Témoins de JEHOVAH VERITE actif
Témoins de JEHOVAH VERITE actif

forum des discussions sur la bible ouvert a tous.

Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

18-24 juin LUC 2-3

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 18-24 juin LUC 2-3 le Lun 18 Juin - 17:14

Josué

avatar
Administrateur
18-24 juin

LUC 2-3

*** w09 1/12 p. 16 Le saviez-vous ? ***
Quel enregistrement a eu lieu à l’époque de la naissance de Jésus ?
Selon l’Évangile de Luc, quand César Auguste a ordonné un cens, un recensement, dans tout l’Empire romain, “ les gens all[èrent] se faire enregistrer, chacun dans sa propre ville ”. (Luc 2:1-3.) Joseph, le père adoptif de Jésus, était originaire de Bethléhem. Pour se conformer au décret, Joseph et Marie se sont donc rendus à Bethléhem, ce qui explique que Jésus y soit né. Ce genre d’enregistrement facilitait la collecte des impôts et la conscription.
L’administration égyptienne avait une longue expérience du recensement. D’après certains historiens, quand les Romains ont conquis l’Égypte en 30 avant notre ère, ils ont adopté son mode de recensement et l’ont appliqué à tout leur empire.
Pour preuve, cet édit promulgué en 104 de notre ère par le gouverneur romain d’Égypte, dont un exemplaire est conservé à la British Library. On y lit : “ Caius Vibius Maximus, procurateur en Égypte dit : Comme il doit être procédé bientôt à l’évaluation des ressources des ménages, il est nécessaire d’ordonner à ceux qui pour une raison quelconque sont éloignés de leur région de revenir à leur foyer dans leur patrie, afin qu’ils puissent se livrer à l’évaluation habituelle et qu’ils puissent s’occuper du travail des champs auquel ils sont tenus. ”
Pourquoi Joseph a-t-il envisagé de remettre à Marie un acte de divorce alors qu’ils n’étaient que fiancés ?
Selon l’Évangile de Matthieu, Joseph a appris que Marie attendait un enfant alors qu’elle lui était “ promise en mariage ”. Il ignorait qu’elle était enceinte “ par l’esprit saint ” ; aussi a-t-il dû penser que Marie lui avait été infidèle. D’où son intention de divorcer d’avec elle. — Matthieu 1:18-20.
Chez les Juifs, les fiancés étaient considérés comme des personnes mariées. Cependant, ils ne se mettaient à vivre ensemble qu’une fois les formalités de mariage remplies. Les fiançailles avaient un caractère officiel, si bien que lorsque le mariage n’avait pas lieu, soit parce que le fiancé avait changé d’avis, soit en cas de force majeure, la jeune fille n’avait plus le droit de se marier à moins d’obtenir un acte de divorce. Si une jeune fille perdait son fiancé, on considérait qu’elle était veuve. D’un autre côté, on estimait qu’une fiancée qui commettait la fornication était coupable d’adultère et devait donc être mise à mort. — Deutéronome 22:23, 24.
Joseph avait manifestement réfléchi à ce que risquait Marie s’il la dénonçait publiquement. Bien qu’il fût tenu de régler l’affaire de manière officielle, il souhaitait protéger Marie et éviter le scandale. Voilà pourquoi il a décidé de divorcer d’avec elle en toute discrétion. Un acte de divorce permettait à une mère célibataire de prouver qu’elle avait bel et bien été mariée.

2 Re: 18-24 juin LUC 2-3 le Lun 18 Juin - 19:36

samuel

avatar
Administrateur
jours-là, expression un peu vague, désignant l'époque qui suivit la naissance de Jean-Baptiste ; celle-ci eut lieu six mois avant la naissance de Jésus. (Luc 1.36)
- Grec : toute la terre habitée être enregistrée.
Cette expression désigne l'empire romain, qu'on appelait souvent le monde romain, ou simplement le monde, parce qu'il renfermait tout le monde civilisé.
Un tel recensement consistait dans l'enregistrement de la population de chaque province, de chaque ville, ainsi que des biens des habitants. Il était destiné à faciliter la perception des impôts.
- Cet événement de l'histoire amena l'accomplissement des prophéties, d'après lesquelles Jésus devait naître à Bethléhem. (Matthieu 2.5) La naissance d'un enfant, qui n'était pas prévue dans cette grande mesure politique, allait changer la face du monde.
- La critique a fait à ce récit de Luc diverses objections. Elle lui a opposé d'abord le fait que les historiens du temps ne mentionnent pas ce recensement, qui pourtant était d'une grande importance.
Mais on sait ce que valent les conclusions fondées uniquement sur le silence. Et si l'histoire n'a pas rapporté spécialement le recensement dont il s'agit ici, elle permet de constater que ce même César Auguste s'était longuement occupé de travaux de statistique ; il avait laissé à sa mort un état des ressources de tout l'empire, qui fut communiqué au sénat et qui renfermait le chiffre "de la richesse publique, des citoyens, des alliés sous les armes, des flottes, des royaumes, des provinces des tributs ou impôts." (Tacite, Ann. I, 11.)
On objecte encore qu'une telle mesure n'aurait pas dû comprendre la Judée, qui, sous le gouvernement d'Hérode, n'avait point encore été réduite en province romaine. Mais il ne faut pas oublier que ce prince, qui ne régnait que par la faveur de l'empereur, ne jouissait que d'une indépendance très relative. Depuis la prise de Jérusalem par Pompée, les Juifs payaient un tribut à l'empire et prêtaient serment de fidélité à l'empereur. (Josèphe, Antiq. XVII, 2, 4.)
Pourquoi donc César Auguste n'aurait-il pas appliqué son décret au gouvernement d'Hérode, qu'il considérait plutôt comme son vassal que comme un prince souverain ? Seulement, on peut admettre que l'exécution de cette mesure fut confiée, non à des Romains, mais à des Juifs, serviteurs d'Hérode, ce qui ferait comprendre pourquoi elle provoqua moins d'opposition qu'un autre recensement plus récent (voir la note suivante) et pourquoi, selon l'usage des Juifs, Joseph et Marie durent se rendre à Bethléhem, leur lieu d'origine. (Voir, pour plus de détails et de preuves historiques, Godet, Commentaire sur l'évangile de saint Luc.)

3 Re: 18-24 juin LUC 2-3 le Mar 19 Juin - 8:27

Josué

avatar
Administrateur
3  Tous allaient se faire recenser, chacun dans sa propre ville.
Non celle de son domicile, mais celle de son origine. — Ceci aussi prouve que le recensement se fit, non par des employés romains, qui l’auraient effectué pour chacun au lieu de son domicile, mais par des Juifs, serviteurs d’Hérode, qui inscrivaient les habitants dans leur tribu et à leur lieu d’origine (voir le verset suivant).

4 Re: 18-24 juin LUC 2-3 le Mer 20 Juin - 3:07

Josué

avatar
Administrateur
La Bible ne précise pas la date de naissance de Jésus. Ce qu’elle dit par contre, c’est qu’à cette période-là, « il y avait [...] des bergers qui vivaient en plein air et qui, la nuit, passaient les veilles à surveiller leurs troupeaux » (Luc 2:Cool. Ces bergers n’auraient certainement pas gardé leurs troupeaux dehors la nuit en décembre ou en janvier. Pourquoi ?
Dans la région où Jésus est né, décembre et janvier sont parmi les mois les plus froids. Au sujet d’un évènement qui s’est passé à cette période de l’année, la Bible précise que les gens « frissonna[ient] à cause [...] des averses » (Ezra 10:9, 13 ; Jérémie 36:22). Ce n’était pas un temps à « viv[re] en plein air » avec ses troupeaux !

5 Re: 18-24 juin LUC 2-3 le Mer 20 Juin - 9:20

Josué

avatar
Administrateur
Cette grande joie, joie du salut, est destinée par Dieu à tout le peuple ; le peuple d’Israël d’abord, qui, tout entier, aurait pu la recevoir ; le peuple de Dieu ensuite, recueilli du sein de toutes les nations.

6 Re: 18-24 juin LUC 2-3 le Mer 20 Juin - 16:01

chico.

avatar
Un Sauveur, voilà le mot principal de ce message de l’ange, le sujet de la grande joie qu’il annonce. Les bergers doivent savoir encore que ce Sauveur est Christ, Oint de Dieu, le Messie qu’ils attendaient avec tous les Israélites pieux

7 Re: 18-24 juin LUC 2-3 le Jeu 21 Juin - 7:49

Josué

avatar
Administrateur
Le huitième jour après la naissance, Marie et Joseph font circoncire le bébé, conformément à la Loi mosaïque. Ils l’appellent Jésus, comme ils en ont reçu l’ordre (Luc 1:31). Puis, le 40e jour, la petite famille va à Jérusalem, à une dizaine de kilomètres de Bethléhem. Ils apportent au temple les offrandes de purification prévues par la Loi. Comme ils sont pauvres, ils viennent avec deux tourterelles ou deux pigeons. Ont-ils honte de ne pouvoir offrir, comme les autres parents, un bélier avec une tourterelle ? Si oui, ils mettent ces sentiments de côté. En tout cas, sur place, ils reçoivent beaucoup d’encouragements (Luc 2:21-24).

8 Re: 18-24 juin LUC 2-3 le Ven 22 Juin - 11:33

chico.

avatar
*** w09 1/1 p. 6-7 Une vie exemplaire riche d’enseignements ***
Une année, tandis que Joseph et Marie s’en retournent de Jérusalem après une fête, avec déjà plusieurs enfants probablement, ils se rendent compte que Jésus, alors âgé de 12 ans, n’est pas avec eux. Imaginez l’affolement de Marie durant les trois jours qu’elle a passés à le chercher ! Lorsqu’enfin ils le retrouvent au temple, le garçon leur dit : “ Ne saviez-vous pas que je dois être dans la maison de mon Père ? ” De nouveau, Marie “ gardait soigneusement toutes ces paroles dans son cœur ”, lit-on. Voilà encore une preuve de sa spiritualité. Elle réfléchissait soigneusement à tout événement concernant Jésus. On peut penser que, bien plus tard, elle a raconté aux rédacteurs des Évangiles le souvenir précis qu’elle avait gardé de cet épisode et de quantité d’autres. — Luc 2:41-52.

9 Re: 18-24 juin LUC 2-3 le Ven 22 Juin - 16:11

Josué

avatar
Administrateur
Pour rapporter les paroles de Dieu: “J’ai agréé [Jésus]”, les Évangiles utilisent le verbe grec eudokéô (Matthieu 3:17; Marc 1:11; Luc 3:22). Ce verbe signifie “être satisfait, approuver, prendre plaisir à”, et le nom qui en dérive a pour sens “bienveillance, bon plaisir, faveur, désir”. Eudokéô n’a pas uniquement trait à l’approbation divine. Ainsi, les chrétiens de Macédoine “ont été contents” de partager leurs ressources avec d’autres (Romains 10:1; 15:26; 2 Corinthiens 5:8; 1 Thessaloniciens 2:8; 3:1). Toutefois, dans le cas présent, Jésus fut agréé par Dieu, et non par les hommes. Ce terme n’est employé à propos de Jésus qu’après son baptême (Matthieu 17:5; 2 Pierre 1:17). En Luc 2:52, c’est un terme différent (kharis) qui est utilisé quand il est dit que, dans sa jeunesse, avant son baptême, Jésus avait la “faveur” de Dieu et des hommes.

10 Re: 18-24 juin LUC 2-3 le Sam 23 Juin - 17:11

Josué

avatar
Administrateur
On comprend mieux la signification du baptême de Jean quand on compare diverses traductions de Luc 3:3. Jean vint “ prêchant un baptême symbole de repentance pour le pardon des péchés ”. (MN.) Il proclamait “ un baptême de repentir pour la rémission des péchés ”. (Jé.) Il “ demandait aux gens de se faire baptiser en signe de repentance ; afin que Dieu leur pardonne leurs péchés ”. (PV.) “ Il lançait cet appel : Changez de comportement, faites-vous baptiser et Dieu pardonnera vos péchés. ” (BFC). Ces traductions montrent clairement que ce n’était pas le baptême qui enlevait les péchés, mais le repentir et le changement de conduite, ce dont le baptême était un symbole.

11 Re: 18-24 juin LUC 2-3 le Sam 23 Juin - 17:50

chico.

avatar
Les paroles sévères du prophète concernant la colère à venir et la nécessité de produire des fruits dignes de la repentance (Luc 3:7-9), avaient porté coup. Plusieurs lui adressaient donc, avec crainte et tremblement, cette question suprême qui s’élève de toute conscience réveillée et tourmentée par le sentiment de son péché (Actes 2:37; 16:30)

12 Re: 18-24 juin LUC 2-3 le Dim 24 Juin - 10:36

Josué

avatar
Administrateur
*** w14 15/2 p. 26-27 Questions des lecteurs ***
Quelles raisons les Juifs du Ier siècle avaient-ils d’être « dans l’attente » du Messie ?
▪️ Aux jours de Jean le baptiseur, « le peuple était dans l’attente et [...] tous raisonnaient dans leurs cœurs à propos de Jean : “Ne serait-il pas peut-être le Christ ?” » (Luc 3:15). Pourquoi les Juifs pouvaient-ils s’attendre à ce que le Messie apparaisse à ce moment-là ? Pour plusieurs raisons.
Après la naissance de Jésus, l’ange de Jéhovah est apparu à des bergers qui surveillaient leurs troupeaux dans des champs près de Bethléhem. Il a proclamé : « Il vous est né aujourd’hui un Sauveur, qui est Christ le Seigneur — dans la ville de David » (Luc 2:8-11). Ensuite, il y a eu avec l’ange « une multitude de l’armée céleste, qui louait Dieu et disait : “Gloire à Dieu là-haut dans les hauteurs, et sur terre paix parmi les hommes de bienveillance !” » (Luc 2:13, 14).
Cette annonce a certainement impressionné les humbles bergers. Ils se sont immédiatement mis en route pour Bethléhem. Après avoir trouvé Joseph, Marie et leur bébé, Jésus, « ils firent connaître la parole qui leur avait été dite au sujet de ce petit enfant ». En conséquence, « tous ceux qui entendirent s’étonnèrent des choses qui leur étaient dites par les bergers » (Luc 2:17, 18). L’expression « tous ceux qui entendirent » indique que les bergers n’ont pas parlé qu’à Joseph et Marie. Ensuite, les bergers sont rentrés chez eux, « glorifiant et louant Dieu pour toutes les choses qu’ils avaient entendues et vues, comme elles le leur avaient été annoncées » (Luc 2:20). Manifestement, ces bergers n’ont pas gardé pour eux les belles choses qu’ils avaient entendues à propos du Christ !
Par la suite, Marie a amené son premier-né à Jérusalem pour le présenter à Jéhovah, comme la Loi de Moïse le demandait. La prophétesse Anne s’est alors mise « à remercier Dieu et à parler de l’enfant à tous ceux qui attendaient la délivrance de Jérusalem » (Luc 2:36-38 ; Ex. 13:12). Ainsi, la nouvelle de l’apparition du Messie a continué de se propager.
Plus tard, « des astrologues venus de l’Est arrivèrent à Jérusalem, en disant : “Où est celui qui est né roi des Juifs ? Car nous avons vu son étoile quand nous étions dans l’Est, et nous sommes venus lui rendre hommage” » (Mat. 2:1, 2). En apprenant cela, « le roi Hérode fut troublé, et tout Jérusalem avec lui ; et, rassemblant tous les prêtres en chef et scribes du peuple, il se mit à leur demander où le Christ devait naître » (Mat. 2:3, 4). Bon nombre de gens ont donc été mis au courant que le futur Messie était arrivé.
D’après Luc 3:15, déjà cité, des Juifs pensaient que Jean le baptiseur était peut-être le Christ. Mais Jean a mis les choses au point : « Celui qui vient après moi est plus fort que moi, celui dont je ne suis pas digne d’enlever les sandales. Celui-là vous baptisera avec de l’esprit saint et avec du feu » (Mat. 3:11). Ces paroles pleines de modestie ont sans aucun doute suscité un intérêt encore plus vif pour le Messie.
Se peut-il que les Juifs du Ier siècle aient calculé le moment où le Messie arriverait grâce à la prophétie des 70 semaines contenue en Daniel 9:24-27 ? C’est possible, mais rien ne permet de le certifier. Par contre, une chose est sûre : il existait, au temps de Jésus, quantité d’interprétations contradictoires de cette prophétie, et aucune ne correspond à la compréhension que nous en avons aujourd’hui.
Les Esséniens enseignaient que deux Messies devaient se manifester vers la fin d’une période de 490 ans. Toutefois, on ne peut être certain qu’ils basaient leurs calculs sur la prophétie de Daniel. Et même si cela avait été le cas, étant donné que les Esséniens étaient une secte monastique juive (une opinion aujourd’hui couramment admise), il est difficile d’imaginer que la grande majorité des Juifs aient pu être influencés par les idées d’un tel groupe isolé.
Au IIe siècle de n. è., des Juifs croyaient que les 70 semaines correspondaient à la période allant de la destruction du premier temple, en 607 av. n. è., à la destruction du second temple, en 70 de n. è. D’autres associaient l’accomplissement de cette prophétie à la période des Maccabées, au IIe siècle av. n. è. Bref, tous n’étaient pas d’accord sur la signification des 70 semaines.
Si la prophétie des 70 semaines avait été correctement comprise au Ier siècle de n. è., on aurait pu s’attendre à ce que les apôtres et d’autres chrétiens du Ier siècle s’en servent pour prouver que le Messie promis était bien arrivé au moment prédit, en la personne de Jésus Christ. Or, rien n’indique que ce soit le cas.
Autre point intéressant : les rédacteurs des Évangiles ont souvent signalé que certaines prophéties des Écritures hébraïques s’étaient accomplies en Jésus Christ (Mat. 1:22, 23 ; 2:13-15 ; 4:13-16). Pourtant, ils n’ont jamais fait le lien entre la venue de Jésus sur terre et la prophétie des 70 semaines.
En résumé, on ne peut affirmer que la prophétie des 70 semaines était correctement comprise aux jours de Jésus. Mais les Évangiles fournissent des éléments montrant que les Juifs avaient de solides raisons d’être « dans l’attente » du Messie.
[Notes]
La Bible ne dit pas qu’à la naissance de Jésus, les anges ont chanté.
On pourrait se demander comment les astrologues ont fait le lien entre l’apparition de l’« étoile » dans l’Est et la naissance du « roi des Juifs ». Se pourrait-il qu’ils aient entendu parler de la naissance de Jésus alors qu’ils traversaient Israël ?

13 Re: 18-24 juin LUC 2-3 le Lun 25 Juin - 7:04

samuel

avatar
Administrateur
généalogie adoptée par Luc est placée ici d'une manière très naturelle, au moment où Jésus sort de l'obscurité et entre dans sa carrière publique. (Comparer la place de la généalogie de Moïse, dans Exode 6.14-27)
Matthieu, préoccupé de montrer la messianité de Jésus, place la généalogie en tête de son Evangile. La généalogie de Luc remonte jusqu'à Adam et à Dieu, et relève ainsi dès l'abord l'idée de l'universalité du salut, qui se retrouve dans tout cet évangile. Matthieu, au contraire, écrivant pour le peuple juif, prend son point de départ en Abraham.

Les deux généalogies se rencontrent en David, mais tandis que Matthieu (Matthieu 1.6) descend jusqu'à Jésus par la lignée de Salomon, Luc (verset 31) remonte de Jésus à David par celle de Nathan. De David à Abraham, les deux généalogies concordent entre elles et sont conformes à l'Ancien Testament, dans lequel aussi Luc a puisé la dernière partie de sa généalogie de Thara à Adam.

Contenu sponsorisé


Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum