Témoins de JEHOVAH VERITE actif
Témoins de JEHOVAH VERITE actif

forum des discussions sur la bible ouvert a tous.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

NOËL : FÊTE CHRÉTIENNE OU PAÏENNE ?

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Aller en bas  Message [Page 4 sur 4]

Josué

avatar
Administrateur
Rappel du premier message :

NOËL : FÊTE CHRÉTIENNE OU PAÏENNE ?

Chaque année, à l’approche de l’hiver, les préparatifs vont bon train. Tout le monde s’affaire, du plus petit au plus grand, pour que la fête soit belle. Parce qu’il s’agit bien d’une fête, moment particulier de l’année où les gens se réjouissent de se retrouver en famille. Pour quelques jours, parents, enfants, grands-parents, petits-enfants, oncles et tantes s’assemblent pour fêter Noël. Ambiance chaleureuse, à la lumière des bougies, autour d’un bon repas, souvent copieux, décors multicolores, atmosphère joyeuse, musique de circonstance, chants des enfants devant le beau sapin orné de guirlandes, de bougies, de boules et de chocolat, la crèche et ses personnages nous rappelant que Noël est la fête de la naissance de Jésus, l’échange des cadeaux, et au cœur de la nuit, la célébration de la messe de la nativité. Ce tableau n’est certes pas exhaustif, mais dépeint en quelques phrases ce que Noël représente aux yeux de la plupart de nos contemporains. C’est aussi le souvenir de notre enfance.

UNE SAINE REMISE EN QUESTION

En tant que chrétien, me suis-je posé les questions suivantes ?

D’où vient cette tradition de fêter Noël ?
A partir de quelle date a-t-on commencé à fêter Noël ?
Noël est-elle vraiment une fête chrétienne ?
Est-ce que je peux m’associer à cette fête ou au contraire, dois-je m’en distancer ?
Toutes ces questions méritent qu’on s’y attarde et qu’on y réponde, non pas en plongeant nos regards dans la tradition, si précieuse soit-elle, mais en examinant cette fête sous la loupe des Saintes Ecritures, à la lumière de la Parole de Dieu.
Que nous dit la Bible sur la fête de Noël ? Quelles sont les origines de Noël ? Puisse Dieu nous aider à nous remettre en question.

« Examinons toutes choses et retenons ce qui est bon. » I Thessaloniciens 5 : 21
« Prenez garde que personne ne fasse de vous sa proie par la philosophie et par une vaine tromperie, s’appuyant sur la tradition des hommes, sur les principes élémentaires du monde et non sur Christ» Colossiens 2 : 8

QUELQUES ELEMENTS SUR LA FETE DE NOEL

Curieusement, cette fête était inconnue des premiers chrétiens. L’Eglise naissante se remémorait la mort et la résurrection de Jésus. Cette fête n’est pas mentionnée par les principaux Pères de l’Eglise que sont Tertullien et Irénée.

Tout semble prouver que Jésus n’est pas né le 25 décembre comme on le prétend, mais bien plutôt en septembre ou à une autre période. Il y a plusieurs raisons à cela :

a) En Palestine, selon un rythme très régulier, le temps est frais et humide pendant six mois, chaud et sec le reste de l’année. Les premières pluies d’hiver commencent à la mi-octobre, quand l’air humide venant de la mer rencontre l’air chaud qui s’élève de la surface de la terre. Des chutes de neige sont possibles (II Samuel 23 : 20 ; Proverbes 25 : 13 ; 31 : 21) surtout à Jérusalem et dans ses environs ; les nuits peuvent être glaciales. Les bergers, en Palestine, ne passent pas les veilles de la nuit « à la belle étoile » pendant la période hivernale. Les animaux sont parqués dans des enclos parfois couverts qui sont surveillés par les bergers logés sous tente. D’après le verset huit du deuxième chapitre de l’Evangile de Luc, l’automne n’avait même pas commencé.

b) La Bible ne nous dit rien sur la période de la naissance de Jésus. Ce que nous savons, c’est que Jésus a été crucifié au temps de la Pâque juive (Jean 18 : 39). Qu’il avait environ trente ans quand Il a commencé son ministère (Luc 3 : 23) et que celui-ci a duré trois ans et demi. D’après ce calcul, Jésus pourrait être né vers le début de l’automne.

c) Le temps du recensement (Luc 2 : 1-5) : Rien ne nous autorise à penser qu’il ait eu lieu au milieu de l’hiver. Au contraire il est vraisemblable qu’il se soit déroulé pendant la période de septembre, à la fin des moissons, lors de la fête des Tabernacles qui avait lieu à Jérusalem. Ce qui expliquerait pourquoi Marie accompagnait Joseph et qu’il n’y avait plus de place pour eux dans la ville (Luc 2 : 7). Selon l’historien Josèphe, Jérusalem était normalement une ville de 120’000 habitants, mais durant les fêtes, elle pouvait atteindre parfois plus de deux millions d’habitants avec ses alentours. Bethléhem ne se trouve qu’à quelques kilomètres au sud de Jérusalem.

Finalement, l’essentiel n’est pas de connaître la date exacte du jour où Jésus est né, mais bien plus qu’Il est né. Qu’Il est venu dans ce monde pour le sauver. Que Dieu s’est fait homme et qu’Il a habité parmi nous, plein de grâce et de vérité.

D’où vient donc cette tradition de fêter Noël le 25 décembre ?

Jusqu’au IVe siècle, il y avait différentes opinions au sujet de la date de la naissance de Jésus.
Ce n’est que vers la fin du IVe siècle que l’Eglise catholique romaine a commencé à observer le 25 décembre comme la date d’anniversaire de la naissance du Christ.
En l’an 354 fut fêté pour la première fois à Rome le jour de Noël. Cette période coïncide avec l’institution du christianisme comme religion d’état, sous le règne de l’empereur romain Constantin.

L’observation des 24 et 25 décembre trouve sa source dans beaucoup de traditions et coutumes païennes.

Chez les anciens Romains, le 25 décembre était l’anniversaire de la naissance de « Sol », un des noms du dieu soleil.
Le 25 décembre était aussi le jour du festival d’hiver appelé la « nativité du soleil non conquis », fête païenne.
C’était aussi la période du solstice d’hiver, temps de festivités et de joie dans la Rome antique, la Grèce, parmi les Barbares teutons et dans les anciennes civilisations égyptiennes. Cette période du solstice d’hiver était si populaire, qu’elle a été adoptée et imposée par l’Eglise catholique romaine comme le temps où Jésus serait né.
La grande divinité perse dont le nom signifie « l’ami » est née d’un rocher, un 25 décembre, jour de la renaissance du soleil. On trouve, par ailleurs, des correspondances avec Apollon ainsi qu’avec le dieu serpent des Aztèques, censés tous deux être nés un 24 décembre.
Beaucoup de traditions et de coutumes païennes qui ont trait au soleil, ont été ainsi christianisées. On peut voir la confusion qui en a résulté : Tertullien et Augustin durent dénoncer la fausse identification qu’on attribuait à Jésus : Jésus était Sol, le dieu Soleil.

D’autres coutumes relatives à la période de Noël

L’échange des cadeaux provient des « saturnales », coutume chez les anciens Romains, en l’honneur du dieu Saturne. L’Eglise catholique se justifie en évoquant les mages (Matthieu 2 : 1-12). Pourtant il n’y avait là aucun échange de cadeaux, mais des offrandes volontaires à Jésus seul.

L’origine du sapin de Noël, tel qu’on le connaît, vient d’une tradition alsacienne vieille de quelques siècles. L’idée de l’arbre sacré est, par contre, très ancienne, puisqu’elle remonte aux premières civilisations. Dans une fable babylonienne, on raconte que Nimrod est revenu à la vie en tant que Tammuz, son fils, sous la forme d’un arbre qui reverdit.
L’arbre de Noël décoré par des bougies fut introduit définitivement dès le XVIe siècle.

On retrouve plusieurs fois l’idée de l’arbre sacré, par exemple le chêne chez les druides, le palmier chez les Egyptiens. Les Romains décoraient le sapin avec des baies rouges durant la période des saturnales.
Les Scandinaves et anciens Germains croyaient que leur dieu Odin allait leur distribuer des cadeaux s’ils s’approchaient de l’arbre sacré pendant la période entourant le 25 décembre et ils considéraient cette nuit comme celle de la mère, c’est-à-dire de la création, qu’ils fêtaient par des masques et des danses.

Tous les éléments de la fête, tels que la dinde, le sapin décoré, les cartes de Noël, le père Noël, la bûche de Noël, le houx, les cloches et les chants de Noël, ont été empruntés à différents peuples païens et se sont fondus jusqu’à faire partie intégrante du 25 décembre. Par exemple, c’est aux Celtes que revient la paternité de la bûche de Noël. Elle était brûlée au moment du solstice pour faire revenir la vie dans la nature, ses cendres étaient répandues sur le pas de la porte pour protéger la maison du malheur et dans les champs pour garantir l’abondance des récoltes.

Alors pourquoi tout cela ? Comme on va le voir, pour en comprendre la raison profonde, il faut se plonger dans des origines encore plus lointaines.

« Ainsi parle l’Eternel : n’imitez pas la voie des nations, et ne craignez pas les signes du ciel, parce que les nations les craignent. Car les coutumes des peuples ne sont que vanité. » Jérémie 10 : 2-3

SES ORIGINES PAIENNES OU LE MYSTERE DE BABYLONE

La Bible nous parle d’un homme qui a marqué son temps et son époque : NIMROD. Pour replacer ce personnage dans son contexte, il est bon de se remémorer l’événement majeur qui a précédé son époque : le déluge, duquel seuls Noé et sa famille ont été sauvés. De Noé sont sortis trois fils qui ont dessiné les trois grands courants de l’humanité et dont la postérité s’est répandue sur toute la terre.

Ce sont SEM, CHAM et JAPHET.

SEM dont sont issus les Arabes et les Juifs (les Sémites)
CHAM dont sont issus les peuples, tribus et ethnies qui ont gagné l’Afrique
JAPHET ancêtre de la race blanche
De la lignée de Cham est sorti Nimrod (Genèse 10 : 8-9). La Bible nous dit que c’était un homme très fort, un vaillant chasseur devant l’Eternel. Il commença à être très puissant sur la terre. Il semble qu’il devait sa réputation d’homme vaillant et de grand chasseur à ses combats contre les bêtes sauvages, qui étaient, à l’époque, le principal danger auquel on devait faire face. Nimrod est certainement à l’origine de la civilisation naissante. Il a bâti de nombreuses villes et des royaumes et a peut-être été à la tête de l’une des toutes premières civilisations citées dans l’Histoire de l’humanité.

L’autre fait marquant dont il faut parler, c’est la tour de Babel. Dieu vit que les êtres humains étaient en train de se construire une ville et une tour qui devait toucher le ciel. Projet insensé sanctionné par son intervention. Il mélangea leur langage, interrompit leur réalisation et les dispersa sur la face de toute la terre. Cette tour était le symbole de la rebellion contre Dieu.

Nimrod, dont le nom signifie « rebelle », régna d’abord sur Babel (Genèse 10 : 10). Le passage de Genèse 10 : 9 peut aussi être traduit par « était un grand chasseur contre l’Eternel. » D’autres sources abondent dans ce sens et ajoutent que Nimrod était l’être le plus rebelle à Dieu.

Le Mystère de Babylone

Selon les sources archéologiques, Nimrod était marié à une femme du nom de Sémiramis qui, à la mort de son mari, eut un fils nommé Tammuz. Elle prétendit que celui-ci avait été conçu et était né surnaturellement. Elle fit admettre cela comme une réalité et déclara qu’il était le germe promis, le sauveur annoncé dans la prophétie de Genèse 3 : 15 où, on le sait, il est question de Jésus, le Messie qui devait venir (pour écraser la tête du serpent).

A ce moment précis, quelque chose s’est déclenché dans l’Histoire de l’humanité. Un système de contrefaçon a vu le jour et s’est propagé jusqu’à nous ; son aboutissement sera l’apparition de l’homme impie (II Thessaloniciens 2 : 3-9).

Sémiramis, la mère, et son fils, Tammuz (petit bébé), se sont fait adorer, surtout la mère. L’adoration de la mère et de l’enfant se retrouve dans beaucoup de civilisations anciennes païennes :

Représentation babylonienne : Sémiramis qui tient dans ses bras son fils Tammuz.
Représentation égyptienne : Isis, déesse égyptienne et son fils Horus.
Représentation indienne : Indrani et son enfant ; Devaki et Crishna.
La déesse d’Ephèse : Diane.
A partir des anciens Babyloniens, cette coutume de l’adoration de la déesse mère et de son enfant s’est répandue sur toute la terre.

Chez les Chinois, la déesse mère se fait appeler « sainte mère », elle est représentée avec un enfant dans ses bras et un rayon de gloire autour de sa tête. Les anciens Germains connaissaient la vierge Erta avec son enfant dans ses bras, qui étaient aussi adorés, de même que chez les Scandinaves et les Etrusques. Chez les druides, elle était appelée la « mère de Dieu ». Chez les Grecs, il y avait Aphrodite ; chez les Sumériens, Nana ; chez les Romains, Vénus. Chez les Phéniciens, la déesse de la fertilité était représentée par un croissant de lune sous ses pieds. Chez les Egyptiens, Isis était représentée par un croissant de lune sous ses pieds et des étoiles autour de sa tête. Nous retrouvons cela aujourd’hui, dans l’Eglise catholique, avec les représentations de Marie. L’immaculée conception était déjà appliquée aux déesses mythologiques.

En Asie, la mère était connue sous le nom de Cybèle et son enfant, Deoius. Elle était considérée comme l’épouse de Baal et comme la reine du ciel, vierge qui enfanta sans concevoir. L’attrait de cette déesse était tel, que même les Israélites se firent prendre à un moment donné et adorèrent la reine du ciel (Jérémie 44 : 5-19).

En Egypte, plusieurs siècles après Jésus-Christ, il fut admis par décret épiscopal que les représentations d’Isis et d’Horus seraient désormais attribuées à la vierge Marie et à son enfant, Jésus.

Voici encore quelques indications qui montrent que l’adoration ou la vénération de Marie tire son origine de l’adoration de la déesse mère. Ce sont les titres qui lui sont attribués : Marie est souvent appelée « Notre Dame de… ». Cette expression est, en fait, la traduction d’un des titres sous lesquels la déesse babylonienne était connue. En effet, Nimrod apparut plus tard sous une forme divinisée, le dieu Baal et Sémiramis, sa femme comme la déesse Baalti dont le nom signifie en anglais « My Lady », en latin « Mea Domina » et en italien « Madonna », qui aujourd’hui se dit « Notre Dame de… ». Cette énumération est certes fastidieuse, mais elle nous ouvre les yeux sur certaines choses, sur le comment et le pourquoi de ces événements.

La religion babylonienne et ses mystères se sont propagés d’une manière formidable dans l’Empire romain. Rome avait pour principe d’englober dans son système religieux tous les dieux des peuples, nations ou royaumes conquis. L’adoration de la déesse mère était très populaire, non seulement à Rome, mais aussi dans tout l’Empire.

Et encore…

L’Eglise primitive, jusqu’au IVe siècle, ignorait ces choses. Puis il y eut une lente évolution et une intégration progressive de certaines pratiques païennes sous le règne de l’empereur Constantin.

Le Concile d’Ephèse en 431, décréta une doctrine relative à une vénération très poussée de Marie. Rappelons que c’est dans cette même ville que l’apôtre Paul prêcha l’Evangile, et fut à l’origine d’une émeute au sujet du temple de la déesse Diane d’Ephèse (Actes 19 : 23-40). Ce Concile provoqua un attroupement sans précédent : joie, liesse et cris de victoire. Après cette étude, il n’est pas difficile de comprendre pourquoi.

Le pape Pie IX définit le 8 décembre 1854, la doctrine de l’immaculée conception. Cette doctrine précise que Marie, dès l’instant de sa conception, fut préservée du péché originel. Jusqu’au XVe siècle, ce fut un sujet de controverses entre les Franciscains et les Dominicains qui, eux, y étaient très fortement opposés.

Le pape Pie XII établit la doctrine de l’assomption le 1er novembre 1950. Cette fête a lieu le 15 août, qui était un jour sacré pour Isis et Diane.

La Bible nous enseigne que seul Jésus n’a jamais péché et que, par conséquent, Il est lui seul digne d’être adoré. La prétendue « vénération » de Marie en opposition à l’adoration n’est qu’un alibi qui a conduit des millions de personnes à l’hérésie, par rapport à la Bible.

LE COMPROMIS OU LA VERITE

Il est alors primordial qu’en parlant de Noël, nous ayons les pensées claires. Que nous sachions quel esprit est derrière cette fête. En réalité, c’est le mystère de l’iniquité (II Thessaloniciens 2 : 7), allusion au mystère de Babylone (Apocalypse 17 : 1-6) qui agit aujourd’hui dans ce monde et qui trouvera son apogée dans l’apparition de l’homme impie, le plus rebelle à Dieu.

Il faut se souvenir que Noël, ainsi que tout ce qui entoure cette fête, est basé sur des pratiques païennes.

Tirons un parallèle avec un passage de la Parole de Dieu : une fête en l’honneur de l’Eternel qui a engendré la colère de Dieu : l’adoration du veau d’or.

… « Allons ! fais-nous un dieu qui marche devant nous… »
… « Demain, il y aura fête en l’honneur de l’Eternel !… »
… « Ils offrirent des holocaustes et des sacrifices d’actions de grâces. Le peuple s’assit pour
manger et pour boire ; puis ils se levèrent pour se divertir. »
… « Car ton peuple s’est corrompu. Ils se sont promptement écartés de la voie que leur avait
prescrite… Israël ! voici ton dieu… »
… « Ah ce peuple a commis un grand péché. Ils se sont fait un veau d’or. »
… « C’est celui qui a péché contre moi que j’effacerai de mon livre… »
… « Ote maintenant tes ornements de dessus toi… »
Exode 32 : 1, 5, 6, 7, 31, 32 et 33 : 5, 6

Il est affligeant de penser qu’une grande partie de la chrétienté s’est laissée prendre par ces coutumes et ces traditions qui nous viennent directement des anciennes civilisations païennes.

Tout notre système actuel est pollué par ces mystères babyloniens et ce n’est pas pour rien que l’Apocalypse nous parle de la grande prostituée, Babylone. Tout est préparé depuis des siècles. Aujourd’hui la vieille tentative de la tour de Babel est en train de se reproduire ; avec les moyens de communication, avec l’informatique, avec tous les moyens modernes que nous avons à disposition. Tout cela facilite et favorise l’émergence d’un empire qui apparaît très clairement et s’élève contre Dieu (II Thessaloniciens 2 : 3-11).

Maintenant, laissons-nous interpeller par ce que Dieu dit et comprenons qu’en tant que chrétien, ce n’est plus une question de sensibilité ou de point de vue, mais un choix de vie ou de mort. Soyons sérieux avec la Parole de Dieu. Mettons-la en pratique et ne nous bornons pas seulement à l’écouter. Choisissons aujourd’hui qui nous voulons servir !

Comment devons-nous nous comporter, maintenant ? Que devons-nous faire ? Comment devons-nous réagir par rapport à nos familles, à ceux qui nous entourent ? Le but n’est pas que nous soyons des trouble-fêtes et des démolisseurs. Remettons-nous devant le Seigneur et laissons-nous remplir de Sa présence, de Sa puissance et de Sa sagesse. Soyons des témoins de la vérité, avec courage et droiture, mais remplis d’amour et de compréhension pour ceux qui n’ont pas encore été éclairés par le Saint-Esprit.

Portons un témoignage à JESUS-CHRIST vivant. Si Marie pouvait revenir, elle pleurerait et dirait : « mais qu’avez-vous fait de moi ? ». Chaque fois que vous verrez une crèche avec une mère et un bébé joufflu, n’oubliez jamais Sémiramis et Tammuz, parce que ce sont eux que vous allez voir ; ce ne sont ni Marie, ni Jésus, mais la Baalite – la Madone – et Tammuz. N’oublions plus jamais l’esprit qu’il y a derrière ce monde.

Nous allons vers des temps où Dieu va restaurer son peuple dans toute sa pureté, exempt de toutes les saletés et pollutions qui viennent directement d’en bas. Combien c’est important d’avoir la vision de la restauration de toutes choses, selon le plan de Dieu. Malheureusement, des millions de personnes ne sont pas conscientes de l’émergence d’un système inique, et se fondent avec celui-ci, commettant l’adultère conformément à la prophétie de l’Apocalypse, concernant la grande prostituée. Dieu veut un peuple débarrassé de toute souillure, marchant dans la pureté, la droiture et la vérité.

Pour terminer, peu importe que Jésus soit né un 30 septembre, un 1er juillet ou le 25 décembre.

Ce qui compte, c’est qu’Il est né, qu’Il est venu dans les ténèbres, pour sauver ceux qui étaient perdus. Il n’est pas resté le petit bébé joufflu, mais Il est devenu le Roi des rois, le Seigneur des seigneurs.

Pro/APV décembre 1995 CM
© 1995 by Alliance Pierres Vivantes, Editions Lorema, CH – 1678 Siviriez
Tous droits réservés – Imprimé en Suisse – Alliance Pierres Vivantes

http://www.viecatholique.com/noel-fete-paienne/


Marmhonie

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
BenFis a écrit:Pour les Chrétiens, cela peut rester une fête commémorant l'arrivée du Messie. Et ceux-là se fichent pas mal de Saturne.
Exactement.

Marmhonie

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Noël et les dérives sectaires cathophobes

Le soucis avec cette fête "Noel" serait qu'à l'origine cela aurait été une fête paienne.
Telle est dans une certaine population incertaine cette thèse vieille du 19e siècle anticlérical qui n'avait d'autre sens que de combattre les royalistes contre les républicains, une époque historique française typique que beaucoup trop ignorent.


Je rappelle que la fête du solstice ne fut quasiment jamais un 25 décembre.
A mourir de rire donc sur les canulars.


D'après votre explication, le solstice d'hiver de 2016 devait avoir lieu le 25 décembre 2016. Ben non, aucun rapport, il fut le mercredi 21 décembre à 10h44 !
Source scientifique : http://www.linternaute.com/actualite/societe/1203925-solstice-d-hiver-2015-date-definition-comment-on-change-de-saison/

Marmhonie

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Noël, une fête catholique devenue vagabonde



Aux premiers siècles de notre ère,
les Grecs célébraient la venue de Jésus-Christ le 6 janvier, à l'occasion de l'Épiphanie (d'un mot grec qui désigne une apparition).
Ce jour-là, ils n'évoquaient pas sa naissance proprement dite mais plutôt son baptême dans les eaux du Jourdain par Jean-Baptiste ou encore le miracle des noces de Cana (l'eau transformée en vin), ou enfin la présentation du nouveau-né aux rois mages.

À Rome, en 354,
le pape Libère reporte cette célébration au 25 décembre, en remplacement des Saturnales romaines et de la fête du soleil vainqueur (sol invictus) que les païens avaient coutume de consacrer au retour du soleil après le solstice d'hiver. C'est une manière de rappeler que Jésus est la « Lumière du monde » (évangile selon St Jean)

Au Moyen Âge, la piété populaire centre la fête sur la naissance proprement dite de Jésus.
Noël viendrait de natalis dies (en latin, « jour de la naissance ») à moins qu'il ne soit une déformation d'Emmanuel. Ce nom rappelle l'oracle du prophète Isaïe : « Le Seigneur vous donnera un signe: la vierge enfantera un fils et l'appellera Emmanuel (en hébreu, Dieu avec nous) » (Évangile selon Matthieu).
Les catholiques adoptent la coutume d'assister à une messe de Minuit, le soir du 24 décembre.

Cette messe de Minuit était autrefois suivie d'une messe de l'Aurore et d'une messe du Jour,
comme dans le conte d'Alphonse Daudet : Les trois messes basses. Ces messes, suivies d'un souper festif, rappelaient celles que le pape, évêque de Rome, célébrait au même moment dans trois églises de sa ville.

Se développent aussi au Moyen Âge
les représentations vivantes de la crèche. Le mot désigne la mangeoire où reposait selon la tradition l'enfant Jésus, faute de lit mieux approprié. Ces représentations incluent un boeuf et un âne qui veillent sur le nouveau-né, ainsi que les parents et tous les personnages venus rendre hommage à l'enfant : bergers et paysans des environs, rois mages... Plus tard apparaissent les crèches à base de petits personnages en terre cuite.

Au XVIe siècle, apparaît en Alsace la coutume d'un sapin
décoré de pommes et de bougies, qui rappellent la vie (Ève et la pomme) et la « Lumière du monde » (Jésus). Une année que les pommes se firent rares, un verrier avisé eut l'idée de les remplacer par des boules de verre soufflé. Cette coutume se diffuse dans les pays germaniques et plus tard en Angleterre, par l'intermédiaire du prince Albert de Saxe-Coburg Gotha, époux de la reine Victoria. À Paris, le premier sapin de Noël est planté aux Tuileries par la princesse Hélène de Mecklembourg, belle-fille du roi Louis-Philippe 1er, en 1837.

Les Américains reprennent à la fin du XIXe siècle
la tradition de Saint Nicolas, qui distribue des cadeaux aux enfants sages le jour de sa fête, le 6 décembre. Ils transforment le saint en un Père Noël très profane qui passe dans la nuit du 24 au 25 décembre. Noël a perdu depuis lors son caractère strictement religieux et la fête a pris un caractère universel échappant à la foi catholique.

Pour éviter de malsaines compromissions,
l'Église catholique met désormais l'accent sur la commémoration de Pâques et de la résurrection plutôt que sur Noël et la Nativité !

Rene philippe

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Merci pour toutes ces informations Marmonie. Que penses tu de cette tradition païenne acceptée et admise officiellement par l’église catholique ? Surtout pourquoi l’église l’accepte-elle ?

Patrice1633

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Marmhonie a écrit:
BenFis a écrit:Pour les Chrétiens, cela peut rester une fête commémorant l'arrivée du Messie. Et ceux-là se fichent pas mal de Saturne.
Exactement.

EXACTEMENT ce que nous disons, du point de Jehovah le créateur il NA PAS approuver la fête que les Israélites on fait pour Jehovah avec le veau DOR ..

Comprenez vous???
Même si vous fêter une fete pour Dieu mais que lui n'approuve pas, c'est contre le créateur lui même que vous agissez...

BenFis

avatar
Patrice1633 a écrit:
EXACTEMENT ce que nous disons, du point de Jehovah le créateur il NA PAS approuver la fête que les Israélites on fait pour Jehovah avec le veau DOR ..

Comprenez vous???
Même si vous fêter une fete pour Dieu mais que lui n'approuve pas, c'est contre le créateur lui même que vous agissez...

Il ne s'agit pas de fêter le veau d'or, chose que Jéhovah n'apprécierait pas, mais la venue du Messie, chose fort appréciée dans les cieux, comme déjà dit plus haut. Tu n'as pas l'air de vouloir faire la différence !?

gnosis

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Noèl ne fête pas la venue du messie mais c'est un anniversaire année après année hors nous savons que les témoins de Jéhovah ne fêtent pas année après année la date de naissance car ça à encore un lien étroit avec le paganisme de l’époque. La fête païenne consistait à fêté année après année une naissance. Par contre la naissance comme celle de Jésus à une référence biblique positive est peut très bien être fêté. Comme nous fêtons la naissance de nos enfants. Il ne faut pas confondre naissance avec anniversaires.

Patrice1633

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Exode 32:5
5 Quand Aaron vit cela, il construisit un autel devant la statue. Puis il cria : « Demain, il y aura une fête pour Jéhovah. »

Une fête pour Jehovah, Wow, quel belle intention, mais pourtant Dieu fis tuer ceux qui participer à cette fête ...
Même si c’etait « Une fête pour Jehovah », Jehovah lui même n’a pas apprécier ...


Concernant les anniversaire de naissance. Jésus fêtais t’il son anniversaire de naissance?
Un serviteur de Dieu fêtait t’il sa fête de naissance ou celle d’un autre personne?
Montre moi dans la bible stp ...

Josué

avatar
Administrateur
Bien sur mais c'est quand même une fête païenne.

BenFis

avatar
gnosis a écrit:Noèl ne fête pas la venue du messie mais c'est un anniversaire année après année hors nous savons que les témoins de Jéhovah ne fêtent pas année après année la date de naissance car ça à encore un lien étroit avec le paganisme de l’époque. La fête païenne consistait à fêté année après année une naissance. Par contre la naissance comme celle de Jésus à une référence biblique positive est peut très bien être fêté. Comme nous fêtons la naissance de nos enfants. Il ne faut pas confondre naissance avec anniversaires.

Un anniversaire, comme son nom l’indique, est sensé commémorer annuellement un évènement d’importance. Dans le cas en question, il s’agit de l’arrivée du Sauveur, qui correspond à la naissance de Jésus-Christ. On peut ne pas être d'accord avec la date ou avec ce que cette fête est devenue, ou trouver ça païen, mais c'est avant tout un évènement biblique. Et il ne faut pas confondre ceux qui fêtent avec la fête proprement dite. Very Happy

Pour ce qui est de sa périodicité, les fêtes juives étaient aussi annuelles, on peut citer la fête d’Hanouka qui commémore encore aujourd’hui  l’inauguration du temple de Jérusalem. Anniversaire qui n’a été ni commandé, ni désavoué par Dieu.

Patrice1633

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Patrice1633 a écrit:
Concernant les anniversaire de naissance. Jésus  fêtais  t’il son anniversaire de naissance?
Un serviteur de Dieu fêtait t’il sa fête de naissance ou celle d’un autre personne?
Montre moi dans la bible stp ...

Avez vous trouver une réponse?

gnosis

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR

mais c'est avant tout un évènement biblique
.

L’événement biblique c'est la naissance pas l'anniversaire.

Rene philippe

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
gnosis a écrit:
mais c'est avant tout un évènement biblique
.

L’événement biblique c'est la naissance pas l'anniversaire.
Ça c’est très fin comme réponse. Je n’y avais jamais pensé

BenFis

avatar
gnosis a écrit:
L’événement biblique c'est la naissance pas l'anniversaire.

Effectivement, l'anniversaire de la venue du Sauveur se contente de commémorer annuellement cet évènement biblique.

gnosis

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
BenFis a écrit:
gnosis a écrit:
L’événement biblique c'est la naissance pas l'anniversaire.

Effectivement, l'anniversaire de la venue du Sauveur se contente de commémorer annuellement cet évènement biblique.

C'est effectivement en cela que consiste la fête païenne le rappel de cet Evénement annuellement, la naissance du christ.

L'anniversaire c'est le rappel de la naissance, fêter cela est païen et le lien est toujours d’actualité aujourd'hui.

Marmhonie

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Noël est une fête catholique, point barre.

Patrice1633

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
NOEL n'as RIEN de Biblique ...
Point barre ._

BenFis

avatar
gnosis a écrit:C'est effectivement en cela que consiste la fête païenne le rappel de cet Evénement annuellement, la naissance du christ.  

L'anniversaire c'est le rappel de la naissance, fêter cela est païen et le lien est toujours d’actualité aujourd'hui.

Il ne s'agit pas en tout cas de fêter son anniversaire à quelqu'un, ce qui pourrait éventuellement se rapprocher d'une fête païenne, mais bien plutôt de commémorer un évènement, en l’occurrence, non seulement sa naissance mais aussi sa venue en tant que Sauveur - ce qui n'est pas la même chose.
Et les commémorations annuelles étaient en usage à l'époque du Christ, il n'y a donc pas de contre-indication biblique.

Rene philippe

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Marmhonie a écrit:Noël est une fête catholique, point barre.  

Patrice1633 a écrit:NOEL n'as RIEN de Biblique ...
Point barre ._

Marmhonie et Patrice, si vous enleviez votre "point barre" cela détendrait l'atmosphère ainsi que le début d'agressivité complètement inutile dans une discussion. Vous revenez dans le forum pour notre plus grand plaisir, alors s'il vous plaît, ne sortez pas les allumettes pour rallumer le feu entre vous. Merci

Définition de wikipédia :

"Un anniversaire est la date dans l'année à laquelle un événement est survenu, habituellement une naissance.

Il est fréquent, dans de nombreuses cultures, de célébrer l'anniversaire de la naissance de ses proches (parents, amis) en organisant une fête et en offrant des cadeaux à la personne concernée. C'est également l'occasion, ce jour-là, de les choyer plus que d'accoutumée, comme de réaliser certains de leurs souhaits."


« Les diverses coutumes que l'on observe aujourd'hui lors des anniversaires de naissance ont une longue histoire. Leurs origines sont liées à la magie et à la religion. Les pratiques en usage dans les temps anciens, qui consistaient à adresser des félicitations, à offrir des cadeaux et à fêter l'événement — des bougies allumées venant couronner le tout — étaient censées protéger des démons celui qui célébrait son anniversaire ; on assurait ainsi sa sécurité pour l'année à venir. (…) Jusqu'au IVe siècle, le christianisme a rejeté la célébration des anniversaires, les considérant comme une coutume païenne. »

https://fr.wikipedia.org/wiki/Anniversaire#Astrologie

Il y a d'autres informations très intéressantes sur ce thème.

gnosis

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
mais bien plutôt de commémorer un évènement, en l’occurrence, non seulement sa naissance mais aussi sa venue en tant que Sauveur - ce qui n'est pas la même chose.

Donc c'est bien un anniversaire, le 14 nisan est une commémoration mais c'est également un anniversaire.

Perspicace dit: "était commémorée une fois l’an seulement, le 14 Nisan, date anniversaire. Il était donc approprié que le Mémorial, également un anniversaire, n’ait lieu que le 14 Nisan".

L’anniversaire de naissance est complètement païens, les païens célébrait la naissance de leurs divinités annuellement leurs adorateur à imitation de ces divinités on voulu transférer cela dans leurs famille, les chrétiens s'en abstenait.

gnosis

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Dès lors, il n’est pas étonnant que le théologien Tertullien ait exprimé les regrets suivants: “Nous, qui sommes étrangers aux sabbats, aux nouvelles lunes et aux fêtes, jadis agréables à Dieu, nous fréquentons maintenant les Saturnales [et autres fêtes païennes], nous échangeons des cadeaux, (...) célébrons à grand bruit les sports et les banquets.”

Rene philippe

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Pas triste tout ça heu

jc21


Pourquoi les Témoins de Jéhovah ne fêtent pas Noël

Jésus a demandé de célébrer sa mort, et non sa naissance (Luc 22:19, 20).

Les apôtres et les premiers disciples de Jésus ne fêtaient pas Noël. Le livre des superstitions. Mythes, croyances et légendes déclare : « La fête de la nativité du Christ fut instituée par l’Église au IVe siècle * », soit bien après la mort des derniers apôtres.

Rien ne prouve que Jésus est né le 25 décembre ; la Bible ne mentionne pas sa date de naissance.

Nous croyons que Dieu n’approuve pas Noël en raison de ses origines païennes (2 Corinthiens 6:17).

Patrice1633

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
En fait je connais plein de gens de différente religions et beaucoup savent que c'est les Saturnale Romains, et TOUS même les athes et ceux  qui crois en l'évolution fêtent la Noel ...

Pour ce qui est des religions, il y a pratiquement que Les Témoins De Jehovah ne fêtent pas la noel ....

Patrice1633

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
De tout les articles que j'ai lu, celui ci est le meilleur je crois ...


Du culte païen à la fête chrétienne.





[size=30]                                        A la même période, le christianisme commence à se répandre, et se retrouve en concurrence directe avec ce culte de [/size][size=30]Mithra[/size][size=30], face auquel les rites liturgiques ont bien du mal à s'imposer. C'est donc pour contrer ces festivités païennes que les Chrétiens adoptent un stratégie fort ingénieuse : il ne s'agit rien moins que d'assimiler la naissance du Christ au retour de l’astre solaire, le [/size][size=30]Sol Invictus[/size][size=30], dans une sorte de démarche syncrétique qui leur permet d'ancrer leur propre célébration dans une tradition pré-existante.[/size]

[size=30]"C'était la coutume des païens que de célébrer le 25 Décembre l'anniversaire du Soleil, au cours duquel ils allumaient des lumières en signe de festivité. Dans ces solennités et les excès de table, les chrétiens ont également pris part. Par conséquent, lorsque les docteurs de l'Église perçurent que les chrétiens avaient un penchant pour cette fête, ils tinrent conseil et résolurent que la vraie Nativité devait être célébrée ce jour-là." (Jacob Bar-Salibi, évêque syrien du 12ème siècle.)
Le lien ici très bon à lire :http://latogeetleglaive.blogspot.com/2012/12/aux-origines-de-noel-saturnales-et-sol.html?m=1 [/size]

Marmhonie

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Voici venir la cathophobie de l'Ennemi contre notre joie de fêter Noël



De telles attaques, qui plus est répétées, pourraient décourager. Ou révolter. Voire inquiéter.
Et pourquoi pas, entraîner dans une sorte de victimisation menant pas à pas à des sentiments de paranoïa. Il ne doit ni ne peut en être ainsi pour le catholique.


Insidieuse ou cruelle, la persécution le laisse au contraire dans une grande paix.
Il sait sa foi plus forte que les rages démoniaques. Il sourirait presque de ces acharnements impuissants s’ils n’étaient en même temps insultes au Transcendant. N’est-ce pas à la lumière de la glorieuse Ascension que l’Eglise lui a rappelé les paroles du Maître : « Ils vous chasseront des synagogues, et l’heure vient où quiconque vous fera mourir croira rendre hommage à Dieu ; ils vous traiteront ainsi, parce qu’ils ne connaissent ni le Père ni moi. Mais vous, vous êtes avec moi dès le commencement » (Evangile du dimanche après l’Ascension)

Le catholique le sait : « Ce qui est né de Dieu est vainqueur du monde, et la victoire qui a triomphé du monde, c’est notre foi » (1 Jean V-4).


Le catholique le sait, et son âme reste dans la paix :
« Les âmes des justes sont dans la main de Dieu, et les tourments ne les atteindront pas […] Eux qui ont mis en Lui leur confiance, ils auront l’intelligence de la vérité » (Samuel III, 1 et 9).


Cette paix qui émane de la vérité fut la force des martyrs, elle transforma leur sang en semence féconde du catholicisme.
C’est cette paix dont le monde a besoin, nullement de ceux qui se complairaient dans une litanie effrayée des maux endurés. Cette paix, le Christ vous l’a confiée, à vous de la rayonner. A cette condition, vous Le suivrez dans les gloires de l’Ascension : « Bienheureux les pacifiques, car ils seront appelés enfants de Dieu » (Matthieu V-9).

jc21



Pourquoi certains ne fêtent-ils pas Noël ?
La Tour de Garde annonce le Royaume de Jéhovah 2012

Fait intéressant, au milieu du XVIIe siècle, en Angleterre, le Parlement a interdit les festivités de Noël. Aux États-Unis, la Cour générale du Massachusetts a fait de même. Pourquoi ? Le livre Bataille pour Noël (angl.) explique : “ Il n’y a aucune raison biblique ou historique de situer la naissance de Jésus le 25 décembre. ” Et d’ajouter que pour les puritains “ Noël n’était rien d’autre qu’une fête païenne sous un vernis de christianisme ”.

Patrice1633

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
MR Marmho, calmer vous svp,
Le chercheur de vérité se remet continuellement en question, que ce sois pour Noël ou pour baptiser des morts ....

C'est la vérité que nous recherchons pour PLAIRE au créateur....
Si Dieu aimerais les sacrifice humain comme ceux de Baal je le ferais, mais  cela déplaire à Jehovah le créateur, alors nous continuons à chercher ce qui plais à notre créateur....

Dans les temps passé au temps de la bible les voisins dans les autres pays ferais pleins de chose et le peuple de Dieu évaluait ce qui était bien ou mal ...
La conscience nous oblige de vérifier ce qu'il en est ....

Marmhonie

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Noël & la légende noire


La légende noire
C'est une série de sujets historiques falsifiés autour de la Révolution française pour combattre l'Église catholique. Les dérives sectaires,pour exister, combattent principalement d'abord l'Église catholique, et reprennent ces vieux canulars sur les croisades, les templiers, les cathares, Noël, l'Inquisition, sans trop savoir de quoi il était question.


Oh, mon Dieu, revoilà Noël !

Ce serait forcément un complot caché par l'Église catholique depuis 2000 ans.

Les racines néo-nazies actuelles pour combattre Noël
Noël serait une fête paienne relatives à la fertilité, maternité, la procréation sur le soltice d'hiver, selon Wikipedia, la Voix de l'Amérique.

Cet hoax disparaît et revient régulièrement.


C'est comme les autres théories des complots, ce serait forcément pervers.
Pervers de croire que des avions se sont écrasés sur les tours jumelles le 911.
Pervers de penser que des hommes ont pu marcher sur la lune.
Pervers de croire que Ben Laden aurait été tué.
Pervers de penser que les sectes ne sont plus officiellement toujours des sectes.
Bref, cet internet moderne est l'égoût collecteur de toutes les vieilles hérésies recyclées.

Le solstice d'hiver n'est pas le 25 décembre, jamais !
Le solstice d'hiver a eu lieu le mercredi 21 décembre 2016 à 11 h 44 (heure de Paris) ! Pas le 25 décembre 2016 donc.

Même Jésus s'il lisait pareille bêtise, serait affolé par le manque d'instruction élémentaire de certains.


Le sujet devenant cathophobe, il est verrouillé.

Rene philippe

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Je trouve le sujet intéressant

Patrice1633

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Oui René Philippe mais Marmho ne connais pas ce verset:

[size=31]“ Étant toujours prêts à vous défendre, avec douceur et respect, devant quiconque vous demande raison de l’espérance qui est en vous. ” — [/size]I Pierre 3:15[size=31].[/size]


[size=31]Mais laissons le se calmer, même son Jésus à lui est sous les enfetamine... [/size]
[size=31]Pas notre Jésus que nous connaissons [/size]

jc21


Qu’est-il arrivé au Noël traditionnel?
Réveillez-vous ! 1993

Le prêtre John Dietzen a publié la réponse suivante: “Je sais que c’est difficile à accepter, mais ce que l’on vous a dit est exact. C’est l’un des nombreux points de croyance et de pratique sur lesquels les Témoins de Jéhovah se distinguent des autres confessions chrétiennes.

“Conséquents avec eux-​mêmes, leurs membres ne fêtent pas Noël, d’une part, parce que c’est la célébration de l’anniversaire de naissance de Jésus et, d’autre part, parce que la date de Noël, qui fut fixée, semble-​t-​il, au IVe siècle, est celle du solstice d’hiver (selon l’antique calendrier Julien), qui était auparavant une grande fête païenne.”

Rene philippe

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
jc21 a écrit:Qu’est-il arrivé au Noël traditionnel?
Réveillez-vous ! 1993
Tu as la date du RV s'il te plaît ? Merci

Josué

avatar
Administrateur
Regarde celui de Décembre de l'année cité.

Patrice1633

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Un très gros merci à ceux qui sont ouvert pour chercher et découvrir la vérité, comme sur ce sujet, vous aller en profondeur plutôt que certaines personnes qui se contente que de leurs source qui leur font plaisir pour continuer a fêter leur fêtes alors que nous  nous conaissons la  VERITE sur ce sujet, merci car grâce à vous vos recherches et explication je comprend maintenant  qu'est-ce que cette fête maintenant ....

Vous rechercher vraiment la vérité comme les Bereein 

Actes 17:11La Bible. Traduction du monde nouveau

11 Les Juifs de Bérée avaient des sentiments plus nobles que ceux de Thessalonique, car ils accueillirent la parole avec le plus grand empressement, examinant soigneusement les Écritures chaque jour pour vérifier que ce qu’on leur disait était exact.

jc21


Rene philippe a écrit:
jc21 a écrit:Qu’est-il arrivé au Noël traditionnel?
Réveillez-vous ! 1993
Tu as la date du RV s'il te plaît ? Merci



g93 22/12 p. 19

De rien ! Bye

Rene philippe

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
jc21 a écrit:
Rene philippe a écrit:
jc21 a écrit:Qu’est-il arrivé au Noël traditionnel?
Réveillez-vous ! 1993
Tu as la date du RV s'il te plaît ? Merci



g93 22/12 p. 19

De rien ! Bye
C'était un petit article d'une page

samuel

avatar
Administrateur
IIII
Rene philippe a écrit:
jc21 a écrit:
Rene philippe a écrit:
jc21 a écrit:Qu’est-il arrivé au Noël traditionnel?
Réveillez-vous ! 1993
Tu as la date du RV s'il te plaît ? Merci



g93 22/12 p. 19

De rien ! Bye
C'était un petit article d'une page
Mais pertinent. cheers

Contenu sponsorisé


Revenir en haut  Message [Page 4 sur 4]

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum