et lui se retrouve aussi modérateur illégalement à pouvoir tout casser.

Quand l'administrateur découvre ce grand n'importe quoi, il ne comprend plus rien. Qui a permis à Y de devenir modératrice ? Qui a effacé des messages ? Qui est qui ?

La fin du piège à con
Pour que ce système marche, il faut un autre complice dans un autre forum qui certifiera que Y est bien Mme X et certainement pas Mr Z. Son rôle est de faire croire n'importe quoi. L'administrateur piégé va demander des vérifications dans un autre forum, et finir de se faire avoir. Le mieux étant bien sûr d'avoir berné un incompétent !

Comment savoir qui est qui ?
il existe des professionnels de la police spécialisés, des privés, des logiciels chers.
Sinon n'importe quel élève passerait sa thèse en la recopiant d'un autre dans un autre pays ! Comment vérifier ?
Et tout est comme ça.

Vous trouverez de faux sites d'achats en ligne, de faux profuits d'occasion, de faux blogs qui ne servent qu'à collecter vos données.

Sortez couvert, et ne faites plus confiance à n'importe qui. Cessez d'êtte naïf.

La crédulité n'est pas la foi
Si vous sauvez un naïf, ça ne fera pas de lui quelqu'un d'autre pour autant.

Exemple
Une personne se noie. Vous la sauvez de la noyade en plongeant. Supposons que vous soyez prof de natation, ou de tennis.. Est-ce que le rescapé deviendra prof de tennis, ou saura de fait désormais nager ? Non.

S'il n'écoute pas vos conseils, il restera tel quel, devant les mêmes dangers dont vous venez de le sauver.

samuel

samuel
Administrateur
AVIS - Le scandale sur des données personnelles a sonné l'alerte pour certains lecteurs du Figaro.
Ils ne se sentent plus en sécurité sur le plus grand réseau social du monde. Le scandale Cambridge Analytica a créé, chez plusieurs utilisateurs français de Facebook, une prise de conscience de l'ampleur de la collecte de leurs données personnelles, de leur vulnérabilité et du laxisme avec lequel elles ont pu être traitées. De son propre aveu, Maxime fait partie des gens qui ont un compte sur la plupart des réseaux sociaux et qui les utilisent de façon très intensive: «J'ai quitté Facebook et Messenger il y a plus d'une semaine. J'ai désactivé mon compte, avant de le supprimer définitivement. Le scandale Cambridge Analytica a été un prétexte. J'ai vraiment eu l'impression d'avoir été manipulé. Et tant que de réelles mesures n'auront pas été mises en place, je me vois difficilement y revenir.»

Marmhonie

Marmhonie
MODERATEUR
MODERATEUR
Comment vivent les entreprises qui offrent du gratuit ?


Comment vivent les sites, les réseaux sociaux gratuits ?
En collectant vos donnêes personnelles qu'ils revendent. Les publicitaires sont de gros acheteurs pour cibler les comportements des internautes et leurs présenter des publicités qui les invitent plus à acheter.

Exemple avec Youtube
Quand vous regardez un film, un reportage, de la musique, sur Youtube, on vous propose de voir d'autres films. Or vous remarquerez que progressivement les propositions vous intéressent de plus en plus, jusqu'à ne surfer que sur les propositions.

Idem pour la publicité, elle vous cible selon vos goûts réels
Les smartphones sont bien moins chers que les iPhones parce que le système Android de Google est gratuit. Gratuit, vraiment ?

Google n'a jamais été gratuit
Google Chrome, Android, Google traduction, Google Maps, Google moteur de recherche, collectent vos données et les revendent.

Les publicités gratuites ? Non
Vous recevez quantité de publicités, sous papier journal, sur internet. Où trouvent-ils coment financer tout ça ? Quand vous achetez un de leurs produits, au moins 5% du prix finance les publicitaires.

Les journaux en ligne gratuits ? Non
Pourquoi acheter Le Monde, Figaro, La Croix, alors que vous en avez beaucoup gratuit sur les sites officiels ? Vous pensez économiser... Non, vos données sont collectées.

Collecter les IP, base de la collecte des données
Des modérateurs pourris vous diront que ça ne leur servirait à rien de collecter les IP des internautes. Non.
Tout repose sur vos IP. Même si vous utilisez un VPN gratuit, des logiciels gratuts pour vous masquer, ces IP sont associées à votre IP naturelle. En somme, le gratuit ne sert à rien.



Yacoub

Yacoub
Mikael a écrit:Nous sommes espionés de toute part.
clap

Je dirai même plus.
Nous sommes espionnés de toutes parts.

http://apostats-de-lislam.xooit.org/index.php

Marmhonie

Marmhonie
MODERATEUR
MODERATEUR
Il ne faut pas prendre ce sujet vital à la légère.

L'humour sarcastique de certains orgueilleux est affligeant.
Quand j'ai un problème, je ne "bricole" pas, on m'a appris très jeune à être humble & à s'adresser aux meilleurs professionnels.

Ainsi quand nous sommes malades, nous allons chez notre médecin recommandé. Quand on me vole, j'informe la police.

Comme je ne comprenais pas grand chose à mon âge à l'informatique, je me suis payé des stages progressifs et complets par Apple. Ce qui me permet de m'adresser à un techicien professionnel quand je ne comprends pas, quand des amis ont des ennuis mystérieux. C'est toute une vie qu'on apprend.

On n'a rien pour rien.

Dans les récentes affaires de piratages et de malveillance, les attitrés du forum québécois de moins en moins de référence, se sont comportés en dessous de tout. Leurs explications sont "grotesques" selon les deux professionnels qui ont gentiment lu.

Internet est devenu en grande partie un monde de haine alimentée par des activistes. Nous informons humblement comment se protéger et ne pas tomber chez ces Ténardier...

Yacoub

Yacoub
Marmhonie a écrit:Il ne faut pas prendre ce sujet vital à la légère.

L'humour sarcastique de certains orgueilleux est affligeant.


Internet est devenu en grande partie un monde de haine alimentée par des activistes. Nous informons humblement comment se protéger et ne pas tomber chez ces Ténardier...

Si tu me vises, je peux te dire droit dans les yeux que je ne suis pas orgueilleux mais je me fie à la raison et je ne suis pas paranoïaque comme certains qui se croient espionnés.

http://apostats-de-lislam.xooit.org/index.php

Josué

Josué
Administrateur
[size=62]Sondage : 51% des utilisateurs français de Facebook ne lui font pas confiance[/size]
Facebook, danger en annuaire inversé ! PlaceholderFresque chez Facebook, à Menlo Park (Californie), en novembre 2016 ( Jeff Chiu/AP/SIPA )

EXCLU OBS. Facebook, qui fête ses 15 ans, est le réseau social le plus utilisé en France. Mais, selon un sondage YouGov pour "l’Obs", la moitié de ses utilisateurs ne lui font pas ou peu confiance.

Par Thierry Noisette
Publié le 04 février 2019 à 07h04

[size=33]SUR LE MÊME SUJET[/size]


  • Facebook et Google ont espionné les portables de jeunes contre une poignée de dollars






  • "Pouvoir se déconnecter de Facebook est un privilège, voire un luxe"


  • Facebook dévoile sa modération : on y voit plus clair mais du flou subsiste











Facebook fête ce 4 février ses 15 ans : après un répertoire aux allures de blague d’étudiants (il s’agissait de noter les étudiant(e)s les plus sexy à partir de photos aspirées dans des répertoires universitaires), Mark Zuckerberg a créé le 4 février 2004 un réseau social universitaire, ensuite étendu au grand public et devenu ce géant aux 2,3 milliards de comptes actifs.
Alors que Facebook a été secoué depuis deux ans par une succession d’affaires – publicités permettant des filtrages racistes, faux comptes utilisés pendant la campagne présidentielle américaine de 2016 pour perturber l’élection, scandale Cambridge Analytica de données d’utilisateurs siphonnées, y compris celles "d’amis" Facebook, et utilisées pour la campagne de Trump et celle du Brexit en Angleterre –, l’entreprise continue à aligner des chiffres faramineux de réussite économique, avec un bénéfice de 22,1 milliards de dollars (+39%) pour l’exercice fiscal 2018.

papy

papy
[size=33]Vie privée: Facebook risque une amende de plusieurs milliards de dollars aux États-Unis[/size]

  • Par  Lucie Ronfaut 
     

  • Mis à jour le 15/02/2019 à 19:10 
     


Facebook bientôt condamné à une amende de 2 milliards de dollars ?
Facebook bientôt condamné à une amende de 2 milliards de dollars ? Coup dur pour le réseau social de Mark Zuckerberg À la suite des récents scandales sur les données personnelles, Comme l’affaire Cambridge Analytica, Facebook risque une amende.




VIDÉO - Après son enquête sur l'affaire Cambridge Analytica, l'agence gouvernementale américaine chargée de faire respecter le droit des consommateurs (FTC) est en négociation sur le montant avec le réseau social.

Facebook n'est pas que dans le viseur des autorités européennes. Le réseau social est en pleine négociation avec la FTC, l'agence gouvernementale américaine chargée de faire respecter le droit des consommateurs, à la suite d'une enquête sur ses relations avec Cambridge Analytica. Cette société britannique d'analyse de données est accusée d'avoir détourné des informations d'utilisateurs de Facebook au profit de la campagne de Donald Trump, à l'aide de faux tests de personnalité. L'entreprise de Mark Zuckerberg risque une amende de plusieurs milliards de dollars, d'après les informations du Washington Post . Il s'agirait de la sanction la plus importante jamais prononcée par l'agence. En 2012, Google avait dû payer une amende de 22,5 millions de dollars à la FTC, là aussi pour défaut de protection des données de ses utilisateurs.
Le Washington Post précise que l'amende est toujours en négociation. Facebook pourrait en effet changer certaines de ses pratiques, en échange d'une réduction du montant de l'amende imposée par la FTC. Cet accord pourrait être approuvé par un juge. Il pourrait également contraindre les autres entreprises du Web à se soumettre à de nouvelles règles plus strictes concernant l'exploitation des données de leurs utilisateurs. Facebook pourrait aussi choisir de finalement contester l'amende. Il l'a déjà fait au Royaume-Uni, où il a fait appel de la décision de l'ICO, le gendarme britannique des données personnelles, qui l'a condamné à verser 500.000 livres, toujours dans l'affaire Cambridge Analytica.

Pression politique


Facebook a confirmé être en discussion avec la FTC, mais a refusé de faire plus de commentaires. La FTC avait annoncé l'ouverture d'une enquête sur l'affaire Cambridge Analytica en mars 2018. Ce scandale concerne les données de plus de 87 millions d'utilisateurs dans le monde. Dans ce contexte, Facebook pourrait avoir enfreint un décret signé en 2011 avec la FTC. Ce dernier l'engage à respecter le consentement des utilisateurs, en leur demandant la permission à chaque fois qu'il partage leurs données avec d'autres entités.
À l'époque de l'ouverture de l'enquête de la FTC, Facebook avait pourtant assuré avoir toujours respecté le choix de ses utilisateurs. «Des personnes ont fourni leurs informations [à des entités travaillant pour Cambridge Analytica, NDLR] en connaissance de cause. Aucun système n'a été infiltré, aucun mot de passe, aucune donnée sensible n'ont été dérobés. Mais ils ont été victimes d'une arnaque, et nous aussi», avait alors commenté Paul Grewal, vice-président de Facebook.
Aux États-Unis, outre l'affaire Cambridge Analytica, Facebook a aussi dû répondre de son rôle indirect dans la diffusion de contenus de propagande sponsorisés par la Russie, dans le but de pousser l'élection de Donald Trump à la présidence en 2016. Des dirigeants du réseau social, et d'autres plateformes en ligne, ont été convoqués plusieurs fois pour s'expliquer devant le Congrès américain. Facebook et les autres géants du Web sont aussi de plus en plus sous la pression du législateur concernant leurs pratiques en termes de vie privée. La Californie s'est dotée l'année dernière d'une loi surnommée le «RGPD américain», en hommage au règlement européen de protection des données, en vigueur depuis le mois de mai en Europe. Un texte fédéral, régissant lui aussi plus strictement l'exploitation des informations personnelles en ligne, est actuellement en discussion.

jc21


J'ai fermé mon compte Facebook depuis longtemps et je m'en porte pas plus mal !

Josué

Josué
Administrateur
[size=48]Facebook veut respecter davantage la vie privée des utilisateurs
Par LEXPRESS.fr avec AFP ,publié le 06/03/2019 à 21:40 , mis à jour à 21:42

[/size]

Facebook, danger en annuaire inversé ! Facebook-utilise-sa-plateforme-pour-identifier-et-localiser-les-personnes-pouvant-etre-une-menace-pour-ses-employes_6152800
Mark Zuckerberg a promis de transformer Facebook en une plateforme plus soucieuse de la vie privée de ses utilisateurs (image d'illustration).

afp.com/LOIC VENANCE


Le patron du réseau social Mark Zuckerberg veut opérer un virage stratégique centré sur la confidentialité, après plusieurs scandales.


Mark Zuckerberg a promis ce mercredi de transformer Facebook en une plateforme plus soucieuse de la vie privée de ses utilisateurs et centrée sur la confidentialité. Un virage stratégique. Mais les utilisateurs lui feront-ils confiance, après plusieurs scandales (ici ou là) qui ont émaillé l'image de Facebook ?

Mikael

Mikael
MODERATEUR
MODERATEUR
[size=39]Facebook a stocké "des millions" de mots de passe Instagram sans les crypter[/size]
Par LEXPRESS.fr avec AFP ,

Josué

Josué
Administrateur
[size=39]Le poison Facebook[/size]
Par Emmanuel Paquette,publié le 15/05/2019 à 07:55 , mis à jour à 11:15

Facebook, danger en annuaire inversé ! Facebook-illustration-l-express_6179586
"Le plus grand système centralisé d'aide à la fraude et de propagande gouvernementale jamais construit", selon Aaron Greenspan.
 
(Andrea Ucini / Anna Goodson Illustration Agency)
Article Abonné

Devenu un outil d'influence lors des élections en permettant la diffusion de fausses informations et le déferlement de propos haineux, le réseau social est désormais la cible du monde politique et d'associations civiles, qui demandent davantage d'encadrement. Voire son démantèlement.

Une sourde colère monte. La créature Facebook semble avoir échappé au contrôle de ses géniteurs et suscite l'inquiétude des autorités et des gouvernements du monde entier. Accusé tour à tour d'amplifier la propagation de discours malveillants et de faciliter l'apologie du terrorisme et la manipulation de l'opinion publique, le réseau social ne cesse de se défendre. Son PDG, Mark Zuckerberg, s'est même rendu à Paris ce vendredi 10 mai, pour discuter avec le président Emmanuel Macron. Le jeune homme est venu évoquer la lutte contre le déferlement des propos haineux sur la Toile, un projet réalisé en collaboration avec le gouvernement français. Deux mois plus tôt, le trentenaire avait déjà publié une tribune dans la presse internationale, dans laquelle il reconnaissait que sa société avait trop de pouvoir et demandait aux Etats d'avoir un rôle plus actif pour réguler Internet. Gonflé ! Voilà le dirigeant prêt à impliquer les pays dans ses problèmes. Une erreur de taille selon l'investisseur et ex-conseiller de "Zuk", Roger McNamee (voir page 41), mais une posture digne de Nicolas Machiavel : "En politique, le choix est rarement entre le bien et le mal, mais entre le pire et le moindre mal." 
Un moindre mal qui ne doit surtout pas entraver le développement de sa firme, cinquième capitalisation boursière de la planète. Jusqu'ici, malgré une série de scandales en tout genre, rien ne semble arrêter l'irrésistible ascension de la multinationale et de sa cohorte d'applications - Messenger, WhatsApp, Instagram. Une hydre à quatre têtes dont l'emprise sur notre quotidien ne fait que commencer. Avec un chiffre d'affaires de 55 milliards de dollars en 2018, en hausse de 37%, 384 millions d'utilisateurs en Europe et une valorisation boursière à New York de 552 milliards de dollars, le groupe pèse davantage que les trois plus grandes sociétés françaises combinées - LVMH, L'Oréal et Total. Même l'amende gigantesque de 3 à 5 milliards de dollars qui devrait lui être infligée par les autorités américaines de la Federal Trade Commission (FTC) pour l'affaire Cambridge Analytica n'a eu aucun effet. Cette entreprise a pourtant collecté des données d'utilisateurs sans leur consentement sur le réseau social, afin de cibler les électeurs et de promouvoir la candidature de Donald Trump en 2016.  

Contenu sponsorisé


Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum