Témoins de JEHOVAH VERITE actif
Témoins de JEHOVAH VERITE actif

forum des discussions sur la bible ouvert a tous.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Bipolaire ,dépression.

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Bipolaire ,dépression. le Ven 3 Avr 2015 - 16:23

samuel

avatar
Administrateur
faut dix ans pour poser le bon diagnostic
Mots clés : Bipolaire, dépression
Par figaro iconAnne Prigent - le 31/03/2015
Souvent mal soignés, ces troubles de l'humeur représentent un risque de suicide plus élevé que les dépressions.
Andreas Lubitz, le copilote de la compagnie Germanwings responsable de l'accident ayant entraîné la mort de 150 personnes, était-il bipolaire? L'hypothèse a été avancée par un quotidien allemand. S'il faut évidemment attendre les résultats définitifs de l'enquête pour pouvoir l'affirmer, une chose est sûre, cette maladie également mise en scène dans de nombreuses séries - Homeland, Happiness Therapy, Six Feet Under - reste très mal connue.
Il faut dix ans en moyenne pour poser le bon diagnostic, rappelle l'association Argos 2001 à l'occasion de la 2e Journée mondiale des troubles bipolaires, célébrée le 30 mars, jour de la naissance de Van Gogh, artiste maniaco-dépressif. «Pendant toutes ces années, les patients ne vont pas recevoir de traitement adapté et souffrir des conséquences de la maladie. Il faut savoir que les troubles bipolaires représentent un risque de suicide plus élevé que les dépressions», affirme le Pr Philippe Courtet, psychiatre, responsable du centre expert des troubles bipolaires de la région Languedoc-Roussillon. Le retard de diagnostic est lié à la nature même de la maladie. Autrefois appelée psychose maniaco-dépressive, elle alterne les épisodes dépressifs et les périodes d'exaltation entrecoupées de périodes «normales».
Stratégies préventives
C'est la présence d'un épisode maniaque qui permet de poser le diagnostic de troubles bipolaires. Mais ce n'est pas toujours facile à identifier. Si l'accès maniaque est caractérisé par un état d'exaltation, une pensée accélérée et une hyperactivité très marquée, ces composants peuvent être atténués, c'est ce qu'on appelle l'hypomanie. «Les personnes sont euphoriques, dorment peu, elles sont au-dessus de leur fonctionnement normal, mais s'en trouvent bien», analyse le Pr Philippe Courtet. Pleines d'énergie lors de ces phases d'hypomanie, peu de personnes pensent à consulter.
«J'allais voir le médecin uniquement lorsque j'étais dépressive», raconte Annie Labbé, présidente de l'association Argos. Mais, une fois plongés dans ces périodes sombres, voyant tout en noir, les patients ne se souviennent même plus des périodes pendant lesquelles ils ont été euphoriques. «La plupart du temps, les médecins sont face à un dépressif et vont lui prescrire un antidépresseur. Or c'est mettre de l'huile sur le feu», met en garde le Pr Courtet. L'antidépresseur, s'il est efficace, risque notamment d'accélérer l'apparition des épisodes maniaques. «Or le pronostic de la maladie repose avant tout sur l'efficacité des stratégies préventives de rechute. Lorsqu'un jeune de 17 ans a fait un premier épisode, l'objectif est d'éviter qu'il ne fasse d'autres épisodes dans les années qui suivent», affirme le Pr Frank Bellivier, psychiatre à l'hôpital Fernand-Widal, à Paris.
La pierre angulaire du traitement repose sur les thymorégulateurs. Dans la forme typique de la maladie, le lithium reste le traitement de référence. «C'est également le traitement qui a montré une efficacité dans la prévention du risque suicidaire», constate le Pr Frank Bellivier. D'où l'importance de diagnostiquer le plus rapidement possible un trouble bipolaire, maladie qui frappe, rappelons-le, 2 % de la population.

2 Re: Bipolaire ,dépression. le Ven 3 Avr 2015 - 21:43

epourkwapa


Je vous en supplie, pas cette saleté de lithium ! Pour moi la solution des troubles mentaux c'est ce que Jacques 5: 14, 15 nous conseille. Passer des heures dans la prière de la foi (celles des anciens et de la congrégation sans compter nos propres prières) devrait bien guérir le malade.
Je n'ose pas vous dire de faire des recherches sur le lithium et ses effets sur la santé. Juste pour vous donner une idée : Les batteries de la plupart d'appareils électro-portatifs sont fait à partir du Lithium. C'est cela que nous prenons en quantité infinitésimal pour des traitements comme les troubles bipolaires et autres. Beaucoup même parmi nos frères et sœurs chrétiens le prennent et ils se sentent mieux. Mais souvent ils deviennent dépendants de ces médicaments. Le problème c'est que devenus dépendant de ce genre de médicaments s'ils arrêtent d'en prendre, leur état final devient pire que leur état initial. Est-ce étonnant ? Je dis non. Car Dieu, à aucun endroit dans la Bible n'a envisagé que l'on pouvait se guérir à partir des matériaux de notre sous-sol. Même durant le règne millénaire, il n'envisage pas cette hypothèse. Par contre il assure que "les feuilles des arbres [étaient] pour la guérison des nations Rév. 22: 2c
Ceux qui ont fait les premiers essais de médicaments (des potions) à partir des matières de notre sous-sol furent des sorciers. Le plus souvent dans un but malsain, de jeter un sort sur un ennemi par exemple. Ils pilaient plusieurs variétés de roches du sous-sol et en faisant une potion avec le rajout de quelques plantes. Effets détonants ! Folie assurée ! et parfois cela entraînait une mort anticipée.
Bien sûr c'est à chacun de voir avec sa conscience s'il accepte de consommer ces choses. Pour ma part, ma responsabilité d'homme un peu averti, c'est de vous mettre en garde.

3 Re: Bipolaire ,dépression. le Sam 2 Mai 2015 - 9:17

Josué

avatar
Administrateur

4 Re: Bipolaire ,dépression. le Ven 29 Mai 2015 - 8:02

Josué

avatar
Administrateur
Le burn out peut être considéré comme une maladie professionnelle. L'Assemblée nationale l'a inscrit noir sur blanc, jeudi 28 mai, dans le projet de loi sur le dialogue social, via des amendements des députés PS et du gouvernement.

Porté par l'ancien ministre Benoît Hamon et cosigné par tout le groupe socialiste, cet amendement, identique à celui du gouvernement, dispose que "les pathologies psychiques peuvent être reconnues comme maladies d'origine professionnelle" aux mêmes conditions que les autres affections.

Un traitement administratif spécifique
La prise en compte de ces pathologies se fera via le système complémentaire de reconnaissance des maladies professionnelles. Car l'inscription dans le tableau des maladies professionnelles n'est pas adaptée à la spécificité et à la complexité de ces pathologies, selon l'exposé des motifs de l'amendement gouvernemental.

Les cas de syndrôme d'épuisement professionnel (burn out) feront donc l'objet d'un traitement spécifique par les caisses primaires d'assurance maladie et les comités régionaux de reconnaissance des maladies professionnelles, selon des modalités qui seront précisées par décret. Pourrait notamment être envisagée la participation de praticiens spécialisés en psychiatrie à l'examen de ces dossiers.

Un "problème complexe", pour le ministre du Travail
S'il a reconnu que "les maladies psychiques liées au travail, en particulier le burn out, sont une réalité" et évoqué "de vraies souffrances individuelles" liées à ce syndrôme, le ministre du Travail, François Rebsamen, a parlé d'un "problème complexe".

Décrivant le burn out comme "un mal moderne du travail auquel des centaines de milliers de compatriotes sont exposés" sur fond d'"exigences de rentabilité à court terme de plus en plus fortes et d'irruption des nouvelles technologies", Benoît Hamon a espéré que ce "premier pas" serait suivi d'autres, lors d'une prochaine lecture du projet de loi ou du prochain projet de budget de la Sécurité sociale.

5 Re: Bipolaire ,dépression. le Lun 19 Oct 2015 - 11:54

Josué

avatar
Administrateur
« La dépression saisonnière touche une personne sur 10 »
Mots clés : psychiatrie, psychologie, dépression, hiver
Par figaro iconPauline Fréour - le 16/10/2015
INTERVIEW - L'automne est là, synonyme pour certains d'un sérieux coup de blues. Le Dr Éric Charles, psychiatre, explique comment s'en remettre.
Octobre: les jours raccourcissent, et le ciel vire régulièrement au gris, tout comme, peut-être, votre humeur. Le blues de l'hiver n'est pas une légende, mais c'est surtout sa variante sévère, véritable dépression saisonnière, qui nécessite une prise en charge. Le Dr Éric Charles, psychiatre au service hospitalo-universitaire de Limoges, auteur d'un livre sur le sujet, A chacun son rythme! (éditions First), explique les raisons de ce mal-être répandu et détaille les méthodes qui marchent pour s'en sortir.
LE FIGARO.- Quels sont les signes de la dépression saisonnière?
Dr Éric CHARLES.- Il faut distinguer le blues hivernal de la dépression saisonnière. Dans le premier cas, on se sent un peu moins bien l'hiver et on est un peu plus vite fatigué, mais rien de très gênant ni de durable. La dépression induite par le changement de saison a en revanche des symptômes clairs: la personne se sent triste, elle a des idées noires, passe beaucoup de temps au lit, abandonne ses activités préférées et voit son appétit augmenter, notamment pour les aliments sucrés, ce qui lui fait prendre du poids. C'est un phénomène cyclique qui disparaît au printemps mais revient chaque année, ou presque.
Est-ce fréquent?
On pense que la dépression saisonnière pourrait toucher une personne sur 10 en moyenne en France, avec des différences régionales. C'est d'autant plus fréquent que l'on remonte vers le Nord. Par exemple, cela concernerait une personne sur deux au Canada ou en Scandinavie. Les femmes semblent être plus touchées que les hommes, mais c'est peut-être lié au fait qu'elles sont davantage à l'écoute de leur corps.
Est-ce que cela se soigne?
Le traitement de référence est la luminothérapie. Elle consiste à s'exposer à une lampe spéciale diffusant une lumière de forte intensité, 10.000 lux. A titre de comparaison, la lumière du jour par beau temps est de 100.000 lux, mais celle d'une pièce éclairée artificiellement de seulement 200 à 300 lux. Le patient s'expose pendant 30 minutes, chaque jour pendant 2 semaines. Il n'est pas nécessaire de fixer la lampe, travailler ou lire à proximité suffit. Ce traitement n'est pas pris en charge par la Sécurité sociale mais comme un appareil coûte dans les 150 ou 200 euros, les personnes qui sont sensibles à ce type de trouble récurrent peuvent avoir intérêt à investir. Sinon il est parfois possible de faire les séances dans le cabinet d'un médecin. D'après une étude que j'ai conduite, la personne se sent mieux dès la première semaine et la cure de luminothérapie suffit dans 95% des cas à la soulager tout l'hiver. Les antidépresseurs, qui sont parfois prescrits lorsque le médecin n'a pas fait le lien entre la dépression et le changement de saison, sont moins efficaces et ont plus d'effets secondaires.

Comment la lumière agit-elle pour réguler l'humeur?
La lumière est captée par des cellules spécifiques de notre rétine, dites photiques, qui la traduisent en un message nerveux envoyé jusqu'au noyau suprachiasmatique dans le cerveau, où siège l'horloge interne. Cela déclenche la production d'une hormone, la mélatonine, qui régule l'horloge d'autres organes. La mélatonine est produite pendant la nuit mais en hiver, le jour tombe plus tôt et chez certaines personnes, l'ajustement de leur horloge biologique se fait mal. C'est cette perturbation du rythme circadien qui engendre anxiété, irritabilité ou mal-être. C'est pourquoi on conseille aux personnes concernées de s'exposer à une lumière de forte intensité le plus tôt possible après le réveil le matin, pour donner un signal clair à l'organisme.
Que conseillez-vous aux personnes sentant venir le coup de blues de l'automne?
Elles peuvent opter pour la luminothérapie mais aussi faut favoriser tout ce qui met en contact avec la lumière du jour, comme par exemple aller travailler à pied, ou sortir pour déjeuner. Éviter en tout cas de rester enfermé dans une pièce sans fenêtre. On peut se prémunir contre certains effets délétères en gardant des horaires de lever, de coucher et de repas réguliers, pour ne pas trop traîner au lit ou grignoter.

6 Re: Bipolaire ,dépression. le Ven 6 Nov 2015 - 9:01

Josué

avatar
Administrateur
"Une personne bipolaire a avant tout besoin de calme et de réassurance", rappelle le Dr Christian Gay, psychiatre, spécialiste des troubles bipolaires et auteur du livre Vivre avec un maniaco-dépressif. L'essentiel est de ne pas se laisser déborder par ses émotions.
En phase maniaque, le patient "colle" en effet à l‘atmosphère générale, et répond au quart de tour par des réactions disproportionnées. Face à un interlocuteur agité, il surenchérit et lorsqu’un patient agresse verbalement, répondre sur le même ton ne peut qu’aggraver ses réactions. En phase dépressive, le patient peut aussi se montrer agressif ou irritable mais il ne faut pas répondre avec les mêmes armes.

Ce qu'il faut faire : mieux vaut essayer de prendre de la distance et de relativiser parce qu'on sait que la personne est bipolaire. Pas toujours facile, mais adopter la réaction adéquate peut se travailler par exemple en thérapie de groupe. Et s'il vous arrive de "craquer" et de réagir de manière un peu trop impulsive, pas la peine de culpabiliser, cela arrive à tous les proches de personnes bipolaires.

7 Re: Bipolaire ,dépression. le Mer 18 Nov 2015 - 12:06

Josué

avatar
Administrateur
Coup de fatigue ou véritable burn-out ?
Mots clés : psychologie, Harcèlement moral, burn-out, Bore-out, travail
Par figaro iconPascale Senk - le 06/11/2015
Désormais très employé, le terme ne renvoie pas seulement à l'épuisement causé par trop de travail.
«Cela faisait deux mois que mon médecin, me parlant de burn-out, me suggérait de m'arrêter, se souvient Dominique, 49 ans, une sales manager pour le marché européen. Mais je n'arrivais pas à déléguer pour me faire remplacer. C'est le jour où, tétanisée par l'angoisse et la fatigue, je n'ai plus pu sortir de chez moi que j'ai compris qu'il y avait vraiment péril en la demeure.»
Avec le recul, cette cadre revoit l'enchaînement des événements ayant fait le lit de son épuisement: la prise en charge de ses parents très malades et âgés, leurs décès successifs, le déménagement de la boutique de son mari, les mauvais résultats dans son groupe générant une plus grande pression de ses employeurs… «La goutte d'eau est venue en pleine audioconférence avec notre grand patron étranger, se souvient-elle… Je l'entendais nous aboyer dessus quand soudain je me suis levée, en larmes, et j'ai crié: “Je ne supporte plus qu'on me parle comme ça, ça suffit!” avant de retomber sur ma chaise, vidée de toute énergie. Comme si, depuis deux ans, j'avais été mangée à petit feu et qu'il ne restait plus rien à l'intérieur de moi.»
Deux ans semblent finalement assez peu au Dr François Baumann, fondateur de la Société de formation thérapeutique du généraliste (SFTG). Pour cet expert du burn-out, ce syndrome dit d'«épuisement professionnel» est déjà à l'œuvre depuis six à huit ans lorsqu'il se déclare chez ses victimes, souvent elles-mêmes surprises de ce qui leur arrive. Ce temps d'incubation s'explique justement par la personnalité particulièrement investie, perfectionniste, engagée, responsable… de ceux qui en sont atteints: ils sont dans un tel déni de leur fatigue et de la nécessité de «lâcher» qu'ils sont incapables de déceler les signes avant-coureurs de leur effondrement.
Une façade de «battant»
C'est donc le plus souvent derrière une plainte de «gros coup de fatigue» que le médecin doit être capable de déceler une maladie rendue plus complexe par toutes les dimensions qu'elle attaque: physique, émotionnelle et psychique. Pour le Dr François Baumann, un signe notamment la rend plus facile à déceler: « La fatigue n'est pas soulagée par l'arrêt de travail court, car la personne souffre en réalité d'une maladie de la relation à son travail et aux autres. On repère donc le burn-out aussi à l'épuisement émotionnel, au cynisme relationnel et au sentiment d'échec qu'il alimente.»
Le cynisme relationnel, c'est celui par exemple de l'interne en médecine épuisé qui ne parle plus aux malades que comme à des objets: «Vous, le cancer de la prostate, vous pouvez regagner votre chambre…» ; celui de cette collègue irascible depuis des mois qui passe son temps à dire du mal des autres ou n'est plus capable d'empathie ; quant au «sentiment d'échec», il s'agit bien sûr pour la victime de burn-out de le tenir à distance le plus longtemps possible, et de le cacher aux autres derrière une façade de «battant».
Apprendre à «lâcher»
Ainsi, Dominique raconte comment, durant les premières semaines de repos chez elle prescrites par son médecin, elle ne pouvait s'empêcher de se faire envoyer des rapports à lire, d'adresser des e-mails à ses collègues pour tout savoir du service… «Je me sentais indispensable, je n'avais pas le droit de me montrer faible», explique-t-elle. Jusqu'au jour où elle a même eu du mal à supporter les bruits de la rue et a senti l'ampleur de son épuisement. «Là, j'ai compris que je devais vraiment “lâcher”. J'ai cumulé, avec les vacances, trois mois d'éloignement du bureau et organisé un réel repos à la maison: délégation des courses à mon mari, arrêt du soutien que j'accordais depuis toujours à mes amies, etc.»
Pour le Dr François Baumann, qui vient notamment de publier L'Après burn-out(Éd. Josette Lyon), le traitement de ces troubles complexes ne saurait cependant être seulement comportemental. «C'est là le propre de ces “maladies” sociétales nouvelles - comme le harcèlement moral ou le bore-out - qui, en se développant, montrent de manière de plus en plus patente les interactions du physique et du psychique sur le travail. Celles-ci imposent aux victimes de se poser des questions essentielles: pourquoi cette place du travail dans ma vie? Qu'est-ce que je cherche vraiment à prouver?»
Autre versant du programme de rétablissement: apprendre à connaître d'autres sources de plaisir dans la vie que l'activité tous azimuts et à multiplier les occasions d'en profiter. Car, comme pour la dépression, celui qui a été «brûlé» une fois, et même s'il ne peut l'admettre, reste fragile.

8 Re: Bipolaire ,dépression. le Lun 30 Nov 2015 - 4:10

Josué

avatar
Administrateur
Les gens qui vivent avec le bruit de la route constante peuvent faire face à un risque plus élevé de développer une dépression, disent les chercheurs.

Le risque était d'environ 25 pour cent plus élevé pour les personnes vivant dans les zones avec beaucoup de trafic, par rapport à ceux qui vivent dans les zones avec peu de bruit de la route. Cependant, le risque a été largement confinée à ceux qui étaient pauvres, chômeurs, eu une éducation limitée, fumé ou eu l'insomnie, les auteurs de l'étude allemands trouvés.

"Bien que nous ne pouvons pas dire à coup sûr, on a pensé que le bruit est source de stress et d'ennuis», a déclaré le chercheur principal Ester Orban, du Center for Urban épidémiologie à l'hôpital universitaire d'Essen.

"Si ce bruit persiste sur une longue période et est constante et forte, elle peut contribuer à la dépression», dit-elle.

Orban a prévenu que ces résultats ne montrent que le bruit routier est associée à la dépression, pas que ce qui cause la dépression. "Le bruit de route semble jouer un rôle, mais je ne voudrais pas parler de causalité," at-elle expliqué.

9 Re: Bipolaire ,dépression. le Sam 5 Nov 2016 - 10:00

Josué

avatar
Administrateur
Des millions de femmes dans le monde prennent une contraception hormonale. Mais est-ce sans conséquence sur leur humeur ? C'est la question que de nombreuses femmes se posent et qui fait l'objet d'une publication dans JAMA Psychiatry.
Des chercheurs ont étudié le lien entre la contraception hormonale, l'utilisation d'antidépresseurs et la dépression. Plus d'un million de femmes vivant au Danemark, âgées de 15 à 34 ans, ont été suivies pendant 13 ans, entre 2000 et 2013. Résultats : les femmes qui prenaient une contraception hormonale avaient un risque plus élevé de prendre des antidépresseurs et de se voir diagnostiquer une dépression. Celles qui prenaient une pilule combinée (œstroprogestative) avaient 23 % de risque supplémentaire d'avoir un diagnostic de dépression. Celles qui prenaient une micro-pilule (avec uniquement un progestatif) avaient 34 % de risque en plus d'avoir une dépression.
Risque maximal chez les adolescentes sous contraception hormonale
Les adolescentes âgées de 15 à 19 ans étaient les plus à risque avec une augmentation du risque de 80 % en prenant la pilule combinée ; le risque était double avec la pilule progestative. De plus, les alternatives à la pilule qui utilisent des hormones, telles que le stérilet hormonal, le patch, l'anneau, augmentaient encore plus le risque de dépression que les contraceptifs oraux : risque doublé avec un patch, augmenté de 60 % avec l'anneau et de 40 % avec le stérilet hormonal.
Ces résultats expliquent que de nombreuses femmes décident d'arrêter la pilule à cause des effets secondaires sur leur humeur. Récemment, une étude sur un contraceptif hormonal masculin a été arrêtée en raison des effets secondaires, dont la dépression. Les alternatives à la contraception hormonale sont le stérilet au cuivre, le préservatif masculin ou féminin et le diaphragme.

10 Re: Bipolaire ,dépression. le Mer 16 Nov 2016 - 10:40

Josué

avatar
Administrateur
Dépression: toutes les fiches d'information

Les fiches accessibles sur cette page décrivent les caractéristiques de la dépression et apportent des informations sur la manière dont on peut la prévenir et la traiter.

Elles sont destinées aux personnes qui, elles-même, souffrent d'une dépression ou qui connaissent quelqu'un qui en souffre également. Elles donnent des conseils pratiques sur ce qu'il faut faire.

Ce que vous devez savoir sur la dépression
Vivre avec un dépressif
Vous redoutez que votre enfant soit déprimé?
L’avenir vous inquiète? Comment prévenir la dépression si vous êtes un adolescent ou un jeune adulte
Vous vous demandez pourquoi votre enfant ne vous rend pas heureuse?
Rester positif et prévenir la dépression malgré l’âge
Connaissez-vous quelqu’un qui a des idées suicidaires?
Pensez-vous que la vie ne vaut pas la peine d’être vécue?
Nous espérons que ces fiches vous seront utiles dans le cadre des activités organisées pour votre campagne.

Vous pouvez les imprimer et les distribuer dans les centres de santé, les cliniques, les hôpitaux, les écoles, collèges et universités, les supermarchés, les clubs de loisirs, dans les transports publics, les lieux de culte ou dans les entreprises et lieux de travail.

Ces fiches sont traduites en six langues et sont aussi disponibles en anglais, arabe, chinois, espagnol et russe.
http://www.who.int/campaigns/world-health-day/2017/handouts-depression/fr/

11 Re: Bipolaire ,dépression. le Lun 18 Juin 2018 - 13:09

Josué

avatar
Administrateur
La dépression, une maladie encore plus taboue que le cancer au travail
Par Antoine Laurent le 18.06.2018 à 09h38
Aujourd’hui, la dépression est la première cause d’invalidité au travail selon l’Organisation mondiale de la Santé. Pourtant, par honte, sentiment de culpabilité personnel ou par peur pour leur emploi, les salariés concernés ne reconnaissent que très rarement vivre cette maladie sur leur lieu de travail. Un tabou mis en lumière grâce à une enquête sur plus de 2000 personnes interrogées par l’institut Odoxa.

La dépression, sujet tabou au travail
Selon une étude

Contenu sponsorisé


Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum