Témoins de JEHOVAH VERITE actif
Témoins de JEHOVAH VERITE actif

forum des discussions sur la bible ouvert a tous.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

NOËL : FÊTE CHRÉTIENNE OU PAÏENNE ?

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Aller en bas  Message [Page 2 sur 4]

Josué

avatar
Administrateur
Rappel du premier message :

NOËL : FÊTE CHRÉTIENNE OU PAÏENNE ?

Chaque année, à l’approche de l’hiver, les préparatifs vont bon train. Tout le monde s’affaire, du plus petit au plus grand, pour que la fête soit belle. Parce qu’il s’agit bien d’une fête, moment particulier de l’année où les gens se réjouissent de se retrouver en famille. Pour quelques jours, parents, enfants, grands-parents, petits-enfants, oncles et tantes s’assemblent pour fêter Noël. Ambiance chaleureuse, à la lumière des bougies, autour d’un bon repas, souvent copieux, décors multicolores, atmosphère joyeuse, musique de circonstance, chants des enfants devant le beau sapin orné de guirlandes, de bougies, de boules et de chocolat, la crèche et ses personnages nous rappelant que Noël est la fête de la naissance de Jésus, l’échange des cadeaux, et au cœur de la nuit, la célébration de la messe de la nativité. Ce tableau n’est certes pas exhaustif, mais dépeint en quelques phrases ce que Noël représente aux yeux de la plupart de nos contemporains. C’est aussi le souvenir de notre enfance.

UNE SAINE REMISE EN QUESTION

En tant que chrétien, me suis-je posé les questions suivantes ?

D’où vient cette tradition de fêter Noël ?
A partir de quelle date a-t-on commencé à fêter Noël ?
Noël est-elle vraiment une fête chrétienne ?
Est-ce que je peux m’associer à cette fête ou au contraire, dois-je m’en distancer ?
Toutes ces questions méritent qu’on s’y attarde et qu’on y réponde, non pas en plongeant nos regards dans la tradition, si précieuse soit-elle, mais en examinant cette fête sous la loupe des Saintes Ecritures, à la lumière de la Parole de Dieu.
Que nous dit la Bible sur la fête de Noël ? Quelles sont les origines de Noël ? Puisse Dieu nous aider à nous remettre en question.

« Examinons toutes choses et retenons ce qui est bon. » I Thessaloniciens 5 : 21
« Prenez garde que personne ne fasse de vous sa proie par la philosophie et par une vaine tromperie, s’appuyant sur la tradition des hommes, sur les principes élémentaires du monde et non sur Christ» Colossiens 2 : 8

QUELQUES ELEMENTS SUR LA FETE DE NOEL

Curieusement, cette fête était inconnue des premiers chrétiens. L’Eglise naissante se remémorait la mort et la résurrection de Jésus. Cette fête n’est pas mentionnée par les principaux Pères de l’Eglise que sont Tertullien et Irénée.

Tout semble prouver que Jésus n’est pas né le 25 décembre comme on le prétend, mais bien plutôt en septembre ou à une autre période. Il y a plusieurs raisons à cela :

a) En Palestine, selon un rythme très régulier, le temps est frais et humide pendant six mois, chaud et sec le reste de l’année. Les premières pluies d’hiver commencent à la mi-octobre, quand l’air humide venant de la mer rencontre l’air chaud qui s’élève de la surface de la terre. Des chutes de neige sont possibles (II Samuel 23 : 20 ; Proverbes 25 : 13 ; 31 : 21) surtout à Jérusalem et dans ses environs ; les nuits peuvent être glaciales. Les bergers, en Palestine, ne passent pas les veilles de la nuit « à la belle étoile » pendant la période hivernale. Les animaux sont parqués dans des enclos parfois couverts qui sont surveillés par les bergers logés sous tente. D’après le verset huit du deuxième chapitre de l’Evangile de Luc, l’automne n’avait même pas commencé.

b) La Bible ne nous dit rien sur la période de la naissance de Jésus. Ce que nous savons, c’est que Jésus a été crucifié au temps de la Pâque juive (Jean 18 : 39). Qu’il avait environ trente ans quand Il a commencé son ministère (Luc 3 : 23) et que celui-ci a duré trois ans et demi. D’après ce calcul, Jésus pourrait être né vers le début de l’automne.

c) Le temps du recensement (Luc 2 : 1-5) : Rien ne nous autorise à penser qu’il ait eu lieu au milieu de l’hiver. Au contraire il est vraisemblable qu’il se soit déroulé pendant la période de septembre, à la fin des moissons, lors de la fête des Tabernacles qui avait lieu à Jérusalem. Ce qui expliquerait pourquoi Marie accompagnait Joseph et qu’il n’y avait plus de place pour eux dans la ville (Luc 2 : 7). Selon l’historien Josèphe, Jérusalem était normalement une ville de 120’000 habitants, mais durant les fêtes, elle pouvait atteindre parfois plus de deux millions d’habitants avec ses alentours. Bethléhem ne se trouve qu’à quelques kilomètres au sud de Jérusalem.

Finalement, l’essentiel n’est pas de connaître la date exacte du jour où Jésus est né, mais bien plus qu’Il est né. Qu’Il est venu dans ce monde pour le sauver. Que Dieu s’est fait homme et qu’Il a habité parmi nous, plein de grâce et de vérité.

D’où vient donc cette tradition de fêter Noël le 25 décembre ?

Jusqu’au IVe siècle, il y avait différentes opinions au sujet de la date de la naissance de Jésus.
Ce n’est que vers la fin du IVe siècle que l’Eglise catholique romaine a commencé à observer le 25 décembre comme la date d’anniversaire de la naissance du Christ.
En l’an 354 fut fêté pour la première fois à Rome le jour de Noël. Cette période coïncide avec l’institution du christianisme comme religion d’état, sous le règne de l’empereur romain Constantin.

L’observation des 24 et 25 décembre trouve sa source dans beaucoup de traditions et coutumes païennes.

Chez les anciens Romains, le 25 décembre était l’anniversaire de la naissance de « Sol », un des noms du dieu soleil.
Le 25 décembre était aussi le jour du festival d’hiver appelé la « nativité du soleil non conquis », fête païenne.
C’était aussi la période du solstice d’hiver, temps de festivités et de joie dans la Rome antique, la Grèce, parmi les Barbares teutons et dans les anciennes civilisations égyptiennes. Cette période du solstice d’hiver était si populaire, qu’elle a été adoptée et imposée par l’Eglise catholique romaine comme le temps où Jésus serait né.
La grande divinité perse dont le nom signifie « l’ami » est née d’un rocher, un 25 décembre, jour de la renaissance du soleil. On trouve, par ailleurs, des correspondances avec Apollon ainsi qu’avec le dieu serpent des Aztèques, censés tous deux être nés un 24 décembre.
Beaucoup de traditions et de coutumes païennes qui ont trait au soleil, ont été ainsi christianisées. On peut voir la confusion qui en a résulté : Tertullien et Augustin durent dénoncer la fausse identification qu’on attribuait à Jésus : Jésus était Sol, le dieu Soleil.

D’autres coutumes relatives à la période de Noël

L’échange des cadeaux provient des « saturnales », coutume chez les anciens Romains, en l’honneur du dieu Saturne. L’Eglise catholique se justifie en évoquant les mages (Matthieu 2 : 1-12). Pourtant il n’y avait là aucun échange de cadeaux, mais des offrandes volontaires à Jésus seul.

L’origine du sapin de Noël, tel qu’on le connaît, vient d’une tradition alsacienne vieille de quelques siècles. L’idée de l’arbre sacré est, par contre, très ancienne, puisqu’elle remonte aux premières civilisations. Dans une fable babylonienne, on raconte que Nimrod est revenu à la vie en tant que Tammuz, son fils, sous la forme d’un arbre qui reverdit.
L’arbre de Noël décoré par des bougies fut introduit définitivement dès le XVIe siècle.

On retrouve plusieurs fois l’idée de l’arbre sacré, par exemple le chêne chez les druides, le palmier chez les Egyptiens. Les Romains décoraient le sapin avec des baies rouges durant la période des saturnales.
Les Scandinaves et anciens Germains croyaient que leur dieu Odin allait leur distribuer des cadeaux s’ils s’approchaient de l’arbre sacré pendant la période entourant le 25 décembre et ils considéraient cette nuit comme celle de la mère, c’est-à-dire de la création, qu’ils fêtaient par des masques et des danses.

Tous les éléments de la fête, tels que la dinde, le sapin décoré, les cartes de Noël, le père Noël, la bûche de Noël, le houx, les cloches et les chants de Noël, ont été empruntés à différents peuples païens et se sont fondus jusqu’à faire partie intégrante du 25 décembre. Par exemple, c’est aux Celtes que revient la paternité de la bûche de Noël. Elle était brûlée au moment du solstice pour faire revenir la vie dans la nature, ses cendres étaient répandues sur le pas de la porte pour protéger la maison du malheur et dans les champs pour garantir l’abondance des récoltes.

Alors pourquoi tout cela ? Comme on va le voir, pour en comprendre la raison profonde, il faut se plonger dans des origines encore plus lointaines.

« Ainsi parle l’Eternel : n’imitez pas la voie des nations, et ne craignez pas les signes du ciel, parce que les nations les craignent. Car les coutumes des peuples ne sont que vanité. » Jérémie 10 : 2-3

SES ORIGINES PAIENNES OU LE MYSTERE DE BABYLONE

La Bible nous parle d’un homme qui a marqué son temps et son époque : NIMROD. Pour replacer ce personnage dans son contexte, il est bon de se remémorer l’événement majeur qui a précédé son époque : le déluge, duquel seuls Noé et sa famille ont été sauvés. De Noé sont sortis trois fils qui ont dessiné les trois grands courants de l’humanité et dont la postérité s’est répandue sur toute la terre.

Ce sont SEM, CHAM et JAPHET.

SEM dont sont issus les Arabes et les Juifs (les Sémites)
CHAM dont sont issus les peuples, tribus et ethnies qui ont gagné l’Afrique
JAPHET ancêtre de la race blanche
De la lignée de Cham est sorti Nimrod (Genèse 10 : 8-9). La Bible nous dit que c’était un homme très fort, un vaillant chasseur devant l’Eternel. Il commença à être très puissant sur la terre. Il semble qu’il devait sa réputation d’homme vaillant et de grand chasseur à ses combats contre les bêtes sauvages, qui étaient, à l’époque, le principal danger auquel on devait faire face. Nimrod est certainement à l’origine de la civilisation naissante. Il a bâti de nombreuses villes et des royaumes et a peut-être été à la tête de l’une des toutes premières civilisations citées dans l’Histoire de l’humanité.

L’autre fait marquant dont il faut parler, c’est la tour de Babel. Dieu vit que les êtres humains étaient en train de se construire une ville et une tour qui devait toucher le ciel. Projet insensé sanctionné par son intervention. Il mélangea leur langage, interrompit leur réalisation et les dispersa sur la face de toute la terre. Cette tour était le symbole de la rebellion contre Dieu.

Nimrod, dont le nom signifie « rebelle », régna d’abord sur Babel (Genèse 10 : 10). Le passage de Genèse 10 : 9 peut aussi être traduit par « était un grand chasseur contre l’Eternel. » D’autres sources abondent dans ce sens et ajoutent que Nimrod était l’être le plus rebelle à Dieu.

Le Mystère de Babylone

Selon les sources archéologiques, Nimrod était marié à une femme du nom de Sémiramis qui, à la mort de son mari, eut un fils nommé Tammuz. Elle prétendit que celui-ci avait été conçu et était né surnaturellement. Elle fit admettre cela comme une réalité et déclara qu’il était le germe promis, le sauveur annoncé dans la prophétie de Genèse 3 : 15 où, on le sait, il est question de Jésus, le Messie qui devait venir (pour écraser la tête du serpent).

A ce moment précis, quelque chose s’est déclenché dans l’Histoire de l’humanité. Un système de contrefaçon a vu le jour et s’est propagé jusqu’à nous ; son aboutissement sera l’apparition de l’homme impie (II Thessaloniciens 2 : 3-9).

Sémiramis, la mère, et son fils, Tammuz (petit bébé), se sont fait adorer, surtout la mère. L’adoration de la mère et de l’enfant se retrouve dans beaucoup de civilisations anciennes païennes :

Représentation babylonienne : Sémiramis qui tient dans ses bras son fils Tammuz.
Représentation égyptienne : Isis, déesse égyptienne et son fils Horus.
Représentation indienne : Indrani et son enfant ; Devaki et Crishna.
La déesse d’Ephèse : Diane.
A partir des anciens Babyloniens, cette coutume de l’adoration de la déesse mère et de son enfant s’est répandue sur toute la terre.

Chez les Chinois, la déesse mère se fait appeler « sainte mère », elle est représentée avec un enfant dans ses bras et un rayon de gloire autour de sa tête. Les anciens Germains connaissaient la vierge Erta avec son enfant dans ses bras, qui étaient aussi adorés, de même que chez les Scandinaves et les Etrusques. Chez les druides, elle était appelée la « mère de Dieu ». Chez les Grecs, il y avait Aphrodite ; chez les Sumériens, Nana ; chez les Romains, Vénus. Chez les Phéniciens, la déesse de la fertilité était représentée par un croissant de lune sous ses pieds. Chez les Egyptiens, Isis était représentée par un croissant de lune sous ses pieds et des étoiles autour de sa tête. Nous retrouvons cela aujourd’hui, dans l’Eglise catholique, avec les représentations de Marie. L’immaculée conception était déjà appliquée aux déesses mythologiques.

En Asie, la mère était connue sous le nom de Cybèle et son enfant, Deoius. Elle était considérée comme l’épouse de Baal et comme la reine du ciel, vierge qui enfanta sans concevoir. L’attrait de cette déesse était tel, que même les Israélites se firent prendre à un moment donné et adorèrent la reine du ciel (Jérémie 44 : 5-19).

En Egypte, plusieurs siècles après Jésus-Christ, il fut admis par décret épiscopal que les représentations d’Isis et d’Horus seraient désormais attribuées à la vierge Marie et à son enfant, Jésus.

Voici encore quelques indications qui montrent que l’adoration ou la vénération de Marie tire son origine de l’adoration de la déesse mère. Ce sont les titres qui lui sont attribués : Marie est souvent appelée « Notre Dame de… ». Cette expression est, en fait, la traduction d’un des titres sous lesquels la déesse babylonienne était connue. En effet, Nimrod apparut plus tard sous une forme divinisée, le dieu Baal et Sémiramis, sa femme comme la déesse Baalti dont le nom signifie en anglais « My Lady », en latin « Mea Domina » et en italien « Madonna », qui aujourd’hui se dit « Notre Dame de… ». Cette énumération est certes fastidieuse, mais elle nous ouvre les yeux sur certaines choses, sur le comment et le pourquoi de ces événements.

La religion babylonienne et ses mystères se sont propagés d’une manière formidable dans l’Empire romain. Rome avait pour principe d’englober dans son système religieux tous les dieux des peuples, nations ou royaumes conquis. L’adoration de la déesse mère était très populaire, non seulement à Rome, mais aussi dans tout l’Empire.

Et encore…

L’Eglise primitive, jusqu’au IVe siècle, ignorait ces choses. Puis il y eut une lente évolution et une intégration progressive de certaines pratiques païennes sous le règne de l’empereur Constantin.

Le Concile d’Ephèse en 431, décréta une doctrine relative à une vénération très poussée de Marie. Rappelons que c’est dans cette même ville que l’apôtre Paul prêcha l’Evangile, et fut à l’origine d’une émeute au sujet du temple de la déesse Diane d’Ephèse (Actes 19 : 23-40). Ce Concile provoqua un attroupement sans précédent : joie, liesse et cris de victoire. Après cette étude, il n’est pas difficile de comprendre pourquoi.

Le pape Pie IX définit le 8 décembre 1854, la doctrine de l’immaculée conception. Cette doctrine précise que Marie, dès l’instant de sa conception, fut préservée du péché originel. Jusqu’au XVe siècle, ce fut un sujet de controverses entre les Franciscains et les Dominicains qui, eux, y étaient très fortement opposés.

Le pape Pie XII établit la doctrine de l’assomption le 1er novembre 1950. Cette fête a lieu le 15 août, qui était un jour sacré pour Isis et Diane.

La Bible nous enseigne que seul Jésus n’a jamais péché et que, par conséquent, Il est lui seul digne d’être adoré. La prétendue « vénération » de Marie en opposition à l’adoration n’est qu’un alibi qui a conduit des millions de personnes à l’hérésie, par rapport à la Bible.

LE COMPROMIS OU LA VERITE

Il est alors primordial qu’en parlant de Noël, nous ayons les pensées claires. Que nous sachions quel esprit est derrière cette fête. En réalité, c’est le mystère de l’iniquité (II Thessaloniciens 2 : 7), allusion au mystère de Babylone (Apocalypse 17 : 1-6) qui agit aujourd’hui dans ce monde et qui trouvera son apogée dans l’apparition de l’homme impie, le plus rebelle à Dieu.

Il faut se souvenir que Noël, ainsi que tout ce qui entoure cette fête, est basé sur des pratiques païennes.

Tirons un parallèle avec un passage de la Parole de Dieu : une fête en l’honneur de l’Eternel qui a engendré la colère de Dieu : l’adoration du veau d’or.

… « Allons ! fais-nous un dieu qui marche devant nous… »
… « Demain, il y aura fête en l’honneur de l’Eternel !… »
… « Ils offrirent des holocaustes et des sacrifices d’actions de grâces. Le peuple s’assit pour
manger et pour boire ; puis ils se levèrent pour se divertir. »
… « Car ton peuple s’est corrompu. Ils se sont promptement écartés de la voie que leur avait
prescrite… Israël ! voici ton dieu… »
… « Ah ce peuple a commis un grand péché. Ils se sont fait un veau d’or. »
… « C’est celui qui a péché contre moi que j’effacerai de mon livre… »
… « Ote maintenant tes ornements de dessus toi… »
Exode 32 : 1, 5, 6, 7, 31, 32 et 33 : 5, 6

Il est affligeant de penser qu’une grande partie de la chrétienté s’est laissée prendre par ces coutumes et ces traditions qui nous viennent directement des anciennes civilisations païennes.

Tout notre système actuel est pollué par ces mystères babyloniens et ce n’est pas pour rien que l’Apocalypse nous parle de la grande prostituée, Babylone. Tout est préparé depuis des siècles. Aujourd’hui la vieille tentative de la tour de Babel est en train de se reproduire ; avec les moyens de communication, avec l’informatique, avec tous les moyens modernes que nous avons à disposition. Tout cela facilite et favorise l’émergence d’un empire qui apparaît très clairement et s’élève contre Dieu (II Thessaloniciens 2 : 3-11).

Maintenant, laissons-nous interpeller par ce que Dieu dit et comprenons qu’en tant que chrétien, ce n’est plus une question de sensibilité ou de point de vue, mais un choix de vie ou de mort. Soyons sérieux avec la Parole de Dieu. Mettons-la en pratique et ne nous bornons pas seulement à l’écouter. Choisissons aujourd’hui qui nous voulons servir !

Comment devons-nous nous comporter, maintenant ? Que devons-nous faire ? Comment devons-nous réagir par rapport à nos familles, à ceux qui nous entourent ? Le but n’est pas que nous soyons des trouble-fêtes et des démolisseurs. Remettons-nous devant le Seigneur et laissons-nous remplir de Sa présence, de Sa puissance et de Sa sagesse. Soyons des témoins de la vérité, avec courage et droiture, mais remplis d’amour et de compréhension pour ceux qui n’ont pas encore été éclairés par le Saint-Esprit.

Portons un témoignage à JESUS-CHRIST vivant. Si Marie pouvait revenir, elle pleurerait et dirait : « mais qu’avez-vous fait de moi ? ». Chaque fois que vous verrez une crèche avec une mère et un bébé joufflu, n’oubliez jamais Sémiramis et Tammuz, parce que ce sont eux que vous allez voir ; ce ne sont ni Marie, ni Jésus, mais la Baalite – la Madone – et Tammuz. N’oublions plus jamais l’esprit qu’il y a derrière ce monde.

Nous allons vers des temps où Dieu va restaurer son peuple dans toute sa pureté, exempt de toutes les saletés et pollutions qui viennent directement d’en bas. Combien c’est important d’avoir la vision de la restauration de toutes choses, selon le plan de Dieu. Malheureusement, des millions de personnes ne sont pas conscientes de l’émergence d’un système inique, et se fondent avec celui-ci, commettant l’adultère conformément à la prophétie de l’Apocalypse, concernant la grande prostituée. Dieu veut un peuple débarrassé de toute souillure, marchant dans la pureté, la droiture et la vérité.

Pour terminer, peu importe que Jésus soit né un 30 septembre, un 1er juillet ou le 25 décembre.

Ce qui compte, c’est qu’Il est né, qu’Il est venu dans les ténèbres, pour sauver ceux qui étaient perdus. Il n’est pas resté le petit bébé joufflu, mais Il est devenu le Roi des rois, le Seigneur des seigneurs.

Pro/APV décembre 1995 CM
© 1995 by Alliance Pierres Vivantes, Editions Lorema, CH – 1678 Siviriez
Tous droits réservés – Imprimé en Suisse – Alliance Pierres Vivantes

http://www.viecatholique.com/noel-fete-paienne/


Marmhonie

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Sois en paix, ami René Philippe.
Je suis hospitalisé et tout simplement, je poste moins.
La santé...

Reste surtout comme tu es, c'est magnifique ! Simplement, en ce moment, je dois passer une dure épreuve et Josué voit bien que je m'économise aussi dans un autre forum. C'est donc sans aucun rapport avec mes amis TJ. Louange à Jéhovah !

Encore une fois, il y a bien des catholicismes, bien des pratiques pas si populaires que cela.

Une chose est sûre, les catholiques de tradition, sont de cœur avec les TJ et la lecture quotidienne de la Bible.
Merci d'exister, grand René Philippe !
Votre humble serviteur Michel (en clinique avec ma TMN 1974, toujours)

Rene philippe

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Merci. Je continue à prier Jéhovah pour que tes ennuis de santé ne soient pas graves, qu'il te bénisse et que tu aies la joie de le servir. Sois en paix

Marmhonie

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Durant Noël, nous avons dans ma famille l'habitude traditionnelle de manger pauvrement. Qu'importe la date de la naissance de NSJC, il est né, il fallait fixer une date symbolique, c'est tout. On a pris Jean pour la Lumière, avec une erreur sur la fin du jour le plus court, car ce n'est pas le 24 décembre. Erreur humaine de fixation de la date symbolique.

Tout cela est du simple catéchisme pour enfants. Donc quand un athée ou un ignare en christianisme, vient nous "révéler" que le 25 décembre est une fausse date, qu'il aille d'abord comme un petit enfant, prendre des cours élémentaires de catéchisme.

Il importe de garder son libre arbitre, et jeûner est fondamental. Jeûner pendant les fêtes est une grâce et une vertu qualifiante admirable dans le catholicisme.

Nous ne sommes pas en Islam, soumis à un autre dieu, Allah, terrifiant, tyrannique, sanguinaire, qui écrit tout par avance sur la vie de tout un chacun. "C'est écrit" disent nos amis mahométans. Eh bien non, Dieu est Amour, Dieu offre le libre arbitre et Dieu pardonne.

Contrairement au mahométisme, le Dieu Jéhovah chrétien ne nous a pas fabriqué en série et comme des pantins. On ne peut obliger en christianisme, à manger, surtout pendant les fêtes en l'honneur du vrai Dieu vivant.

Amen.

jc21


Le soucis avec cette fête "Noel", c'est qu'à l'origine c'est une fête paienne, donc certainement pas une fête qui honore Jésus et Jéhovah. D'ailleurs les 1er chrétiens ne fêtaient pas cette fête et tous les rites qui sont venus se rajouter à cette fête : sapin, échange de cadeaux, le père Noel etc...

Donc, posons nous cette question : Jéhovah et Jésus agréent-ils cette fête et ceux qui la pratiquent ?

Josué a écrit:D’où vient donc cette tradition de fêter Noël le 25 décembre ?

Jusqu’au IVe siècle, il y avait différentes opinions au sujet de la date de la naissance de Jésus.
Ce n’est que vers la fin du IVe siècle que l’Eglise catholique romaine a commencé à observer le 25 décembre comme la date d’anniversaire de la naissance du Christ.
En l’an 354 fut fêté pour la première fois à Rome le jour de Noël. Cette période coïncide avec l’institution du christianisme comme religion d’état, sous le règne de l’empereur romain Constantin.

L’observation des 24 et 25 décembre trouve sa source dans beaucoup de traditions et coutumes païennes.

Chez les anciens Romains, le 25 décembre était l’anniversaire de la naissance de « Sol », un des noms du dieu soleil.
Le 25 décembre était aussi le jour du festival d’hiver appelé la « nativité du soleil non conquis », fête païenne.
C’était aussi la période du solstice d’hiver, temps de festivités et de joie dans la Rome antique, la Grèce, parmi les Barbares teutons et dans les anciennes civilisations égyptiennes. Cette période du solstice d’hiver était si populaire, qu’elle a été adoptée et imposée par l’Eglise catholique romaine comme le temps où Jésus serait né.
La grande divinité perse dont le nom signifie « l’ami » est née d’un rocher, un 25 décembre, jour de la renaissance du soleil. On trouve, par ailleurs, des correspondances avec Apollon ainsi qu’avec le dieu serpent des Aztèques, censés tous deux être nés un 24 décembre.
Beaucoup de traditions et de coutumes païennes qui ont trait au soleil, ont été ainsi christianisées. On peut voir la confusion qui en a résulté : Tertullien et Augustin durent dénoncer la fausse identification qu’on attribuait à Jésus : Jésus était Sol, le dieu Soleil.

D’autres coutumes relatives à la période de Noël

L’échange des cadeaux provient des « saturnales », coutume chez les anciens Romains, en l’honneur du dieu Saturne. L’Eglise catholique se justifie en évoquant les mages (Matthieu 2 : 1-12). Pourtant il n’y avait là aucun échange de cadeaux, mais des offrandes volontaires à Jésus seul.

L’origine du sapin de Noël, tel qu’on le connaît, vient d’une tradition alsacienne vieille de quelques siècles. L’idée de l’arbre sacré est, par contre, très ancienne, puisqu’elle remonte aux premières civilisations. Dans une fable babylonienne, on raconte que Nimrod est revenu à la vie en tant que Tammuz, son fils, sous la forme d’un arbre qui reverdit.
L’arbre de Noël décoré par des bougies fut introduit définitivement dès le XVIe siècle.

Marmhonie

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
jc21 a écrit:Le soucis avec cette fête "Noel", c'est qu'à l'origine c'est une fête paienne.
C'est une thèse vieille du 19e siècle anticlérical (ça concerne aussi les TJ donc puisqu'ils ont leur Watchtower centralisée) qui n'avait d'autre sens que de combattre les catholiques contre les républicains, une époque historique française typique que beaucoup trop ignorent.

Je rappelle que la fête du solstice ne fut jamais un 25 décembre.
A mourir de rire donc.

D'après votre explication, le solstice d'hiver de 2016 devrait avoir lieu le 25 décembre 2016. Ben non, aucun rapport, ce sera le mercredi 21 décembre à 10h44 !
Source scientifique : http://www.linternaute.com/actualite/societe/1203925-solstice-d-hiver-2015-date-definition-comment-on-change-de-saison/

jc21


Les TJ ne combattent aucune religion, ils prennent uniquement position pour Jéhovah et Jésus et veulent plaire à Jéhovah et par conséquent faire sa volonté.

D'ou ma question, est-ce qu'on est agrée par Jéhovah et Jésus en célébrant Noel ?

Et je rajouterai, est-ce Jéhovah qui nous demande de célébrer cette fête ?

Patrice1633

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Afin de minimiser l'importance de la rançon, Satan a appris aux gens à accorder plus d'importance a la naissance de Jesus qu'à sa mort ...


A qui voulez vous plaire?

A fêter une naissance qui a un syncronisme avec des fêtes payenne, pendant que "aucun" serviteur de Dieu on fêter les fêtes de naissance, ou plaire a Jesus lui meme qui veux que on se souvienne de lui, "en petit bébé"??
Mais non, mais il a demander que nous nous rapelions de lui en etant victorieux, en ayant vaincu le monde, en ayant payer la "rançon", ce qu'il est venu faire en fait ... Mourir pour nous ...

"Petit papa N..." Viens nous donner des cadeaux ...????
Il a precher pas pour que on reçois  du superflu, mais que l'on donne tout pour servir Dieu ... Pas pour avoir un petit ours en peluche, ni pour recevoir une Télévision 4K en cadeau ...
La bible nous demande d'avoir l'essentiel: un toit, a manger et s'habiller ... Car on aura tout dans le paradis, c'est la notre demeure, notre vie, pas ici, ici ca vas bientot tout etre detruit ...

Wayne Gretski, je sais pas sï vous connaissez, il etait une Etoile du hockey au Québec, un champion sur glace ...
Il veux que on se souvient de lui, comme un Gagnant, un Vainceur, pas comme un bébé ...

Oui, Satan et son organisation rie bien du sauveur du monde, celui qui à donner son sang pour en sauvé beaucoup ...

Avec qui veux tu etre a ses côté?

Ceux qui rie du fils de Dieu en l'exposant comme un bébé incapable de rien faire?
Satan et son organisation dit: "Voila votre sauveur ... Un bébé qui a besoin de nous pour changer sa couche, et c'est en lui que vous metter votre confiance"?

Ou comme Jehovah et son organisation affirme etre: "Celui ci est mon fils, celui qui a vaincu ce monde, celui qui a endurer des souffrance et qui c'est offert de mourir à votre place, oui, il est mort à votre place, croyez en lui et vivez pour toujours ..."

Si c'est en Vainceur que vous voyez Jesus, commémorez ca mort mais sï c'est en Petit bébé qui a besoin de nous que vous voyez Jesus, alors fêter Noel ...

Faites votre choix!

Que dit la Bible sur Noel?
https://www.jw.org/fr/la-bible-et-vous/questions-bibliques/la-bible-et-noel/



Dernière édition par Patrice1633 le Jeu 24 Nov - 13:21, édité 1 fois

Patrice1633

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Que ferez vous dans 1 mois?

Moi, je ne fêterez pas la Noel ... NON!!!

Mikael

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Je regarderais la télé Very Happy Very Happy

Marmhonie

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
jc21 a écrit:D'ou ma question, est-ce qu'on est agrée par Jéhovah et Jésus en célébrant Noel ?
C'est une question de foi TJ hors-sujet dans ce sous-forum'de foi catholique présenté. Car pour les cathos, Jésus est YHWH bien sûr. La question n'a donc aucun sens pour un catholique.

Pour les catholiques, qui ne reconnaît pas Jésus-Christ être YHWH, n'est pas chrétien, cela déjà été dit & répété ici, donc pourquoi reposer toujours ce genre de question ?

Idem, bien sûr que la Watchtower tire à vue sur les cathos. Une des dernières videos de JW.ORG montre à côté d'un militaire tuant, un prêtre catholique dans un montage. Ce n'est pas gratuit. Bien sûr.

Patrice1633

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Faux,

C'est pour les humain et aucunement pour une religion en particulier ...

jc21


Vous jouez sur les mots, mais c'est vrai qu'on ne partage pas les croyances catholiques qui n'honorent pas Jéhovah et Jésus et qui ne sont pas un pour les Témoins de Jéhovah mais bien le père et le fils, ça c'est biblique. Par contre Noel, ce n'est pas biblique et les 1er chrétiens ne faisaient pas cette fête. Les TJ ne fêtent pas Noel, parce que pour nous l'important c'est d'obéir à Jéhovah et de faire sa volonté. Il est important de savoir ce qui plait à notre créateur, sinon comment pouvons nous lui plaire si nous ne faisons pas sa volonté.

LA TOUR DE GARDE DÉCEMBRE 2012
Questions des lecteurs
Pourquoi certains ne fêtent-ils pas Noël ?


Dans le monde, près de deux milliards de personnes fêtent Noël le 25 décembre, tandis qu’au moins 200 millions d’autres célèbrent l’anniversaire de Jésus Christ le 7 janvier. Mais des millions d’autres encore choisissent de ne pas fêter Noël du tout. Pourquoi ?

Peut-être sont-ils membres d’une religion qui ne fait pas partie de la chrétienté, comme le judaïsme, l’hindouisme ou le shintoïsme. Ou bien ils sont athées, agnostiques, libres penseurs, humanistes séculiers, etc. et considèrent l’histoire de Noël comme un mythe.

Toutefois, chose étonnante, un assez grand nombre de gens croient en Jésus mais rejettent les traditions de Noël. Pour quelles raisons ? Citons-en quatre.

Premièrement, ils ne croient pas que Jésus soit né en décembre ni en janvier. La Bible ne précise pas de date. Elle relate simplement : “ Il y avait aussi dans ce même pays des bergers qui vivaient en plein air et qui, la nuit, passaient les veilles à surveiller leurs troupeaux. Et soudain l’ange de Jéhovah se tint près d’eux, et [...] leur dit : ‘ [...] il vous est né aujourd’hui un Sauveur, qui est Christ le Seigneur. ’ ” — Luc 2:8-11.

Des éléments indiquent que Jésus est né vers le début du mois d’octobre, alors que, comme le précise le passage précité, les bergers et leurs troupeaux pouvaient encore passer la nuit dans les champs. Décembre et janvier sont en revanche les mois les plus froids dans la campagne de Bethléhem ; on rentre donc les troupeaux dans des abris pour qu’ils passent la nuit au chaud.

Deuxième raison : Le seul évènement que Jésus a expressément demandé à ses disciples de commémorer, c’est sa mort, pas sa naissance, et ils devaient le faire par un repas de communion simple (Luc 22:19, 20). On note du reste que les Évangiles de Marc et de Jean sont muets sur la naissance de Jésus.

Le seul évènement que Jésus a expressément demandé à ses disciples de commémorer, c’est sa mort, pas sa naissance.
Troisième raison : Il n’y a aucune preuve historique que les premiers chrétiens célébraient la naissance du Christ. Par contre, ils commémoraient sa mort (1 Corinthiens 11:23-26). C’est seulement plus de 300 ans après la naissance de Jésus que la chrétienté a officiellement commencé à observer Noël le 25 décembre. Fait intéressant, au milieu du XVIIe siècle, en Angleterre, le Parlement a interdit les festivités de Noël. Aux États-Unis, la Cour générale du Massachusetts a fait de même. Pourquoi ? Le livre Bataille pour Noël (angl.) explique : “ Il n’y a aucune raison biblique ou historique de situer la naissance de Jésus le 25 décembre. ” Et d’ajouter que pour les puritains “ Noël n’était rien d’autre qu’une fête païenne sous un vernis de christianisme ”.

Cela nous amène à la quatrième raison : L’origine douteuse de la célébration elle-même. Noël plonge ses racines dans la Rome païenne avec son mélange de fêtes en l’honneur de Saturne, dieu de l’agriculture, et du Sol Invictus, ou Mithra, dieu-soleil. “ Comme bien des coutumes et croyances préchrétiennes, la fête antique commémorant le retour annuel du soleil a été redédiée à la naissance de Christ ”, signalent les anthropologues Christian Rätsch et Claudia Müller-Ebeling, coauteurs de Weihnachtsbaum und Blütenwunder (Arbre de Noël et magie des fleurs).

Au vu de tout ce qui précède, comprenez-vous pourquoi les véritables chrétiens ne fêtent pas Noël ?



Dernière édition par Marmhonie le Ven 25 Nov - 7:46, édité 1 fois (Raison : Prosélytisme jéhoviste ne respectant pas ce forum de la foi catholique.)

Rene philippe

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Marmhonie a écrit:
jc21 a écrit:D'ou ma question, est-ce qu'on est agrée par Jéhovah et Jésus en célébrant Noel ?
C'est une question de foi TJ hors-sujet dans ce sous-forum de foi catholique présenté.
Je ne crois pas que ce soit hors sujet puisque le sujet est : "NOËL : FÊTE CHRÉTIENNE OU PAÏENNE ?"

Car pour les cathos, Jésus est YHWH bien sûr. La question n'a donc aucun sens pour un catholique.
Je ne comprends pas, ici tu dis que Jésus est Jéhovah (ou YHWH)

Pour les catholiques, qui ne reconnaît pas Jésus-Christ être YHWH, n'est pas chrétien
Et là, le contraire, que Jésus n'est pas Jéhovah

cela déjà été dit & répété ici, donc pourquoi reposer toujours ce genre de question ?
Je pense pour bien montrer que cette "fête" a une origine païenne, commerciale, et qui n'honore en aucune manière ni Jésus ni Jéhovah. En évoquant l'aspect plus scientifique concernant le solstice qui était une des raisons à l'origine, et qui, la science progressant, ne se vérifie plus, on détourne l'attention du but de la majorité de ceux qui le fêtent, c'est-à-dire un mélange de religion (messe de noël, naissance du Christ), de paganisme, et de science pour "diluer" le but du diable de détourner les personnes du but de la venue de Jésus sur terre, de le montrer comme un bébé innocent venant de naître, et non comme un Roi puissant (cf : Genèse 3:1 : Est-ce vrai que Dieu a dit que vous ne devez pas manger de tout arbre du jardin ?). Toujours mêler le vrai du faux pour masquer le vrai; toujours la même méthode ignoble.

Idem, bien sûr que la Watchtower tire à vue sur les cathos. Une des dernières videos de JW.ORG montre à côté d'un militaire tuant, un prêtre catholique dans un montage. Ce n'est pas gratuit. Bien sûr.
Quel est le but de la Watchtower et des TJ du monde entier ? (Révélation 12:17 : Et le dragon s’est mis en colère contre la femme, et il s’en est allé faire la guerre au reste de sa semence, ceux qui observent les commandements de Dieu et possèdent cette œuvre : rendre témoignage à Jésus.).
Les TJ ne sont et n'ont jamais été parfaits, ni dans le passé, ni aujourd'hui. Les catholiques ont leur croyance, leur passé, leur présent, tout comme les TJ. Chacun rendra compte à Jéhovah de ces actes, et le jugement sera juste et parfait. Nous croyons être dans la vérité, tout comme les catholiques, les musulmans, et toutes les autres religions de la terre le pensent. Tout cela sera dévoilé par Jéhovah en temps voulu. Il nous laisse à tous le libre arbitre, tout simplement. À nous de l'assumer.

Marmhonie

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Je recentre sur le sujet en rappelant qu'ici c'est la foi catholique, laquelle est visiblement incompréhensible pour certains TJ, lesquels n'ont aucun débat à proposer, pas plus qu'un catholique chercherait dans le forum TJ à remettre en question leur foi en imposant leur "vérité" et leurs reproches sur les égarements de leur passé. Cela est encore autre chose, ici aussi.



Le sujet est donc bien, à la lumière de la foi catholique & du génie littéraire des plus grands saints en 2000 ans du patrimoine de l'Église catholique romaine uniquement : "NOËL : FÊTE CHRÉTIENNE OU PAÏENNE ?"

Marmhonie

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Noël est une fête populaire catholique

Pour les catholiques de toutes obédiences, la fête de Noël, le 25 décembre, commémore la naissance de Jésus-Christ, à l'origine du christianisme.

Jésus, Dieu fait homme
Les catholiques, qui ont intégré la tradition judaïque, cultivent la foi en un Dieu unique mais en trois personnes : le Père, le Fils et le Saint Esprit (c'est le mystère de la Sainte Trinité).

Ce Dieu se veut proche des hommes et leur a exprimé son amour en leur envoyant son Fils afin de les éloigner du péché et les conduire à la vie éternelle.

Selon le Credo (Je crois...), celui-ci « a pris chair de la Vierge Marie et s'est fait homme » sous le nom de Jésus - ou Iéshoua (en hébreu, Dieu sauve).
Il a supporté de souffrir et de mourir sur la croix car, dit-il, « il n'y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu'on aime » (Jean, 15.13). Ainsi se manifeste sa proximité avec l'humanité...
Mais, selon les disciples de Jésus, il est aussi ressuscité, manifestant par là sa divinité. La foi en sa résurrection est au coeur du catholicisme.

Marmhonie

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Noël, une fête catholique devenue vagabonde

Aux premiers siècles de notre ère,
les Grecs célébraient la venue de Jésus-Christ le 6 janvier, à l'occasion de l'Épiphanie (d'un mot grec qui désigne une apparition).
Ce jour-là, ils n'évoquaient pas sa naissance proprement dite mais plutôt son baptême dans les eaux du Jourdain par Jean-Baptiste ou encore le miracle des noces de Cana (l'eau transformée en vin), ou enfin la présentation du nouveau-né aux rois mages.

À Rome, en 354,
le pape Libère reporte cette célébration au 25 décembre, en remplacement des Saturnales romaines et de la fête du soleil vainqueur (sol invictus) que les païens avaient coutume de consacrer au retour du soleil après le solstice d'hiver. C'est une manière de rappeler que Jésus est la « Lumière du monde » (évangile selon St Jean)

Au Moyen Âge, la piété populaire centre la fête sur la naissance proprement dite de Jésus.
Noël viendrait de natalis dies (en latin, « jour de la naissance ») à moins qu'il ne soit une déformation d'Emmanuel. Ce nom rappelle l'oracle du prophète Isaïe : « Le Seigneur vous donnera un signe: la vierge enfantera un fils et l'appellera Emmanuel (en hébreu, Dieu avec nous) » (Évangile selon Matthieu).
Les catholiques adoptent la coutume d'assister à une messe de Minuit, le soir du 24 décembre.

Cette messe de Minuit était autrefois suivie d'une messe de l'Aurore et d'une messe du Jour,
comme dans le conte d'Alphonse Daudet : Les trois messes basses. Ces messes, suivies d'un souper festif, rappelaient celles que le pape, évêque de Rome, célébrait au même moment dans trois églises de sa ville.

Se développent aussi au Moyen Âge
les représentations vivantes de la crèche. Le mot désigne la mangeoire où reposait selon la tradition l'enfant Jésus, faute de lit mieux approprié. Ces représentations incluent un boeuf et un âne qui veillent sur le nouveau-né, ainsi que les parents et tous les personnages venus rendre hommage à l'enfant : bergers et paysans des environs, rois mages... Plus tard apparaissent les crèches à base de petits personnages en terre cuite.

Au XVIe siècle, apparaît en Alsace la coutume d'un sapin
décoré de pommes et de bougies, qui rappellent la vie (Ève et la pomme) et la « Lumière du monde » (Jésus). Une année que les pommes se firent rares, un verrier avisé eut l'idée de les remplacer par des boules de verre soufflé. Cette coutume se diffuse dans les pays germaniques et plus tard en Angleterre, par l'intermédiaire du prince Albert de Saxe-Coburg Gotha, époux de la reine Victoria. À Paris, le premier sapin de Noël est planté aux Tuileries par la princesse Hélène de Mecklembourg, belle-fille du roi Louis-Philippe 1er, en 1837.

Les Américains reprennent à la fin du XIXe siècle
la tradition de Saint Nicolas, qui distribue des cadeaux aux enfants sages le jour de sa fête, le 6 décembre. Ils transforment le saint en un Père Noël très profane qui passe dans la nuit du 24 au 25 décembre. Noël a perdu depuis lors son caractère strictement religieux et la fête a pris un caractère universel échappant à la foi catholique.

Pour éviter de malsaines compromissions,
l'Église catholique met désormais l'accent sur la commémoration de Pâques et de la résurrection plutôt que sur Noël et la Nativité !

Marmhonie

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Noël 2016, petites précisions


Mes biens chers amis,

Souhaitons de bonnes fêtes de fin d'année.
Pour la semaine du 4ème dimanche de l'Avant :

  • dimanche 20 décembre : n'oubliez pas le jour du Seigneur. Il nous a apporté le sabbat, ce jour de repos que vous ne vendrez pas contre de l'argent. Exode, chapitre XX, versets 8 à 11 : "Souviens-toi du jour du repos, pour le sanctifier. Tu travailleras six jours, et tu feras tout ton ouvrage. Mais le septième jour est le jour du repos de l'Éternel, ton Dieu : tu ne feras aucun ouvrage, ni toi, ni ton fils, ni ta fille, ni ton serviteur, ni ta servante, ni ton bétail, ni l'étranger qui est dans tes portes. Car en six jours l'Éternel a fait les cieux, la terre et la mer, et tout ce qui y est contenu, et il s'est reposé le septième jour : C'est pourquoi l'Éternel a béni le jour du repos et l'a sanctifié."
  • mercredi 21 décembre : Saint Thomas Apôtre.
  • jeudi 22 décembre : de la férié.
  • vendredi 23 décembre : de la férié.
  • samedi 24 décembre : Vigile de Noël. Faites une confession au moins une fois l'an. A 23h, veillée de Noël.
  • dimanche 25 décembre : Nativité de Notre Seigneur. 00h, messe de Minuit. 9h : messe de l'Aurore. La messe de Minuit est à Minuit ! Respectez ce jour de l'année, n'en fut-ce qu'un et retrouvez le bonheur dans les pas de l'Eglise depuis toujours.
  • lundi 26 décembre : Saint Etienne, premier martyr.
  • dimanche 27 décembre : dimanche dans l'Octave de Noël. Allez à la grande messe chantée.

Pendant l'Avent, augmentons le respect pour les lieux saints. Imitons les bergers dont l'attitude extérieure était l'expression de leur foi. Les efforts consentis modèleront inévitablement votre comportement extérieur chaque fois que vous entrerez désormais dans une église non comme le païen qui entre dans un musée ou un voleur qui tente en vain de dérober les divins mystères. Pour ceux-là je vous dis que l'Enfer est leur séjour attendu.

Pour les modernistes et œcuménistes, la messe de Noël de minuit est à minuit, n'est-ce pas ! Pas à 21h ou 22h..

Les prêtres catholiques vous souhaitent une très sainte fête de la Nativité fin 2016.

Patrice1633

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Comme la question de Josué est de savoir si c'est Chretien ou Payen que de fêter la Noel, tel est la question et non de savoir si votre religion fete la Noel ...

Prenez quelque minute svp pour penser à ce qui suit ...
Au temps de Moïse, quand il a monter la montagne, le peûple en bas qui est pourtant le peûple de du vrai Dieu, il avais feter autour d'un veau d'Or, oui, il l'on fait, mais est ce que c'était une fete approuver par le vrai Dieu?
Qu'est ce qui est arriver à tout ce beau monde?

Nos fêtes peuvent plaire ou ne pas plaire au Createur, tel est ce qui est important ...
La question est donc, votre fêtes plait-t-elle au Vrai Dieu?

La question n'est pas de savoir si les Israelites on eu du plaisir durant cette fêtes car ils se sont bel et bien amuser, meme s'ils disait fêter pour Dieu, au retour ils ont ete mis a mort sous l'épée car Jehovah a "détester" leur mauvaise fetes ...
Il en vas de notre vie de fêter une fete qui ne plait pas a Jehovah ...

Que dit la Bible sur Noel?


https://www.jw.org/fr/la-bible-et-vous/questions-bibliques/la-bible-et-noel/

jc21


Je crois que la question de ce sujet est : NOEL : FETE CHRETIENNE OU PAIENNE ? Donc je ne vois pas ou on n'a pas été dans le sujet ? C'est pas parce qu'on dit que Noel est une fête païenne qu'on n'est pas dans le sujet. Voici un article très intéressant sur la véritable origine de Noel.

LA TOUR DE GARDE DÉCEMBRE 2015
QUESTIONS DES LECTEURS
Les coutumes de Noël : où est le problème ?


Noël est depuis longtemps présenté comme une fête chrétienne traditionnelle célébrant la naissance de Jésus. Mais quand on réfléchit aux coutumes qui sont suivies durant cette célébration, une question se pose : Comment ont-elles fini par être associées à la naissance de Jésus ?

Citons tout d’abord la légende du père Noël. Le personnage jovial, à la barbe blanche, aux joues roses et vêtu de rouge tel qu’on le représente aujourd’hui est connu pour avoir figuré dans une publicité de Noël à succès créée pour une entreprise américaine de sodas, en 1931. Au cours des années 1950, des Brésiliens ont essayé de remplacer le père Noël par l’un de leurs personnages légendaires : papi l’Indien. Résultat ? Le père Noël ne l’a pas seulement emporté sur papi l’Indien, il l’a même « emporté sur l’enfant Jésus et est devenu le représentant officiel de la fête du 25 décembre », dit le professeur Carlos Fantinati. Mais Noël ne pose-t-il un problème qu’à cause de ce genre de légendes ? Pour répondre à cette question, remontons à l’époque du christianisme primitif.

Le père Noël portant un gros sac sur l’épaule
« Durant les deux premiers siècles du christianisme, la célébration des anniversaires de naissance des martyrs, tout comme celle de Jésus, a connu une forte opposition », déclare l’Encyclopædia Britannica. Pour quelle raison ? Les chrétiens considéraient les anniversaires de naissance comme des coutumes païennes qu’ils devaient totalement rejeter. D’ailleurs, on ne trouve la date de la naissance de Jésus nulle part dans la Bible.

Au IVe siècle, malgré la position des premiers chrétiens à l’égard des anniversaires de naissance, l’Église catholique a institué la fête de Noël. Elle voulait renforcer sa position en éliminant l’un de ses principaux obstacles : la popularité des religions païennes romaines et de leurs fêtes du solstice d’hiver. Chaque année, du 17 décembre au 1er janvier, « la plupart des Romains festoyaient, s’adonnaient à des jeux d’argent, s’amusaient, défilaient et prenaient part à d’autres réjouissances tout en rendant hommage à leurs divinités », dit Penne Restad dans Histoire de Noël en Amérique (angl.). De plus, le 25 décembre, les Romains célébraient la naissance du soleil invincible. L’Église a institué Noël ce jour-là pour séduire de nombreux Romains et les amener à célébrer la naissance de Jésus à la place de celle du soleil. Les Romains « pouvaient encore savourer le folklore de ces fêtes hivernales, dit Gerry Bowler dans Biographie du père Noël (angl.). En fait, ils ont continué à célébrer les nouvelles fêtes tout en suivant leurs anciennes traditions ».

À l’évidence, le problème majeur posé par Noël est lié à ses origines douteuses. Dans son livre Bataille pour Noël (angl.), Stephen Nissenbaum parle de Noël comme « rien d’autre qu’une fête païenne sous un vernis de christianisme ». Ainsi, Noël déshonore Dieu et son Fils, Jésus Christ. Est-ce une question sans importance ? « Quels rapports ont la justice et l’illégalité ? dit la Bible. Ou quelle participation la lumière a-t-elle avec les ténèbres ? » (2 Corinthiens 6:14). Tel un arbre devenu tortueux en grandissant, Noël est tellement tordu qu’il « ne peut se redresser » (Ecclésiaste 1:15).

Marmhonie

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
NOEL : FETE CHRETIENNE OU PAIENNE ?



Voici un article très intéressant sur la véritable origine de Noel.

LA TOUR DE GARDE DÉCEMBRE 2015
QUESTIONS DES LECTEURS
Les coutumes de Noël : où est le problème ?


Noël est depuis longtemps présenté comme une fête chrétienne traditionnelle célébrant la naissance de Jésus. Mais quand on réfléchit aux coutumes qui sont suivies durant cette célébration, une question se pose : Comment ont-elles fini par être associées à la naissance de Jésus ?

Citons tout d’abord la légende du père Noël. Le personnage jovial, à la barbe blanche, aux joues roses et vêtu de rouge tel qu’on le représente aujourd’hui est connu pour avoir figuré dans une publicité de Noël à succès créée pour une entreprise américaine de sodas, en 1931. Au cours des années 1950, des Brésiliens ont essayé de remplacer le père Noël par l’un de leurs personnages légendaires : papi l’Indien. Résultat ? Le père Noël ne l’a pas seulement emporté sur papi l’Indien, il l’a même « emporté sur l’enfant Jésus et est devenu le représentant officiel de la fête du 25 décembre », dit le professeur Carlos Fantinati. Mais Noël ne pose-t-il un problème qu’à cause de ce genre de légendes ? Pour répondre à cette question, remontons à l’époque du christianisme primitif.

Le père Noël portant un gros sac sur l’épaule
« Durant les deux premiers siècles du christianisme, la célébration des anniversaires de naissance des martyrs, tout comme celle de Jésus, a connu une forte opposition », déclare l’Encyclopædia Britannica. Pour quelle raison ? Les chrétiens considéraient les anniversaires de naissance comme des coutumes païennes qu’ils devaient totalement rejeter. D’ailleurs, on ne trouve la date de la naissance de Jésus nulle part dans la Bible.

Au IVe siècle, malgré la position des premiers chrétiens à l’égard des anniversaires de naissance, l’Église catholique a institué la fête de Noël. Elle voulait renforcer sa position en éliminant l’un de ses principaux obstacles : la popularité des religions païennes romaines et de leurs fêtes du solstice d’hiver. Chaque année, du 17 décembre au 1er janvier, « la plupart des Romains festoyaient, s’adonnaient à des jeux d’argent, s’amusaient, défilaient et prenaient part à d’autres réjouissances tout en rendant hommage à leurs divinités », dit Penne Restad dans Histoire de Noël en Amérique (angl.). De plus, le 25 décembre, les Romains célébraient la naissance du soleil invincible. L’Église a institué Noël ce jour-là pour séduire de nombreux Romains et les amener à célébrer la naissance de Jésus à la place de celle du soleil. Les Romains « pouvaient encore savourer le folklore de ces fêtes hivernales, dit Gerry Bowler dans Biographie du père Noël (angl.). En fait, ils ont continué à célébrer les nouvelles fêtes tout en suivant leurs anciennes traditions ».

À l’évidence, le problème majeur posé par Noël est lié à ses origines douteuses. Dans son livre Bataille pour Noël (angl.), Stephen Nissenbaum parle de Noël comme « rien d’autre qu’une fête païenne sous un vernis de christianisme ». Ainsi, Noël déshonore Dieu et son Fils, Jésus Christ. Est-ce une question sans importance ? « Quels rapports ont la justice et l’illégalité ? dit la Bible. Ou quelle participation la lumière a-t-elle avec les ténèbres ? » (2 Corinthiens 6:14). Tel un arbre devenu tortueux en grandissant, Noël est tellement tordu qu’il « ne peut se redresser » (Ecclésiaste 1:15).
[/quote]
C'est une thèse franc-maçonne bien connue, issue de la Révolution française.

Je m'étonne que des TJ flirtent avec ce genre de ragots révisionnistes qui ont été officiellement démolis par les historiens des religions.

François Hollande en France a voulu reimposer dans les nouveaux manuels d'Histoire cette thèse, les historiens ont fortement protesté, il n'a pu le faire !

Comment donc ici un article plus que maladroit peut-il reprendre cela à son compte ? Trop d'erreurs du passé de la Watchtower et des scandales des fausses prophéties d'anciens présidents, devraient amener les TJ à prendre garde.

Cet exemple est un modèle d'erreurs diffusées à conserver pour le devoir de mémoire : la Watchtower n'est pas inspirée par Jéhovah, elle le rappelle souven, et on le constate parfois comme ici.

Cet article n'aurait jamais dû passer.

Imaginez un passant qui prend une revue WT contenant cet article, et un autre prenant l'autre revue parlant que Dieu a un Nom.

Le premier tombera sur cet article faux et se dira, lucide :
- Quoi, encore cette vieille légende urbaine anti-chrétien ! C'est quoi, ces gens ? Des socialistes, des francs-maçons, des communistes, la Scientologie masquée ?
Et il jette la revue, convaincu.

L'autre découvre que Dieu a vraiment Son Nom unique : Jéhovah. Il deviendra TJ.

Ça tient à quoi tout ça ?
Au manque de contrôle pas assez efficace qui ne filtre pas toutes les erreurs. Diffusée à des millions d'exemplaires dans le monde, une telle erreur fait des dégâts considérables contre les TJ.

Alors veillons !



Dernière édition par Marmhonie le Ven 17 Nov - 15:01, édité 1 fois

Rene philippe

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Marmhonie a écrit:
jc21 a écrit:

Comment donc ici un article plus que maladroit peut-il reprendre cela à son compte ? Trop d'erreurs du passé de la Watchtower et des scandales des fausses prophéties d'anciens présidents, devraient amener les TJ à prendre garde.

Cet exemple est un modèle d'erreurs diffusées à conserver pour le devoir de mémoire : la Watchtower n'est pas inspirée par Jéhovah, elle le rappelle souvent, et on le constate parfois comme ici.

Cet article n'aurait jamais dû passer.

Imaginez un passant qui prend une revue WT contenant cet article, et un autre prenant l'autre revue parlant que Dieu a un Nom.

Le premier tombera sur cet article faux et se dira, lucide :
- Quoi, encore cette vieille légende urbaine anti-chrétien ! C'est quoi, ces gens ? Des socialistes, des francs-maçons, des communistes, la Scientologie masquée ?
Et il jette la revue, convaincu.

L'autre découvre que Dieu a vraiment Son Nom unique : Jéhovah. Il deviendra TJ.

Ça tient à quoi tout ça ?
Au manque de contrôle pas assez efficace qui ne filtre pas toutes les erreurs. Diffusée à des millions d'exemplaires dans le monde, une telle erreur fait des dégâts considérables contre les TJ.

Alors veillons !

Merci pour la mise en garde.

Patrice1633

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Syncrétisme selon Wikepedia

Un syncrétisme est un mélange d'influences. Le terme de syncrétisme vient du mot grec συγκρητισμός (sygkrètismos) signifiant « union des Crétois ». Initialement appliqué à une coalition guerrière, il s'est étendu à toutes formes de rassemblement de doctrines disparates, et est surtout utilisé à propos de religions.

Fêter et pour Dieu et poir des dieux Payen reviens a manger a deux table en meme temps

Rene philippe

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Patrice1633 a écrit:

Fêter et pour Dieu et poir des dieux Payen reviens a manger a deux table en meme temps
Et donc attention aux indigestions Suspect

Patrice1633

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Javais vue une video sur youtube, ils avait fait des fouillent et avais remarquer que le peûple de Jehovah n'était pas toujours fidele pour ce qui est d'avoir des idoles, donc d'adorer de faux dieu, effectivement le peûple venaisbde subir une attaque de peûple voisins, et ensuite ils on trouver d'autre site non detruit et il n'on pas trouver de petites statues, alors ca prouve vraiment ce que la bible explique ..

Je ne sais plus sï c'est dans cette video, j'en ai regarder tellement


https://youtu.be/OmRb_YIUUmc

jc21


Un autre article de la TG DU 15/12/2000 qui démontre bien que Noel n'est pas d'origine chrétienne.


Les coutumes de Noël sont-elles chrétiennes ?
LA PÉRIODE de Noël est arrivée. Que signifie-t-elle pour vous, pour votre famille et pour ceux que vous côtoyez ? Est-ce un événement d’ordre spirituel, ou bien simplement un moment de fête et de réjouissances ? Est-ce l’occasion de méditer sur la naissance de Jésus Christ, ou bien de faire fi des principes chrétiens ?

Tout en réfléchissant à ces questions, gardez présent à l’esprit que les traditions de Noël peuvent varier d’un endroit à un autre. Par exemple, au Mexique et dans d’autres pays d’Amérique latine, le nom même de la fête est différent. Un dictionnaire révèle que le nom français Noël vient “ du lat[in] natalis (dies) ‘ (jour) de naissance ’ ”. La Navidad (la Nativité), comme on l’appelle en Amérique latine, se rapporte également à la naissance du Christ. Considérez quelques coutumes propres au Mexique ; cela pourra vous aider à vous forger votre propre opinion au sujet de cette période festive.

Les posadas, les “ trois Rois mages ” et le nacimiento

Les festivités débutent le 16 décembre avec les posadas. Le livre Fêtes du Mexique (angl.) déclare : “ C’est l’époque des posadas, neuf jours magiques aboutissant à la veille de Noël, qui commémorent les pérégrinations de Joseph et de Marie dans la ville de Bethléhem, et le moment où ils trouvent enfin un abri. Familles et amis se réunissent tous les soirs pour reconstituer les événements qui précédèrent la naissance de Christ. ”

La tradition veut qu’un groupe de personnes portent des statues de Marie et de Joseph jusqu’à une maison et demandent en chanson un abri, ou posada. Les occupants de la maison répondent en chantant puis invitent les visiteurs à entrer. Commence alors une fête au cours de laquelle certains — les yeux bandés et un bâton à la main — essaient chacun à leur tour de casser la piñata, un grand vase en terre cuite suspendu à une corde. Une fois la piñata brisée, on en distribue le contenu (des bonbons, des fruits, etc.) aux convives avant de se mettre à manger et à boire au milieu des musiques et des danses. Huit fêtes de posada sont organisées entre le 16 et le 23 décembre. Le 24 a lieu la Nochebuena (la nuit de Noël), au cours de laquelle les familles s’efforcent de se réunir pour un repas spécial.

Peu de temps après arrive le Nouvel An, marqué par des réjouissances bruyantes. Au soir du 5 janvier, les Tres Reyes Magos (trois Rois mages) sont censés apporter des cadeaux aux enfants. Les festivités atteignent leur apogée le 6 janvier, jour où l’on sert la rosca de Reyes (gâteau en forme de couronne), dans laquelle est cachée une petite figurine représentant Jésus enfant. Celui qui la trouve est tenu d’organiser chez lui une fête finale le 2 février (dans certaines régions, il y a trois figurines, qui représentent les “ trois Rois mages ”). Les fêtes liées à Noël s’enchaînent ainsi à n’en plus finir.

Au cours de cette période, el nacimiento (la scène de la Nativité) tient une place prépondérante. Dans les lieux publics, ainsi que dans les églises et les maisons, on installe des crèches où l’on dispose des figurines (petites ou grandes) en céramique, en bois ou en argile, lesquelles représentent Joseph et Marie s’agenouillant devant une mangeoire où repose un nouveau-né. Souvent on y place aussi des bergers et les “ Rois mages ”. Le décor est une étable, où peuvent figurer des animaux. Toutefois, le personnage principal est celui d’un nouveau-né qu’on appelle en espagnol el Niño Dios (l’Enfant-Dieu). Cette figurine clé peut être placée là le soir de Noël.

Les coutumes de la Nativité à la loupe

Au sujet des festivités de Noël telles qu’on les pratique généralement dans le monde entier, l’Encyclopedia Americana déclare : “ La plupart des coutumes aujourd’hui attachées à Noël n’étaient pas à l’origine des coutumes de Noël, mais des coutumes préchrétiennes ou non chrétiennes adoptées ultérieurement par l’Église chrétienne. Les Saturnales, fêtes romaines célébrées à la mi-décembre, ont fourni le modèle de nombre des réjouissances propres à Noël. C’est de ces fêtes que viennent, par exemple, les festins raffinés, l’échange de cadeaux et l’utilisation des bougies. ”

En Amérique latine, d’autres coutumes de différentes origines peuvent venir s’y ajouter. Nombreux sont ceux qui, désirant suivre la Bible, reconnaissent que certaines coutumes ne sont rien d’autre que des rites aztèques. El Universal, un journal de Mexico, explique : “ Des moines appartenant à différents ordres ont tiré parti de la coïncidence entre les fêtes du calendrier religieux indien et le calendrier de la liturgie catholique pour appuyer leur œuvre évangélisatrice et missionnaire. Ils ont remplacé les fêtes dédiées aux divinités préhispaniques par celles de divinités chrétiennes, introduit les fêtes et les activités européennes, mais se sont approprié aussi des fêtes indigènes, ce qui a produit un syncrétisme culturel d’où sont sorties des expressions authentiquement mexicaines. ”

L’Encyclopedia Americana explique : “ Les scènes de la Nativité vinrent très tôt s’intégrer dans la fête de Noël. [...] On dit que la représentation de la crèche au sein de l’Église a été instituée par saint François. ” Ces scènes, qui représentent la naissance de Christ, étaient jouées dans les églises au début de la colonisation du Mexique. Elles étaient organisées par les Franciscains pour enseigner aux Indiens la Nativité. Plus tard, les posadas devinrent plus populaires. Quel qu’en fût le motif à l’origine, la façon dont sont célébrées les posadas aujourd’hui se passe de commentaires. Si vous vous trouvez au Mexique à cette époque, vous pourrez constater la véracité de ce qu’a écrit un collaborateur d’El Universal : “ Les posadas, qui étaient un moyen de nous rappeler le pèlerinage des parents de Jésus à la recherche d’un abri où l’Enfant-Dieu pourrait naître, ne sont plus aujourd’hui que des jours de beuveries, d’excès, de gloutonnerie, de futilité et de quantité d’autres dépravations. ”

La tradition du nacimiento apparut à l’époque coloniale à partir des représentations vivantes qui avaient lieu dans les églises. Même si certains la trouvent pittoresque, cette tradition respecte-t-elle ce que dit la Bible ? Voilà une question qui mérite qu’on s’y attarde. Lorsque les prétendus Rois mages — qui étaient en fait des astrologues — arrivèrent, Jésus et sa famille ne vivaient plus dans une étable. Du temps s’était écoulé et ces derniers vivaient désormais dans une maison. Vous noterez ce détail dans le récit inspiré de Matthieu 2:1, 11. Vous constaterez également que la Bible ne précise pas combien il y avait d’astrologues*.

En Amérique latine, les Rois mages remplacent le Père Noël. Toutefois, comme cela se fait ailleurs, de nombreux parents cachent des jouets dans la maison. Puis, au matin du 6 janvier, les enfants partent à leur recherche, comme si les Rois mages les avaient apportés. C’est une période faste pour les vendeurs de jouets, et nombre d’entre eux se sont enrichis grâce à ce que beaucoup de gens de bonne foi reconnaissent n’être qu’une pure invention. La légende des Rois mages perd peu à peu de son crédit auprès d’un nombre considérable de gens, et même auprès des petits enfants. Bien que certains trouvent dommage de voir régresser ce mythe, que peut-on attendre d’une supercherie entretenue uniquement par tradition et par intérêt commercial ?

Les premiers chrétiens ne fêtaient pas Noël, ou la Nativité. Une encyclopédie déclare à ce propos : “ Cette fête n’était pas observée au cours des premiers siècles de l’Église chrétienne, car en général on avait coutume de commémorer la mort des personnes illustres plutôt que leur naissance. ” La Bible associe d’ailleurs la célébration des anniversaires de naissance aux païens, et non aux vrais adorateurs de Dieu. — Matthieu 14:6-10.

Cela ne signifie évidemment pas qu’il est inutile d’apprendre et de se souvenir des événements qui ont réellement entouré la naissance du Fils de Dieu. Le récit biblique fournit d’importantes leçons à tous ceux qui désirent faire la volonté de Dieu.

La naissance de Jésus d’après la Bible

On trouve des renseignements fiables sur la naissance de Jésus dans les Évangiles de Matthieu et de Luc. On y découvre l’ange Gabriel qui rend visite à une jeune fille du nom de Marie dans la ville galiléenne de Nazareth. Quel message lui transmet-il ? “ Voici que tu concevras dans ta matrice et tu mettras au monde un fils, et tu devras l’appeler du nom de Jésus. Celui-ci sera grand et sera appelé Fils du Très-Haut ; et Jéhovah Dieu lui donnera le trône de David son père, et il régnera sur la maison de Jacob pour toujours, et il n’y aura pas de fin à son royaume. ” — Luc 1:31-33.

Marie est abasourdie par ce message. N’étant que fiancée, elle répond : “ Comment cela se fera-t-il, puisque je n’ai pas de relations avec un homme ? ” L’ange lui explique alors : “ De l’esprit saint viendra sur toi, et de la puissance du Très-Haut te couvrira de son ombre. C’est pourquoi aussi ce qui naîtra sera appelé saint, le Fils de Dieu. ” Marie, voyant là la volonté de Dieu, déclare : “ Vois ! L’esclave de Jéhovah ! Que tout se passe pour moi selon ta déclaration. ” — Luc 1:34-38.

Afin que Joseph ne s’abstienne pas d’épouser Marie, ce qu’il a envisagé après avoir eu connaissance de sa grossesse, un ange l’informe ensuite que Marie est enceinte miraculeusement. Il est alors désireux d’assumer la responsabilité de prendre soin du Fils de Dieu. — Matthieu 1:18-25.

Plus tard, un décret de César Auguste oblige Joseph et Marie à se rendre de Nazareth (Galilée) à Bethléhem (Judée), la ville de leurs ancêtres, pour se faire enregistrer. “ Pendant qu’ils étaient là, les jours où elle devait accoucher furent au complet. Et elle mit au monde son fils, le premier-né, et elle l’enveloppa de langes et le coucha dans une mangeoire, parce qu’il n’y avait pas de place pour eux dans la pièce où loger. ” — Luc 2:1-7.

Luc 2:8-14 décrit ce qui se passe ensuite : “ Il y avait aussi dans ce même pays des bergers qui vivaient en plein air et qui, la nuit, passaient les veilles à surveiller leurs troupeaux. Et soudain l’ange de Jéhovah se tint près d’eux, et la gloire de Jéhovah rayonna autour d’eux, et ils eurent alors très peur. Mais l’ange leur dit : ‘ N’ayez pas peur, car voici que je vous annonce la bonne nouvelle d’une grande joie que va avoir tout le peuple, parce qu’il vous est né aujourd’hui un Sauveur, qui est Christ le Seigneur — dans la ville de David. Et ceci est un signe pour vous : vous trouverez un nouveau-né enveloppé de langes et couché dans une mangeoire. ’ Et soudain il y eut avec l’ange une multitude de l’armée céleste, qui louait Dieu et disait : ‘ Gloire à Dieu là-haut dans les hauteurs, et sur terre paix parmi les hommes de bienveillance ! ’ ”

Les astrologues

Le récit de Matthieu mentionne que des astrologues venus de l’Est arrivent à Jérusalem, à la recherche de l’endroit où est né le roi des Juifs. Le roi Hérode suit alors cette affaire de près, mais pas avec de bonnes intentions. “ Lorsqu’il les envoya à Bethléhem, il dit : ‘ Allez, recherchez avec soin le petit enfant et, quand vous l’aurez trouvé, venez me le faire savoir, pour que moi aussi j’aille lui rendre hommage. ’ ” Les astrologues trouvent le petit enfant et ‘ ouvrent leurs trésors et lui offrent des dons : or, oliban et myrrhe ’. Mais ils ne retournent pas voir Hérode. “ Ils avaient été divinement avertis en rêve de ne pas retourner vers Hérode. ” Dieu a envoyé un ange avertir Joseph des projets d’Hérode. Joseph et Marie s’enfuient donc en Égypte avec leur fils. Par la suite, dans le but d’éliminer le nouveau roi, le cruel roi Hérode ordonne le massacre des petits garçons dans la région de Bethléhem. Lesquels ? Ceux de deux ans et moins. — Matthieu 2:1-16.

Qu’apprenons-nous de ce récit ?

Les astrologues — quel que fût leur nombre — n’adoraient pas le vrai Dieu. La Nouvelle Bible latino-américaine (édition de 1989) signale dans une note : “ Les mages n’étaient pas des rois, mais des devins et des prêtres de la religion païenne. ” Ils étaient mus par leur connaissance des étoiles qu’ils adoraient. Si Dieu avait voulu les guider jusqu’à l’enfant, ils auraient été conduits au lieu exact où était celui-ci sans avoir besoin de se rendre d’abord à Jérusalem et au palais d’Hérode. Plus tard, Dieu est effectivement intervenu pour modifier leur itinéraire et protéger l’enfant.

À l’époque de Noël, ce récit est souvent enveloppé d’une ambiance féerique qui occulte le plus important, à savoir que cet enfant devait devenir un roi puissant, comme cela a été annoncé à Marie et aux bergers. Jésus Christ n’est plus désormais un bébé, ni même un enfant. Il est le Roi en fonction du Royaume de Dieu, qui éliminera très prochainement tous les gouvernements opposés à la volonté de Dieu et qui résoudra tous les problèmes de l’humanité. C’est la venue de ce Royaume que nous demandons dans le Notre Père. — Daniel 2:44 ; Matthieu 6:9, 10.

La déclaration des anges aux bergers nous apprend que le salut est accessible à tous ceux qui sont disposés à écouter le message de la bonne nouvelle. Ceux qui obtiennent la faveur de Dieu deviennent alors des “ hommes de bienveillance ”. Le Royaume du Christ offre de merveilleuses perspectives de paix pour le monde entier, mais les humains doivent accepter de faire la volonté de Dieu. Les festivités de Noël reflètent-elles ce désir ? Pour nombre de personnes sincères qui veulent se conformer à la Bible, la réponse est claire. — Luc 2:10, 11, 14.

[Note]

Un autre détail est digne d’intérêt : dans le nacimiento mexicain, on parle du bébé comme de “ l’Enfant-Dieu ”, avec l’idée que c’est Dieu lui-même qui est venu sur terre sous la forme d’un bébé. Cependant, la Bible présente Jésus comme le Fils de Dieu né sur la terre ; il n’était pas Jéhovah le Dieu Tout-Puissant en personne, ni même son égal. Examinez à ce propos la vérité consignée en Luc 1:35 ; Jean 3:16 ; 5:37 ; 14:1, 6, 9, 28 ; 17:1, 3 ; 20:17.

[Encadré/Illustration, page 4]

CERTAINS SERONT SURPRIS

Dans son livre Le problème avec Noël (angl.), Tom Flynn dresse les conclusions de ses recherches après de nombreuses années consacrées à l’étude de Noël :

“ Un nombre effarant de traditions aujourd’hui liées à Noël trouvent leurs racines dans les traditions païennes préchrétiennes. Certaines d’entre elles ont des connotations sociales, sexuelles ou cosmologiques qui pourraient bien inciter les personnes instruites ou sensibles à la culture à les abandonner dès qu’elles auront discerné leur véritable origine. ” — Page 19.

Après avoir présenté un grand nombre de renseignements, M. Flynn revient sur ce point capital : “ Le plus drôle avec la fête de Noël, c’est le peu de christianisme qu’elle contient. Une fois qu’on l’a dépouillée de ses éléments préchrétiens, la majeure partie de ce qui reste est d’origine postchrétienne plutôt que du christianisme authentique. ” — Page 155.

Patrice1633

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR


Il c'est amuser celui qui a fait cette video LOL
Il a fait cette video avec sa famille et amis

Marmhonie

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Rene philippe a écrit:Et donc attention aux indigestions Suspect
Et surtout de pruneaux, car avec le risque très élevé d'attentat djihadiste en France à cette période, ça risque d'être lourd à digérer.

jc21


Patrice1633 a écrit:

Il c'est amuser celui qui a fait cette video LOL
Il a fait cette video avec sa famille et amis

J'ai rien compris ! Surtout à la fin quand la femme est morte sur la chaise... cc\'laoui

Marmhonie

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Noël & la légende noire


La légende noire
C'est une série de sujets historiques falsifiés autour de la Révolution française pour combattre l'Église catholique. Les dérives sectaires,pour exister, combattent principalement d'abord l'Église catholique, et reprennent ces vieux canulars sur les croisades, les templiers, les cathares, Noël, l'Inquisition, sans trop savoir de quoi il était question.


Oh, mon Dieu, revoilà Noël !

Ce serait forcément un complot caché par l'Église catholique depuis 2000 ans.

Les racines néo-nazies actuelles pour combattre Noël
Noël serait une fête paienne relatives à la fertilité, maternité, la procréation sur le soltice d'hiver, selon Wikipedia, la Voix de l'Amérique.

Cet hoax disparaît et revient régulièrement.


C'est comme les autres théories des complots, ce serait forcément pervers.
Pervers de croire que des avions se sont écrasés sur les tours jumelles le 911.
Pervers de penser que des hommes ont pu marcher sur la lune.
Pervers de croire que Ben Laden aurait été tué.
Pervers de penser que les sectes ne sont plus officiellement toujours des sectes.
Bref, cet internet moderne est l'égoût collecteur de toutes les vieilles hérésies recyclées.

Le solstice d'hiver n'est pas le 25 décembre, jamais !
Le solstice d'hiver a eu lieu le mercredi 21 décembre 2016 à 11 h 44 (heure de Paris) ! Pas le 25 décembre 2016 donc.

Même Jésus s'il lisait pareille bêtise, serait affolé par le manque d'instruction élémentaire de certains.

Patrice1633

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Non mais rire de Jesus de la sorte c'est impensable que n'importe quel personne qui se dit Chretien de Quelconque mouvement que ca voudra c'est une insulte pur en l'égard de Jesus lui meme ainsi que de celui qui l'a envoyé ...
.....

Josué

avatar
Administrateur
C'est de l'humour et pas a prendre au premier degré.

Patrice1633

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
De l'humour sur Jesus???

Patrice1633

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Ha ha ha ha!
J'aime ton post #6 Josué

Marmhonie

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Il y a deux proverbes qui font rire les catholiques ^_^

1) Noël au balcon, Paques au Rabane (Paco Rabane)
2) Noël au balcon, t'as pas l'air d'un c...

La messe de minuit le 24 décembre est aux alentours de 21h30 chez les Modernistes, et à minuit pile dans la tradition.

Patrice1633

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Honnn les petites lumières qui scintilles ...

On ne peut pas manger à Deux table ...
On ne peut pas manger à la table des démons et à la table Du Vrai Dieu en même temps ...

Les israélites allais t'ils fêter les fêtes avec les Cananéens?
Jesus allais t'il fêter les fêtes avec les Pharisiens?

C'est à vous de choisir sois de vous laissez modeler par l'esprit de ce monde ou de chercher à plaire à Dieu. Faites votre choix ...

Qu'en pense le Vrai Dieu de ces fêtes, c'est une bonne question à se poser si vous voulez êtres Chretien que de Nom ou un Chretien approuver par le Vrai DIeu ...

Marmhonie

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
On ne connaît ni l'année exacte ni le jour exact de la naissance de Christ. Historiquement, sa naissance peut très bien se situer entre l'an -9 et l'an -2 de notre calendrier actuel.

Avec ces éléments, certains chrétiens y voient d'office une raison de ne pas fêter noël car disent-ils, c'est une fête païenne qui ne correspond pas à la naissance de Christ.

Mais moi j'ai envie de vous dire et alors, où est le problème ?
Que Christ soit né le 25 décembre, le 10 avril, le 30 juin, le 14 juillet, ou à tout autre date, ça change quoi dites-moi ? Absolument rien.

Il fallait bien qu'il naisse pour accomplir l'œuvre de rédemption pour laquelle il est venu sur terre. Mais sa date de naissance n'a aucune importante sinon Dieu aurait fait en sorte qu'elle soit connue avec exactitude et il nous aurait demandé de la célébrer.

De même, si Jéhovah avait voulu que nous fêtions la naissance de la Création, Il nous aurait informé précisément de cette date. Cela n'a donc aucune importance.

Patrice1633

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Exode 32:5
"Demain, il y aura une fête pour Jéhovah"

Les israélites on choisi eux meme de faire une fêtes à Jehovah en pensant plaire a Jehovah mais pourtant, cela ne faisait pas plaisir à Jehovah ...

Exode 32:7
7 Alors Jéhovah dit à Moïse : “ Va, descends, car ton peuple, que tu as fait monter du pays d’Égypte, a agi d’une manière perverse.  8 Ils se sont écartés bien vite de la voie que je leur avais ordonné de suivre

Jehovah leur avait donner des fêtes à suivre, mais pas celle la ...

Dans la bible si vous regarder le peûple de DIeu ne fêtes jamais les fêtes de NAISSANCES, une seul fêtes de naisssnce est mentionner Et ce n'était pas Les israelites qui l'on fêter ... Et Ca mal terminer ...

Les fêtes de naisssnce sont d'origine païenne et Jehovah ne nous a pas demander de fêter la naissance ni La fêtes de naissance de Jesus d'ailleurs ...

Pourquoi Les TJ ne fêtes pas Les anniversaire de naisssnce?
https://www.jw.org/fr/temoins-de-jehovah/faq/anniversaires-de-naissance/

Mais ce qui nous a ete demander c'est de commémorer la mort de Jesus ...
« Après avoir rendu grâces, il l’a rompu [le pain] et a dit : “Ceci représente mon corps qui est pour vous. Continuez à faire ceci en souvenir de moi” » (1 COR. 11:24).

Nous ne ferons pas de facon désordonnée selon Les nations
2 Thessaloniciens 3​:​6
6  Or nous vous ordonnons+, frères, au nom du Seigneur Jésus Christ, de vous éloigner+ de tout frère qui marche de manière désordonnée+ et non selon la tradition* que vous avez reçue de nous+.


Ecclésiaste 7​:​1
7  Un nom* vaut mieux qu’une bonne huile+, et le jour de la mort que le jour de sa naissance+.

Les païens fêtes l'anniversaire de naissance meme des voleurs, des fornicateurs, des menteurs, mais à la mort on peut se rappeler une bonne personne comme la la mort de Jesus qui a fait quelque chose de Bon pour l'humanité ...

N'agissons pas nous aussi de manières pervers à fêtes comme les nations :

Exode 32:7
7 Alors Jéhovah dit à Moïse : “ Va, descends, car ton peuple, que tu as fait monter du pays d’Égypte, a agi d’une manière perverse.  8 Ils se sont écartés bien vite de la voie que je leur avais ordonné de suivre ...

Pour d'autres raison aussi nous ne ferons pas Noel, mais deja c'est respectable avec cela ...
Jehovah nous a t'il demander de fêtes Noël?

Marmhonie

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Les leaders chrétiens réagissent à l'interdiction de Noël dans certains pays musulmans


Ces dictatures qui interdisent Noël
Alors que des millions de chrétiens célébreront le 24 décembre au soir et tout le 25 décembre le réveillon de Noël et la messe minuit aux quatre coins du globe, certains dignitaires de l'Eglise catholique romaine déplorent la situation géopolitique actuelle, marquée par des tensions religieuses, notamment en Orient où la population chrétienne vit dans des conditions de persécution difficiles. 

Solidarité de Noël contre nos persécuteurs
Les célébrations de Noël seront une occasion, très largement saisie, de prière et de partage matériel avec ces communautés chrétiennes particulièrement éprouvées.

Et si on interdisait dans les pays chrétiens la fête de l'Aïd ?
Il faut arrêter de se voiler la face et admettre que les catholiques sont aujourd'hui menacés aux quatre coins de la planète et sont de fait, la population la plus persécutée au monde.

Mikael

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Dans le passé NoEl n'a pas toujours été bien vu et pourtant elle bien moins commercial qu'aujourd'hui.

Patrice1633

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Devons nous nous écarter de ce que Jehovah nous a demander?
Les israélites allais t'ils fêtes les fêtes des villages voisins? Non!
Jesus fêtait t'il les fêtes des Romains et des religions des alentour? Non!

Dans la bible il nous est demander de faire comme Jesus nous a demander en célébrant sa mort ...

Les fêtes des naissance un Vrai Chretien dois t'il les fêter?
Dans la bible y a t'il un Seul serviteur du Vrai DIeu ou Jesus Lui meme qui aurais feter sa fete de naissance? Non!

Devons nous nous écarter de la voie Que Jehovah nous a ordonné de suivre?
A vous de répondre individuellement de ce que vous voulez faire devant le Vrai DIeu ...

papy

avatar
Qui à imposé la date du 25 Décembre comme le jour de la naissance de Jésus alors que la bible ne dit rien de bien précis ?

Josué

avatar
Administrateur

Un prêtre catholique irlandais exhorte les chrétiens à abandonner le mot Noël

Père Desmond O'Donnell dit que les mots Noël et Pâques ont perdu tout sens sacré





 Desmond O'Donnell dit que si le catholicisme n'aborde pas ce que Noël veut dire, "la laïcisation et la vie moderne continueront à blanchir l'église" Photographie: Paolo Gaetano / Gett



Un prêtre catholique irlandais a appelé les chrétiens à cesser d'utiliser le mot Noëlparce qu'il a été détourné par "Père Noël et rennes".
Le père Desmond O'Donnell a déclaré que les chrétiens de toute confession doivent accepter que Noël n'a pas de signification sacrée.


[size=16]Ordre d'Orange: Les protestants ont dit de ne pas utiliser 'RIP' comme c'est la superstition catholique


 
Lire la suite
[/size]

Les commentaires d'O'Donnell suivent les appels d'un groupe de pression de droite pour un boycott de la boulangerie Greggs au Royaume-Uni après que l'entreprise ait remplacé bébé Jésus avec un rouleau de saucisse dans une crèche.
"Nous avons perdu Noël, tout comme nous avons perdu Pâques, et devrions abandonner complètement le mot", a déclaré O'Donnell au Belfast Telegraph .
"Nous devons laisser tomber, il a déjà été détourné et nous devons juste le reconnaître et l'accepter."

[size=16] Le Père Noël est un pilote d'imagination phénoménal. Laisse-le tranquille
Pádraig Collins


 
Lire la suite
[/size]

O'Donnell a dit qu'il ne cherche pas à dénigrer les non-croyants. "Je demande simplement que l'espace soit préservé pour les croyants pour qui Noël n'a rien à voir avec le Père Noël et le renne.
"Mon expérience religieuse du vrai Noël, comme tant d'autres, est très profonde et réelle - comme l'air que je respire. Mais les non-croyants méritent et ont besoin de leur célébration aussi, c'est une dynamique humaine et nous devons tous essentiels que la ténacité de la vie « .
Un psychologue et un auteur enregistré ainsi qu'un prêtre oblat, O'Donnell a déclaré que la signification de Noël s'était érodée au fil du temps et a été commercialisée.

[size=16] Pas d'infraction Australie, mais vous faites tout faux Noël
Pádraig Collins


 
Lire la suite
[/size]

"J'essaie juste de sauver la réalité de Noël pour les croyants en abandonnant" Noël "et en la remplaçant par un autre mot."
O'Donnell a dit que si le catholicisme n'adressait pas la réalité de ce que le mot Noël veut dire, "la laïcisation et la vie moderne continueront à blanchir l'église".
https://www.theguardian.com/lifeandstyle/2017/nov/18/irish-catholic-priest-urges-christians-to-abandon-the-word-christmas

Patrice1633

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Les religions de se monde fêtes les meme fêtes, les fêtes venant d'une meme religion: "Babylone la grande" mais Les TJ ne font pas parti de leur croyance et de leur crimes envers Jehovah Dieu...

Révélation 17:5
5 “ Babylone la Grande, la mère des prostituées et des choses immondes de la terre

Revelation 18:4
4 Et j’ai entendu une autre voix venant du ciel dire : “ Sortez d’elle, mon peuple, si vous ne voulez pas participer avec elle à ses péchés, et si vous ne voulez pas recevoir [votre part] de ses plaies

Nous ne sommes pas responsable de leur bêtises et nous avons sorti de leurs croyances et de leur crimes ...

Nous ne fêtons pas leur fêtes, tout comme les Israélites ne fêtais pas les fêtes de leur voisins ...

RESTONS PUR, SORTONS DE L'EMPIRE DES FAUSSES RELIGIONS ...

Patrice1633

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Un Seul événement nous a ete demander de respecter ...

Luc 22:19
19 Il prit aussi un pain, rendit grâces, le rompit et le leur donna, en disant : “ Ceci représente mon corps qui va être donné pour vous. Continuez à faire ceci en souvenir de moi. ”

Combien de fois par ans devons nous repecter cet evenement?
Une fois par ans, à la date de sa mort bien entendu ...

BenFis

avatar
Pâque n’en n’est pas moins devenue une fête comme les autres, détournée de son sens premier au profit du mercantilisme; où les excès de table et de boisson sont monnaie courante et où le sacré est mêlé au paganisme.

Le problème n’est pas nouveau, déjà Paul en a fait la remarque dans une de ses Lettres :
« Donc, lorsque vous vous réunissez tous ensemble, ce n’est plus le repas du Seigneur que vous prenez ; en effet, chacun se précipite pour prendre son propre repas, et l’un reste affamé, tandis que l’autre a trop bu… pour cela je ne vous félicite pas ! » (1 Corinthiens 11:20-21)

Mikael

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Ce n'est pas une raison pour suivre la foule sur cette question.

Mikael

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Au IV e siècle, la date du 25 décembre a été choisie comme date pour la fête de Noël, principalement dans le but de la substituer aux fêtes païennes qui étaient d'usage à l'époque, comme la fête de la renaissance du Soleil Invaincu (Sol Invictus), le solstice d'hiver et les Saturnales romaines qui avaient toutes lieu à ...
Noël — Wikipédia

Marmhonie

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
La haine cathophobe d'un témoin de Jéhovah nous invite, à force de récidives agressives, à lui demander d'aller poster sa haine ailleurs.
Merci.
Marmhonie, modérateur.

Patrice1633

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Nous ne fetons pas La Pâques comme les religions de ce monde avec les œufs de Pâques et tout le chocolat, mais comme il nous est demander de faire passer le pain et le vin tout simplement ...

(J'ai réécrit le message apres qu'une personne l'ai effacer par la suite, je me demande bien qui ça pourrais etre ...)

Josué

avatar
Administrateur
La Pâques avec un S n'existe pas dans la bible,c'est Pâque tout simplement.

Contenu sponsorisé


Revenir en haut  Message [Page 2 sur 4]

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum