Témoins de JEHOVAH VERITE actif
Témoins de JEHOVAH VERITE actif

forum des discussions sur la bible ouvert a tous.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Berechit bara Elohim, בְּרֵאשִׁית בָּרָא אֱלֹהִים

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Marmhonie

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Du discernement de l'hébreu contre la confusion des esprits



Il y a une grande confusion dans toute Bible qui n'est pas commentée.

Ce qui est écrit en hébreu
Dans Genèse 1-1 :
בְּרֵאשִׁית בָּרָא אֱלֹהִים אֵת הַשָּׁמַיִם וְאֵת הָאָרֶץ‎
Romanisation : Berechit bara Elohim et hashamayim ve'et ha'aretz.
Traduction littérale : Commencement créa Elohim les cieux et la terre (le pays).
Commentaire : בְּרֵאשִׁית commence par la seconde lettre de tout alphabet, hébreu, araméen, arabe, syriaque, romain, grec : Beth בְּ. Pourquoi ?

Une Bénédiction sur l'invisible à l'homme
בְּרֵאשִׁית, Berechit, c'est la bénédiction, la Berakha. Ce "Commencement" n'est pas celui du visible, puiqu'il manque le désignatif hébreu correspondant au français "ceci, ce, cet". L'Écriture nous dit d'emblée en hébreu très clairement que ce "Commencement" c'est la Torah. Pour l'amour de la Torah, le monde fut créé. C'est bien un Principe et c'est bien Saint Jérôme de Stridon qui avait eu le génie de traduire selon la récitation d'un rabbin : In Principio, dans le Principe. Et non "Au commencement" qui peut égarer les intelligences non rabbiniques enseignées.

La première lettre de la Bible
Elle est toute aussi importante que le premier mot qui ne se retrouvera qu'une seule fois ! Le Beth בְּ se lit de droite à gauche, c'est le commencement non pas de l'univers visible, ou de la terre matérielle, mais de la Sagesse divine. C'est fermé en arrière, en haut et en bas, ouvert vers l'avant.
Dieu ne permet pas que l'humain cherche en arrière, ni au Ciel, ni dans les régions souterraines, il a été créé pour avancer en Sagesse.

Berechit, בְּרֵאשִׁית, est intraduisible
Voici ses traductions de בְּרֵאשִׁית
En anglais : In the beginning
En latin : In principio
En français : Au commencement
En espagnol : En el principio
En allemand : Am Anfang
En portugais : No inicio
En arabe : في البداية
En russe : В начале
En chinois : 最初 (Zuìchū)

Marmhonie

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Kύριος et אֲדֹנָי, Kyriois et Adonaï : le Seigneur, et donc uniquement יהוה



Il n'existe qu'un seul Seigneur dans les Écritures saintes
Seigneur est κύριος (Kyriois) en grec et אֲדֹנָי (Adonaï) en hébreu, Dominus en latin.

En hébreu, pour ne pas prononcer Son divin Nom יהוה
En grec, pour traduire Adonaï.

Dans tous les cas, il s'agit de יהוה, Jéhovah.

Dans la Bible, Dieu est désigné sous trois noms
==> Él אֱל qui peut prendre la forme de Eloha ou Elohîm אֱלֹהִים.
C'est un mot commun à tous les peuples sémitiques. Élohîm en est le pluriel de majesté et la forme la plus usitée. L'usage d'un pluriel pour désigner un singulier n'est pas si surprenant que cela. Il se retrouve dans la langue française avec l'usage du pluriel de majesté ou du vouvoiement de déférence. Si l'on note Elohims avec un s, il y a faute de sens car on tombe dans l'impossible polythéisme qui n'existe pas dans la Bible.

==> Adonaï אֲדֹנָי, pluriel de Adôn, veut dire Maître.
Il est traduit par Kyrios en grec, Dominus en latin et Seigneur en français.        

==> IHVH, (יהוה) ou Tétragrammaton, qui est le nom propre de Dieu : Jéhovah.
Il est composé, de droite à gauche, par les consonnes suivantes : yōḏ (י), hē (ה), wāw (ו) et hē (ה). Ce nom entre dans la composition de beaucoup de noms.

Marmhonie

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Berechit, בְּרֵאשִׁית, est intraduisible


Voici ses traductions de בְּרֵאשִׁית
En anglais : In the beginning
En latin : In principio
En français : Au commencement
En espagnol : En el principio
En allemand : Am Anfang
En portugais : No inicio
En arabe : في البداية
En russe : В начале
En chinois : 最初 (Zuìchū)

Marmhonie

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Genèse I-1


Genèse 1-1
בְּרֵאשִׁית, בָּרָא אֱלֹהִים, אֵת הַשָּׁמַיִם, וְאֵת הָאָרֶץ.
Béréchit bara élohim 'èt hachamayim vé'èt ha'arets (romanisation occidentale)
Biְrֵashִׁyt, biaraa aֱlֹhִym, aֵt hashiׁamayִm, vְaֵt haaarֶts. (romanisation orientale)
Au commencement dans le Principe, Dieu créa le ciel et la terre.

Qu'est-ce que cette "terre" ? Et quel est ce "ciel" ?
Le commentaire de Moïse est caché. Il explique cette terre est un pays, parce que le judaïsme n'est pas une religion mais une NATION.
Ensuite, c'est le seul monde que nous puissions percevoir par nos 5 sens, c'est le dernier des derniers des 5 mondes créés par Jéhovah, c'est l'olam-a'zé.
Zé זה est un pronom démonstratif pour indiquer ce que nous pouvons percevoir. Quand un mot hébreu se termine par Zé, c'est que c'est accessible à nos cinq sens.
Mais il y a 4 autres mondes antérieurs, jusqu'au plus subtil que seul le Seigneur sait, et tout ces mndes ne sont pas en rapport avec nos sciences actuelles de la matière.
La datation de la Terre, n'a rien à voir même avec le plus primaire, le seul percevable pour nous humains faits à l'image de Dieu, c'est le plus grand scandale de traductions conservées depuis plus de 2500 ans !

Béréchit est intraduisible sans commentaires
C'est pour cela que la communauté du Messie, Jésus-Christ, désignant Céphas Simon pour lui succéder à la source du Jourdain, explique que le Royaume de Dieu s'approche, parce que ce n'est pas à cet olam-a'zé de s'élever spirituellement, puisque les 4 autres mondes sont comme une échelle qui porte à Dieu. Non, c'est à Dieu et son Royaume, car il est le Seigneur des seigneurs, à descendre sur ce pays, cet olam-a'zé vraiment primaire, et l'homme doit l'accueillir avec Amour pour que Dieu en fasse aussi Sa demeure.
C'est la volonté de Dieu qui nous dépasse.

Les cinq mondes (Olam עוֹלָם) de la Création
Assiya (Action), Yetzira (Formation), Briya (Création), Atsilout (Émanation), et Adam Kadmon אדם קדמון




Josué

avatar
Administrateur
(Genèse 1:1) 1 Au commencement Dieu créa les cieux et la terre.
*** Rbi8 Genèse ***
“ Au commencement ”. Héb. : Beréʼshith. Le premier livre de la Bible est désigné en héb. par ce mot, le premier du texte. LXXVg l’appellent “ Genèse ”.
“ Dieu ”. Héb. : אֱלֹהִים (ʼÈlohim), sans l’article défini. ʼÈlohim, “ Dieu ”, avec l’article défini se rencontre pour la première fois en 5:22. Le titre ʼÈlohim est au pl. pour exprimer l’excellence ou la majesté et non pour désigner une personnalité multiple ou plusieurs dieux. Gr. : ὁ θεός (ho Théos), sing., désigne un “ Dieu ” particulier. Cf. Jg 16:23, note.

Marmhonie

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Puisque tu reprends un commentaire de Bible, il faut commencer par le commencement.

Les alphabets bibliques



Alphabet hébreu




ALEPH א
"a" comme dans  "aba"(papa) 

BET ב
"b" comme dans  "aba"(papa). Peut aussi se prononcer "v", quand il n'est pas accentué. 

GIMAL ג
"g" comme dans "guadol" (grand)

DALET  ד
"d" comme dans "dekel" (palmier)

HEH  ה
"h" commme dans "hineh" (voici)

VAV  ו
"v" comme dans "vashti" (de l'histoire de Pourim)
Peut aussi être utilisé comme voyelle "o" et "ou".

ZAYIN  ז
"z" comme dans "zemer" (musique)

H'ET  ח
"h" gutturale, comme dans "h'amor" (âne)

TET  ט
"t" comme dans "tembel" (stupide)

YUD  י
"y" coome dans "yesh" (il y a)

KAF  כ
"c" comme dans "catouv" (écrit)

LAMED  ל
"l" commme dans "lama" (pourquoi?)

MEM  מ
"m" como em "mamtera" (système d'arrosage)

NUN  נ
"n" comme dans "nudnik" (raseur)

SAMECH  ס
"s" comme dans "sigaria" (cigarette)

AYIN  ע
"a" comme dans "ayin" (oeil) 

PEH  פ
"p" comme dans "pilpel" (piment)

TZADI  צ
"tz" commme dans "tzipor" (oiseau)

KUF  ק
"k" comme dans "kumkum" (bouilloire)

RESH  ר
"r" comme dans "regel" (pied)

SHIN  ש
"sh" comme dans "shalom"(paix)

TAV  ת
"t" comme dans  tapuz" (orange)

Alphabet grec





Α α   άλφα A alpha
Β β   βήτα B bêta
Γ γ   γάμμα G gamma
Δ δ   δέλτα D delta
Ε ε   έψιλον E epsilon
Ζ ζ   ζήτα Z zêta
Η η   ήτα Ê êta
Θ θ   θήτα TH thêta
Ι ι   ιώτα I iota
Κ κ   κάππα K kappa
Λ λ   λάμβδα L lambda
Μ μ   μυ M mu
Ν ν   νυ N nu
Ξ ξ   ξι X xi
Ο ο   όμικρον O omicron
Π π   πι P pi
Ρ ρ   ρω R rhô
Σ σ ς σίγμα S sigma
Τ τ   ταυ T tau
Υ υ   ύψιλον U upsilon
Φ φ   φι PH phi
Χ χ   χι KH khi
Ψ ψ   ψι PS psi
Ω ω   ωμέγα Ô ôméga

Marmhonie

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Maintenant, on peut poursuivre le commentaire de Genèse 1-1 qui a 7 mots, comme les 7 jours de la Création.

Ce qu'est l'Olam A'zé, la Création de la "terre" en Genèse 1-1



Revenir au texte de l'hébreu biblique
Jéhovah Dieu fait exister la vérité dans sa perfection d’absolu et la réalité que nous pouvons appréhender l'est dans une quasi absolue imperfection puisque Genèse 1-1 rappelle que la Création, Béréchit, est une Bénédiction pour nous les humains créés à l'image de Dieu, ce n'est pas rien.

Cette réalité que présente le premier verset, est ce que nous vivons. Mais nous le vivons par Dieu en tant que Olam A'zé, עולם הז ce Monde-ci, ce qu'on en connait, comme il nous apparait, et dans le Nouveau Testament ce même monde devient Olam Haba עולם הבא - le monde qui vient, le Royaume de Dieu s'approche.

Attention aux confusions des mauvaises traductions
Ce Royaume qui vient (et surtout pas "à venir" qui est hautement fautif) est l'Olam Haba עולם הבא
Ce monde-ci (notre Olam a'zé- עולם הז), c'est ce que Genèse 1-1 nous en dit, nous n'y voyons rien, n'y entendons rien. Jésus nous le rappelle dans Matthieu 13-13 : "C'est pourquoi Je leur parle en paraboles, parce qu'en regardant ils ne voient point, et qu'en écoutant, ils n'entendent et ne comprennent pas."

La parabole est le pendant de l'arc-en-ciel pour nous sortir de notre état d'humain chassé du Paradis, cet endroit protégé perdu, et depuis nous pouvons comprendre, mais sans toujours ni voir ni entendre
Pour nous, c’est donc le même monde à deux niveaux différents : le niveau de la réalité qui ne change pas et le niveau de la vérité qui nous est révélé progressivement si nous suivons Jésus-Christ.

La plus grande faute de traduction fut de sortir de l'hébreu
L'hébreu parle toujours à notre âme, laquelle comprend même si intellectuellement nous ne comprenons rien pour qui n'a pas étudié l'hébreu. C'est pourquoi j'insiste toujours pour le bilinguisme, repris par quasiment tous les forums des religions en français depuis, mais sans comprendre pourquoi en fait il faut faire ainsi.

Quand nous sommes comme ici dans l'hébreu, la langue divine de tous les prophètes, rappelons-nous que JAMAIS le judaïsme n'est une religion, c'est un Olam, c'est une nation, une terre sacrée habitée par Son peuple élu.

Il est donc impossible de traduire le premier verset de Genèse sans le commenter, ce que je fais en hébreu. Donc, Dieu ne pouvait s'adresser à nous que dans notre monde, l'Olam a'zé- עולם הז, et ce que Dieu ne dit pas directement, Il le commente oralement par la tradition des actes. les deux grands Actes oraux que sont le Talmud & le Zohar.

Les actes de Luc comme la tradition de Actes des prophètes
Sans les Actes de Luc, nous n'aurions rien su de la naissance de l'Eglise dans le Nouveau Testament (je cite Charles Russel). Eh bien, sans le Talmud et le Zohar, nous n'aurions rien su de la naissance d'Israël, et c'est pourquoi ce Jésus-Christ, le Messie, vient annoncer la venue de l'Olam Haba עולם הבא ou le Royaume puisque Christ est Roi des juifs.

Si Dieu n'était pas venue nous secourir en nous envoyant son fils, transformer le bois de l'arbre du péché en bois du Sacrifice, de l'Holocauste, nous resterions sourds, aveugles, renfermés sur nous, athée en somme. Définitivement perdu.

Pas de commentaires humains, tous faux, seulement premier verset tel quel
Vous devez juste apprendre par coeur ce premier verset, sans besoin de l'écrire :
בְּרֵאשִׁית, בָּרָא אֱלֹהִים, אֵת הַשָּׁמַיִם, וְאֵת הָאָרֶץ.
Béréchit bara élohim 'èt hachamayim vé'èt ha'arets

C'est tout ce qui vous fera grandir, les commentaires humains se butent devant notre état sans plus de protection ni de respect comme Adam et Eve au commencement.

De l'Eglise universelle (catholique) à Luther le débauché
Une fois Christ monté au ciel, les disciples se sont unis autour de Pierre, désigné par Jésus en personne pour lui succéder. Il est impossible de nier cela puisque c'est parole d'évangile.
Les successeurs ont compris que la nouvelle alliance ne pouvait se lire ou s'écouter oralement sans commentaires, exactement comme font les rabbins avec la Torah.
Le malheur arrive avec Martin Luther qui voulait faire un coup d'Etat en renversant le pape pour lui prendre sa place. Il profite de l'invention de l'imprimerie pour diffuser sa traduction fautive, et surtout interdite par Jéhovah puisque sans commentaires. Luther enfonce les humains dans l'Olam a'zé- עולם הז, alors que la Bible doit toujours être commentée, et commentée selon la succession depuis Pierre, Céphas.

Conclusion provisoire
La Bible ne peut être lue seule, traduite sans garder le bilinguisme, grec-français et hébreu-français. C'est le chemin des séminaristes traditionnels, et c'est la perte des pasteurs protestants, chacun son temple, chacun son interprétation, chacun sa mouvance.

Marmhonie

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Le monde de vérité et notre monde de réalité, en vérité et en réalité, n’ont rien à voir l’un avec l’autre


Jamais la Bible ne nous parle de notre monde de réalité qui est a l'extrême fin du quatrième Monde créé par Dieu.

Je vous rappelle les 5 mondes qui sont :
Olam Assiya (Action), Olam Yetzira (Formation), Olam Briya (Création), Olam Atsilout (Émanation), et au bout de l'Adam Kadmon אדם קדמון c'est l'Olam A'zé, עולם הז (cette terre analysée par les scientifiques et que nous empoisonnons).

Nous connaissons l’un par "les yeux de l’esprit" ou du spirituel, et nous connaissons l’autre par "les yeux de chair", du matériel.

Impossible de traduire sans trahir
Nous avons une difficulté de vocabulaire : En français le terme de « créer » ne désigne pas faire exister le monde de vérité, mais il désigne faire exister le monde de la réalité, la matière. C’est dérivé d’une racine latine qui signifie "rendre réel" res – chose – faire chose. Cela correspond un peu à la notion de Gueshem en hébreu non dans son sens de pluie mais de corps, Gueshem - Gashmi.

Genèse 1-1 nous explique et montre le Olam Ha-Briah, le monde de la création. Jamais il n'a été question d'une description chronologique de la création de l'univers en 6 jours, cela n'est que le malheur apporté avec Luther et sa traduction orgueilleuse d'une Bible en langue vulgaire pour illettrés et sans commentaires. Ou comment en faire une arme de guerre de religion, un peu comme la fabrication progressive du Coran moderne durant 3 siècles pour combattre par la terreur toutes les autres civilisations et religions.

Or, j'insiste, le judaïsme n'est pas une religion, c'est une nation, une terre, un pays, les 5 Olam.  

Pour mieux comprendre
Genèse 1-1 nue sans commentaire et traduit, est lettre morte pour un cadavre sans résurrection, un tombeau vide sans humanité.

Genèse 1-1 avec la tradition orale qui est unique, la transmission est intacte autant dans l'Ancien Testament que dans le Nouveau Testament, c'est le monde de Dieu dans ses 4 niveaux qui s’unifie dans un 5ème, le pauvre notre qui n'est plus rien comme nous qui ne sommes plus rien sans la grâce de Dieu :
*  Olam Atsilout - monde de l’émanation
*  Olam Briya - monde de la création
*  Olam Yetzira - monde de la formation
*  Olam Assiya - monde de l’action

Si vous avez des questions, n'hésitez pas, Aucune question, aucune remarque n'est "mauvaise".

Je voudrais que l'on comprenne que la notion américaine de "Créationnisme" n'a strictement aucun rapport avec ce que l'hébreu biblique signale dans la Genèse.
Si tant de Bibles, protestantes et donc sans obligation de commentaires, avaient été bien traduites, nous n'en serions pas dans de telles dérives avec des croyants qui imaginent que notre terre aurait été créée il n'y a que 6000 ans plus ou moins. C'est absurde quand on lit le texte hébreu et c'est ce que cette étude humble du judaïsme montre et démontre.

Libre à chacun de croire ce qu'il veut mais, de grâce, n'invoquez pas la Bible pour affirmer cela car c'est sans rapport fondamentalement. Il est vrai aussi que dans ce forum http://meilleurforum-net.1fr1.net/ les Enseignements authentiques sont expliqués et avec patience, compétences, en grec ou en hébreu ou en arabe coranique, etc. selon chaque Livre sacré.

Marmhonie

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
De Genèse à la déraison qui détourne la Bible et falsifie Dieu


La fausse déesse Raison
Toute la philosophie chrétienne affirmait pourtant avec saint Thomas d'Aquin, l’unité de la loi divine éternelle et de la loi humaine naturelle : "La loi naturelle n’est rien d’autre qu’une participation de la  loi  éternelle  dans  la  créature  raisonnable", écrit  le  Docteur  Angélique  (Œuvres, I  II 91,2).  
Mais  avec  Descartes,  un  hiatus  est déjà  posé  entre  le  droit  divin  et  le droit humain naturel. Après lui les universitaires et les juristes ne tarderont pas à pratiquer la même césure.

Mais précisément, l'argent roi s’est accompli au nom de la déesse Raison, de la raison déifiée, de la raison qui s’érige en norme suprême du vrai et du faux, du bien et du mal.



Naturalisme, rationalisme, libéralisme
Vous entrevoyez dès lors combien toutes ces erreurs sont imbriquées les unes dans les  autres  :  libéralisme,  naturalisme,  rationalisme  enfin,  ne  sont  que  des aspects complémentaires de ce qu’on doit appeler la Révolution de l'argent roi.


Des murailles contre l'homme
Là où la droite raison, éclairée par la foi, ne voit qu’harmonie et subordination, la raison déifiée creuse  des  abîmes  et  dresse  des  murailles  :  
- la  nature  sans  la  grâce,  l
- la prospérité matérielle sans la recherche des biens éternels,
- le pouvoir civil séparé du  pouvoir  ecclésiastique,  
- la  politique  sans  Dieu  ni  Jésus-Christ,  
- les droits  de l’homme (quel homme ? un homme sans âme ?) contre les droits de Dieu,
- la liberté, enfin, sans la vérité.


Chacun fabrique sa vérité, forme son Dieu à son idéal personnel sans plus entendre la Parole de Dieu
Le libéralisme veut ici libérer la raison de la foi qui nous impose des dogmes,formulés de façon définitive et auxquels l’intelligence doit se soumettre. La simple hypothèse que certaines vérités puissent dépasser les capacités de la raison est inadmissible. Les dogmes doivent donc être soumis au crible de la raison et de la science  et  cela  d’une  manière  constante,  étant  donné  les  progrès scientifiques.

Les  miracles  de  Jésus-Christ,  le  merveilleux  de  la  vie  des saints  doivent  être réinterprétés,  démythifiés.  Il  faudra  distinguer soigneusement  le  «  Christ  de  la foi  »,  construction  de  la  foi  des  apôtres  et des  communautés  primitives,  du «  Christ  de  l’histoire  »,  qui  ne  fut  qu’un  pur homme.  On  saisit  combien  le rationalisme  est  opposé  à  la  divinité  de  Notre Seigneur  Jésus-Christ  et  à  la révélation divine !

Le rationalisme obtus euthanasie les âmes
L’indépendance de la raison et de la science à l’égard de la foi : c’est le rationalisme, pour qui la raison, juge souverain et mesure du vrai, se suffit à elle-même et repousse toute domination étrangère.
C’est ce qu’on appelle le rationalisme.

Le naturalisme est aussi catastrophique
Le naturalisme soutient que l’homme est limité à la sphère de la nature et qu’il n’est nullement destiné par Dieu à l’état surnaturel. La vérité est tout autre : Dieu n’a  pas  créé  l’homme  dans  l’état  de pure  nature.  Dieu  a  constitué  l’homme d’emblée dans l’état surnaturel :  Dieu, dit le concile de  Trente, avait constitué le premier homme « dans l’état de sainteté et de justice » (Dz 788).  Que l’homme ait été destitué de la grâce sanctifiante, ce fut la conséquence du péché originel, mais la Rédemption maintient le dessein de Dieu : l’homme reste destiné à l’ordre surnaturel.  

Etre réduit à l’ordre naturel est pour l’homme un état violent que Dieu n’approuve pas. Voici ce qu’enseigne le Cardinal Pie, montrant que l’état naturel n’est pas  en  soi  mauvais,  mais  que  c’est  sa  destitution  de  l’ordre  surnaturel  qui est mauvaise :
« Vous enseignerez, donc, que la raison humaine a sa puissance propre et ses attributions  essentielles  ;  vous  enseignerez  que  la  vertu  philosophique  possède une  bonté  morale  et  intrinsèque  que  Dieu  ne  dédaigne  pas  de  rémunérer,  dans l e s individus  et  dans  les  peuples,  par  certaines  récompenses  naturelles  et temporelles,   quelquefois   même   par   des   faveurs   plus   hautes.   Mais   vous enseignerez  aussi  et  vous  prouverez,  par  des  arguments  inséparables  de l’essence  même  du  christianisme,  que  les  vertus  naturelles,  que  les  lumières naturelles, ne peuvent conduire l’homme à sa fin dernière qui est la gloire céleste.
Vous enseignerez que le dogme est indispensable, que l’ordre surnaturel dans lequel l’auteur même de notre nature nous a constitués, par un acte formel de sa volonté  et  de  son  amour,  est  obligatoire  et  inévitable  ;  vous  enseignerez  que Jésus-Christ  n  ‘est  pas  facultatif  et  qu  ‘en  dehors  de  sa  loi  révélée,  il  n ‘existe pas, il n ‘existera jamais, de juste milieu philosophique et paisible où qui que ce soit, âme d’élite ou âme vulgaire, puisse trouver le repos de sa conscience et la règle de sa vie.
Vous enseignerez  qu’il  n’importe  pas  seulement  que  l’homme  fasse  le  bien, mais  qu’il importe  qu’il  le  fasse  au  nom  de  la  foi,  par  un  mouvement  surnaturel, sans quoi ses actes n’atteindront pas le but final que Dieu lui a marqué, c’est-à-dire le bonheur éternel des cieux... »
(Evêque de Poitiers, Œuvres, Tome II pages 380 et 381)


Ainsi, dans l’état de l’humanité concrètement voulu par Dieu, la société ne peut se constituer  ni  subsister  en  dehors de l'Amour agapé, spirituel, divin, selon Jésus-Christ  :  c’est l’enseignement de saint Paul :
"C’est en Lui que toutes choses ont été créées, celles qui sont dans les cieux et  celles  qui  sont  sur  la  terre  (...)  tout  a  été  créé  par  lui  et  pour  lui.  Il est,  lui, avant toutes choses, et toutes choses subsistent en lui." (Col I. 16-17)

Marmhonie

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Le commentaire de Fillion sur Genèse



Le sujet et le but
La création, l'introduction du péché sur la terre, l’histoire des premières familles humaines et de leur prompte corruption, le déluge envoyé par Dieu comme un terrible châtiment, la dispersion des peuples, Abraham choisi pour être le père d’une race privilégiée de laquelle naîtra le Rédempteur promis aussitôt après la chute, les débuts historiques de cette famille sacrée : voilà le thème bien connu qui est si noblement développé dans la Genèse, et qui couvre un espace d’environ 2.300 ans (de la création du monde à la mort de Joseph).

Si le Pentateuque raconte les origines de la théocratie, la Genèse, remontant tout à fait aux principes, décrit les premières démarches entreprises par le Seigneur pour établir ici-bas son royaume. Quoique Abraham, le père des croyants, soit visiblement la figure principale et comme le héros de la Genèse, de même que le pays de·Chanaan, la future Terre sainte, est le théâtre sur lequel se déroulent les principaux événements du livre, néanmoins les annales de la théocratie seraient demeurées très incomplètes, si Moïse n’eût placé en tête de sa narration un résumé rapide de la vie des premiers humains. Pourquoi, en effet, une nation choisie entre toutes les autres? C'est parce que la grande masse des peuples s’était éloignée du vrai Dieu.

Mais quelles étaient les relations de l’humanité avec Dieu, et comment s’était opérée cette séparation funeste ? Il était nécessaire de le dire tout d’abord, afin de mieux montrer la nécessité des institutions théocratiques, et aussi pour mettre le plan divin sous son vrai jour: Jéhovah qui appela Abraham ne diffère pas d'Elohim le Dieu créateur.

La création et la rédemption sont des actes intimement unis : un abîme, il est vrai, s'est ouvert entre Dieu et l'homme, sa créature d’élite; mais le Seigneur prend immédiatement des mesures pour réparer la chute. Un seul peuple est choisi; mais, en Israël, l'humanité entière sera bénie et rachetée, car toutes les nations sont solidaires et proviennent de la même source.

Plan et division
Le plan est très simple et en même temps des plus harmonieux, dévoilant une oeuvre bien proportionnée et réglée minutieusement. "

La Genèse est en réalité un vaste tableau généalogique accompagné d’un texte explicatif, un tableau généalogique où les événements de l'histoire primitive et de l'histoire patriarcale viennent s’intercaler dans les intervalles de la ligne principale et des lignes secondaires selon les personnages qui y jouent les rôles prépondérants, et dans lesquels les faits ainsi distribués reçoivent un développement proportionné à leur importance dans l’ensemble (Delattre, le Plan de la Genèse, dans la Revue des questions historiques, 1876, n° de juillet, p. 5-43).

Dans la Genèse, les généalogies forment donc le cadre de l'histoire; les événements sont insérés dans les intervalles d'une généalogie perpétuelle. Et l’écrivain sacré nous a lui-même manifesté son plan par une formule extraordinaire, qu’il répète jusqu’à dix fois, et au moyen de laquelle il partage ses matériaux.

Voici les générations du ciel et de la terre
Gen. 2, 4; Voici le livre des générations d'Adam, Gen. 5, 1; Voici les générations de Noé, Gen. 6, 9.·Comp.· 10, 1; 11, 10, 27; 15, 12, 19; 36, 1; 37, 1. De là dix sections distinctes, introduites par le récit de la création, 1, 1-2 , 3: 1°1’histoire (car tel est ici le sens du mot « génération ») du ciel et de la terre, 2, 4-4, 26; 2° l'histoire d’Adam, 5, 1-6, 8; 3° l'histoire de Noé, 6, 9-9, 29; 4° l'histoire des fils de Noé, 10, 1-11, 9; 5° l'histoire de Sem, 11, 10-26; 6° l’histoire de Tharé et d’Abraham, 11, 27-25, 11; 7° l'histoire d’lsmaël, 25, 12-18; 8° l’histoire d’lsaac, 25, 19-35, 29; 9° l’histoire d’Esaü, 36, 1-43; 10° l’histoire de Jacob, 37, 1-50, 25.

Ces sections sont très inégales sous le rapport de l’étendue, parce qu’elles le sont aussi sous celui de l'importance théocratique. Ce qui ne tend pas d’une manière directe au but que se proposait l’auteur est aussitôt éliminé, comme l'histoire des Caïnites, celle des Chamites, des Japhétides et de la plupart des Sémites, celle des descendants d'Ismaël et d’Esau. Au contraire, les plus petits traits sont soigneusement conservés quand ils présentent de l’intérêt au point de vue de la théocratie: on le voit surtout dans les biographies d’Abraham, d’Isaac, de Jacob et de Joseph.

Nos dix sections peuvent se rattacher à deux grandes périodes, dont la première correspond aux débuts de l'histoire du monde , depuis la création jusqu’à la dispersion des peuples, tandis que la seconde a la vocation d’Abraham pour point de départ et la mort de Joseph pour terme. Dans la première période, l'histoire du monde et du genre humain est esquissée rapidement, et plutôt saisie par ses sommets que racontée; la seconde période est une introduction à l’histoire du peuple juif. Autant la première est générale, autant la seconde est spéciale: c’est la vie d’une famille, succédant à celle de toute la race humaine. Chacune de ces parties comprend cinq sections: 1° 1, 1-11, 26; 2° 11, 27-50, 25.
Ce plan, si nettement accentué, démontre à lui seul la merveilleuse unité de la Genèse, et est une garantie de plus de son autorité.

Beauté, utilité
Un ancien auteur disait très justement : Nihil pulchrius Genesi, nihil utilius. La Genèse présente en effet des beautés de tous genres, qu’on ne se lasse jamais d’admirer.

- Elle est belle par le fond, qui est toujours si relevé, si riche, si varié, tour à tour sublime et gracieusement idyllique.

- Elle est belle par la forme, qui s’harmonise toujours avec les sujets traités.

- Elle est belle par ses contrastes saisissants : la chute et le Rédempteur, Caïn et Abel, les Caïnites et les Sémites, Noé dans l'arche et l'humanité coupable submergée par le déluge, Sem et Japheth en face de Cham, le paganisme et la théocratie, Abraham et Loth; Isaac et Ismaël, Jacob et Esaü, Joseph et ses frères, la vie agricole des Israélites et la civilisation mondaine des Egyptiens. Que de sujets d’étude à mille points de vue!

Mais la Genèse n’est pas moins utile que belle
Au double point de vue de la religion et de l'histoire, elle est une mine inépuisable de connaissances.

1° Elle contient les révélations les plus précieuses et les mieux garanties sur l’origine du monde et de l'humanité, sur nos relations avec Dieu, sur l'établissement de l’Eglise primitive. Les principaux traités de dogme et de morale revendiquent justement un grand nombre de ses textes; et surtout, dès les premières pages, elle ouvre le splendide horizon messianique;

2° Comme livre d’histoire, elle a un prix incomparable. Pour l'ancienneté et pour la valeur intrinsèque des documents, nul autre livre historique ne pourrait lutter avec elle; car, d’une part, elle remonte au 15° siècle avant Jésus-Christ, date antérieure de mille ans à la naissance d’Hérodote (ce prétendu "père de l'histoire" était contemporain de Néhémie, et vivait au 5è siècle avant J.-C.), et les rares papyrus d’Egypte ou tablettes d’Assyrie qui paraissent plus antiques ne sont que de modestes fragments; d’autre part, elle raconte avec une autorité sans pareille, même abstraction faite de son caractère sacré; et l'historien qui la prend pour guide ne risque pas d’être induit en erreur à chaque pas, comme il arrive quand on étudie les annales fabuleuses et ampoulées des autres peuples. Les découvertes multiples des sciences et de l'archéologie lui ont toujours donné raison.

Les sources de la Genèse
Les sources auxquelles Moïse puisa pour composer cette œuvre unique au monde furent tout à la fois divines et humaines. De Dieu il reçut toutes les révélations nécessaires; mais il put recourir aussi, soit aux traditions patriarcales, qui s’étaient fidèlement transmises de génération en génération, grâce à la longévité des premiers hommes; soit aux documents écrits, qui durent se former peu à peu sur divers points.

Commentaires
Les Pères se sont complu dans l'étude et l'explication de la Genèse. Les meilleurs commentaires qu’ils nous ont laissés sont ceux d’Origène, Selecta in Genesim, et Homiliae in Genesim; de saint Jean Chrysostome, Homeliae 67 in Genesim, et Sermones 9 in Genesim; de saint Jérôme, Liber hebraicarum quaestionum in Genesim; de saint Augustin, De Genesi contra Manichaeos libri 2, et De Genesi ad litteram libri 12. Actuellement, l'ouvrage catholique le plus complet est le Commentarium in librum Geneseos de M. Th.-J. Lamy (Malines, 1883-4884) (Voyez aussi Vigouroux, les Livres saints et la critique rationaliste, t. 3, pp. 177-571).

Mikael

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Les Pères se son plutôt complu dans des explications plus philosophiques que bibliques et c'est des plus confus pour un simple quidam qui se lance dans la lecture des écritures.

Marmhonie

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Cher Mikael,

Essaye d'être positif que de voir tout en noir ^_^
il n'y a pas de notion de "philosophie" en hébreu, d'autres me font le coup et historiquement l'hébreu est incompatible avec ça. 

Pour le grec, et ce n'est pas le sujet, d'accord. Pour l'hébreu : rien.

À toi de te mettre au niveau de cet Enseignement, ou de le laisser car, après tout, as-tu besoin d'étudier le début de Genèse en hébreu dans sa gangue ? 

Au lieu d'aborder cet énorme problème de la déformation de Genèse par ces mouvances chrétiennent ignorant le judaïsme, portons-nous à ce qu'ils critiquent sans savoir ! 

II y a liberté et liberté…


Trois sortes de liberté
Faisons donc un peu de philosophie.  La réflexion la plus élémentaire nous montre qu’il y a trois sortes de liberté.

1)   D’abord, la  liberté  psychologique,  ou  libre arbitre,  propre  aux  êtres  pourvus d’intelligence,   et   qui   est   la   faculté de se déterminer   vers   tel   ou   tel   bien indépendamment de toute nécessité intérieure (réflexe, instinct, etc.). Le libre arbitre fait  la  dignité  radicale  de  la personne  humaine,  qui  est  d’être sui  juris,  de  relever d’elle-même, et donc d’être responsable, ce que l’animal n’est pas.


2) Ensuite nous avons la liberté morale, qui concerne l’usage du libre arbitre : usage bon si les moyens choisis conduisent à l’obtention d’une fin bonne, usage mauvais s’ils n’y  conduisent pas.  Vous  voyez  dès  lors  que  la  liberté  morale  est  essentiellement relative  au bien.  La  liberté  morale est  « la  faculté  de  se  mouvoir  dans  le bien  »  .  

La liberté  morale  n’est  donc  pas  un  absolu,  elle  est  toute relative  au  Bien,  c’est-à-dire finalement à la loi. Car c’est la loi, et d’abord la loi éternelle qui est dans l’intelligence divine,  puis  la  loi  naturelle  qui est  la  participation  à  la  loi  éternelle  par  la  créature raisonnable, c’est cette loi qui détermine l’ordre posé par le créateur entre les fins qu’il assigne  à l’homme  (survivre,  se  multiplier,  s’organiser  en  société,  parvenir  à  sa  fin ultime, le Summum Bonum, qui est Dieu) et les moyens aptes à obtenir ces fins.


La loi n’est pas un antagoniste de la liberté, c’est au contraire une aide nécessaire et il faut dire cela aussi des lois civiles dignes de ce nom. Sans la loi, la liberté dégénère en licence, qui est  » faire ce qui me plait » .


Précisément certains libéraux, faisant de cette liberté morale un absolu, prêchent la licence, la liberté de faire indifféremment le bien  ou  le  mal, d’adhérer  indifféremment  au  vrai  ou  au  faux.  Mais  qui  ne  voit  que  la possibilité de  faillir  au  bien,  loin  d’être  l’essence  et  la  perfection  de  la  liberté,  est  la marque  de  l’imperfection  de  l’homme  déchu  !  Bien  plus,  comme  l’explique  saint Thomas commentant le mot de Jésus-Christ en saint Jean, la faculté de pécher n’est pas une liberté, mais une servitude :  "Celui qui commet le péché est esclave du péché". (Jean 8, 34 selon la TMN 1995 d'Etude).

Au  contraire,  bien  guidée  par  la  loi,  canalisée  entre  de  précieux  garde-fous, la liberté atteint sa fin. « La condition de la liberté humaine étant telle, il lui fallait une protection, il lui fallait des aides et des secours capables de diriger tous ses mouvements vers le bien et les détourner du mal : sans cela, la liberté eût été pour l’homme une chose très nuisible. Et d’abord, une loi, c’est-à-dire une règle de ce qu’il faut faire ou ne pas faire, lui était nécessaire »


Définition plénière de la liberté
« Dans une société d’hommes, la liberté digne de ce nom ne consiste pas à faire tout  ce  qui  nous  plaît  :  ce  serait  dans  l’Etat  une  confusion  extrême,  un trouble  qui aboutirait à l’oppression ; la liberté consiste en ce que, par le secours des lois civiles, nous puissions plus aisément vivre selon les prescriptions de la loi éternelle » ( Encyclique Libertas, du 20 juin 1888)

3)  Enfin  vient la  liberté physique,  ou  liberté  d’action  ou  liberté  vis-à-vis  de  la contrainte,  qui  est  l’absence  de  contrainte  extérieure  qui  nous  empêche  d’agir selon notre conscience. Eh bien, c’est précisément de cette liberté que les libéraux font un absolu.


L’homme,  lui,  ne  suit  pas  un  instinct  aveugle  comme  les animaux
Dieu  nous  a  donné  cette  immense  faveur  de  la  raison,  pour  que  nous  ayons l’intelligence de la loi qui nous régit, afin de nous diriger nous-mêmes librement vers la fin, mais non sans appliquer la loi !

La loi éternelle et la loi naturelle, la loi surnaturelle, puis les autres lois qui dérivent des premières :
les  lois  humaines,  civiles  ou  ecclésiastiques (terme plus exact que "religieuses"),  toutes  ces  lois  sont  pour notre  bien, notre bonheur est là. Sans un ordre préconçu par Dieu, sans des lois, la liberté serait pour  l’homme  un  cadeau  empoisonné.  Telle  est  la conception  réaliste  sur  l’homme, que l’Eglise défend tant qu’elle peut contre les libéraux.


La liberté ne se comprend pas sans la loi
Ce  sont  deux  réalités  strictement  corrélatives,  qu’il  serait  absurde  de séparer  et d’opposer, car c’est absolument dans la loi éternelle de  Dieu qu’il faut chercher la règle de la liberté, non seulement pour les individus, mais aussi pour les sociétés humaines.

Josué

avatar
Administrateur
Mais c'est un sujet sur la bible et tu es entrain de noyer le poisson avec les bd que tu as placés. heu

Marmhonie

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Josué a écrit:Mais c'est un sujet sur la bible et tu es entrain de noyer le poisson avec les bd que tu as placés. heu
http://meilleurforum-net.1fr1.net/t11751-berechit-bara-elohim
Cher Josué,

Qu'est-ce que les [i]"bd"[/b] ? Des Bandes Dessinées ?
C'est juste pour comprendre ton post, sans écrire dans le sujet, il vaut mieux le MP.

Les sujets qui viennent sont difficiles, comme l'étude des plus anciens corans en arabe, hébreu et syriaque. Certes des internautes risquent la surprise de ne pouvoir tout suivre.

Mais regarde, j'ai tenu TOUJOURS mes promesses parce que c'est TOUJOURS m'engager devant Jéhovah, qui voit tout.
J'avais bien dit avant cet été 2017 que je choisirai UN SEUL FORUM pour tout TRANSMETTRE, soit ma pauvre vie de savoirs. C'est bien sûr toi, et regarde, je suis loyal, on est simplement le 4 octobre et ton forum dépasse Arlitto, les forums de Yacoub et s'approche des connexions d'Eliaqim.
Ça marche.

Fais confiance à ton humble ami solidaire. Eliaqim via kaboo essaye de me faire revenir chez eux, c'est du chantage affectif. J'ai TOUT PARDONNÉ, la page est tournée.

Donc si parfois il y a des sujets qui vous tombent sur la tête et vous dépassent, pensez que les robots des moteurs de recherche vont les identifier, et naturellement ton forum va monter de partout. Nous montrons la dignité des TJ, leur immense respect, tout cela est positif. Du mal qu'on vous fait, des persécutions, nous en faisons un bien.

À la gloire de Jéhovah. Et pardon car je ne suis qu'un pauvre homme avec bien des défauts.
Michel.

papy

avatar
Il faut resté simple comme Jésus l'était quand il s'adressait au peuple.
(Isaïe 50:4) 4 Le Souverain Seigneur Jéhovah lui-même m’a donné la langue des enseignés, pour que je sache répondre par une parole à l’épuisé. Il éveille matin après matin ; il éveille mon oreille, pour entendre, comme les enseignés [...]
(Jean 7:45, 46) [...] ” 46 Les agents répondirent : “ Jamais [un autre] homme n’a parlé de cette façon .
Autrement tout le monde va décrocher.

Marmhonie

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
papy a écrit:Il faut resté simple comme Jésus l'était quand il s'adressait au peuple.
Jésus enseignait à 12 ans dans le Temple, voir Luc 2-41 à 52.
Mozart aussi était impressionnant. L'enseignement convient à tout le monde, chacun à son niveau.
Laisse-toi porter par la beauté, ne privilégie pas ta tête mais ton cœur.

papy a écrit:(Jean 7:45, 46) [...] ” 46 Les agents répondirent : “ Jamais [un autre] homme n’a parlé de cette façon .
C'est dire si nous ne sommes rien, et nous viendrions nous plaindre ?
Luc 21-37 : "Ainsi, pendant le jour, il enseignait dans le temple."
Certes oui, Jésus était juif et nous devons considérer sommairement quand même les Ecritures hébraïques, n'est-ce pas ?

papy a écrit:Autrement tout le monde va décrocher.
Soyons très humble, ce forum est maintenant lu par maintes personnes, nous ne sommes plus seulement les inscrits.

Rassure-toi, ce n'est qu'un petit sujet parmi une grande quantité que je vais poster, tu peux passer celui-ci sans problème. Le confort et le bien-être avant tout, et il en faut pour tout le monde.

Tu ne te rends pas compte, certains sujets bibliques communs et simples pour les témoins, sont très difficiles pour les autres chrétiens. Déjà, ne serait-ce que se repérer de suite dans sa Bible en lisant une référence. Tu as un grand savoir de ton côté, ne l'oublie pas, et il faut faire connaître, chacun, vos compétences.

En cas de difficultés, référez-vous à l'Index de cette Bible :
Bible en PDF portable

Marmhonie

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
בְּרֵאשִׁית בָּרָא אֱלֹהִים : architecture


Le titre hébraïque du premier livre de la Bible c'est "Béréchit", que nos versions françaises ont traduit par "Genèse"; c'est aussi le premier mot par lequel commence la Bible.

Savez-vous que ce mot (béréchit) est à lui seul une véritable révélation du plan de Dieu pour sauver les Hommes ?
Avant de sonder les profondeurs cachées de ce mot, examinons la phrase d'où il est extrait :
" Beréchit bara Elohim eth hachamaïm vééth aarets ... Au commencement dans le principe Elohim créa les cieux et la terre ... "
בְּרֵאשִׁית בָּרָא אֱלֹהִים
Cette première phrase lapidaire, mais dans laquelle se trouve l'oeuvre gigantesque du Divin Architecte et Créateur de l'Univers, nous montre Sa Puissance Infinie et c'est en pensant à cette phrase extraordinaire de la " CRÉATION " que, plus tard, le Rabbi Shaül de Tarse (devenu Paul) dira sous l'inspiration de Dieu :
Romain 1-20 : " ...En effet, les perfections invisibles de Dieu, Sa Puissance Éternelle et Sa Divinité se VOIENT comme à l'oeil depuis la CRÉATION du monde quand on les considère dans ses ouvrages"'
C'est vrai ! Les OUVRAGES de Dieu portent SA SIGNATURE, laquelle est visible dans la CRÉATION et la BIBLE.

Toute la CRÉATION, que ce soit une plante, une pierre, les cieux, l'animal ou l'être humain, la NATURE toute entière porte la MARQUE DIVINE qui est SA SIGNATURE, et il faut être vraiment aveugle pour prétendre, comme certains, que Dieu n'existe pas !

Quant à la Bible, elle est LE LIVRE popularisé par excellence !
Tant de livres ont été écrits par les hommes, un seul a été dicté par l'Esprit de Dieu à des hommes qu'Il a inspiré et qui le plus souvent ont écrit des choses qui les dépassaient et qu'ils ne comprenaient pas ! Comme la nature entière, ce "Livre des livres" porte la signature de Dieu d'Abraham, d'Isaac et de Jacob.

La Torah juive est d'une architecture unique et parfaite
En la traduisant, on la démembre.

Dans la Bible, chaque mot, chaque nom, chaque phrase et même chaque lettre et chaque chiffre ont une valeur spirituelle et prophétique, qui nécessitent de notre part une attention très profonde.

Attention au piège des citations extraites en traduction
Ne nous contentons pas de lire un verset, mais essayons toujours de l'approfondir en demandant au Seigneur de nous en révéler toute la richesse, mais aussi en ouvrant tout grand les yeux et notre coeur.


Exemple avec בְּרֵאשִׁית
ב Beth signifie : "maison", "temple". Le Temple de Jérusalem a été construit en vue de la réalisation de la promesse Divine faite à Moïse :"J'HABITERAI AU MILIEU D'EUX" (Exode 25:9) et plus tard, à Zacharie : "Voici JE VIENS et J'HABITERAI au MILIEU de toi" dit l'Eternel. Ce n'était pas une promesse symbolique, mais une réalité qui se concrétisait quand est né à BETHLEHEM ( Beth-Lehem="maison du pain"), selon la prophétie d'Esaïe (ch 7:14) et de Michée (5:1) le Messie annoncé Yéchoua (appelé en grec : Jésus); plus tard, conscient de son Ministère Messianique, il est entré dans SON TEMPLE la MAISON DE DIEU et, encore une fois, l'Ecriture s'accomplissait :"J'enverrai mon "Messager" (ce fut Yohanan Amatbil appelé en grec Jean le Baptiseur), il préparera le chemin devant MOI et, soudain, ENTRERA DANS SON TEMPLE le SEIGNEUR que vous cherchez, le MESSAGER DE L'ALLIANCE (l'Alliance Nouvelle: Bérith adasha, voir Jér.31:31 à 33) que vous désirez" - Malachie 3:1)

ר signifie : "tête" (personnage important) et aussi "pierre" (Roch) et "pauvreté" (Rech). Nous avons là quelques caractéristiques révélées de "Celui" qui est né à Bethléem et est entré dans la Maison de Dieu ; l'Ecriture Sainte affirme qu'Il est " La TETE (ou le Chef) du corps de l'Assemblée" (Colos. 1:18 -version Darby) et c'est aussi LUI qui est LA PIERRE ANGULAIRE (Roch Pina) dont David a parlé en disant :" La pierre qu'ont rejetée ceux qui bâtissaient est devenue la PIERRE de l'ANGLE (Roch Pina) " (Psaume 118:22). C'est en effet ce qui est arrivé : jusqu'à ce jour, hélas ! Yéchoua est rejeté des siens, mais il est LA PIERRE MAITRESSE de tout l'Edifice, et le jour est proche où tout Israël l'acclamera pour qu'il soit LE ROCHER D'ISRAËL et SON ROI ! Enfin, nous n'ignorons pas que Yéchoua se plaisait parmi les pauvres et les humbles, et il avait choisi d'être l'un d'entre eux, aussi pouvait-il être écrit de Lui :"Vous connaissez la grâce de notre Seigneur Yéchoua Hamachiah (Jésus le Messie) qui POUR VOUS s'est FAIT PAUVRE de riche qu'il était, afin que par sa PAUVRETE vous fussiez enrichis" (2Cor 8:9)

א signifie :"Boeuf " (symbole de force et de sacrifice). Autrefois, en Israël, c'était le Souverain Sacrificateur qui devait manifester ce deux attributs : La FORCE d'intercession pour tout le peuple dont il avait la charge, et c'était lui qui, une fois par an pour Yom Kippour (Jour de l'expiation), devait apporter et offrir à Dieu, dans le "Lieu Très Saint" du Temple, le sang des SACRIFICES pour le pardon des péchés du peuple. Mais au temps fixé par Dieu, ce qui n'était que symbole est devenu réalité !
Cette lettre Aleph représente exactement Yéchoua le VRAI Souverain Sacrificateur d'Israël et c'est de lui que Dieu a dit : " Tu es SACRIFICATEUR pou TOUJOURS à la manière de Melchisédec " Psaume 110:4). Il lui a fallu LA FORCE du buffle pour accomplir son oeuvre de rédemption en intercédant pour les coupables comme l'Ecriture le disait à l'avance : " Il a porté les péchés de beaucoup d'hommes et il a intercédé pour les coupables" (Esaïe 53:12), et LE SACRIFICE (le vrai "YOM KIPPOUR") a été offert UNE FOIS POUR TOUTES, non avec le sang d'animaux, mais avec SON PROPRE SANG, afin d'accomplir la prophétie d'Esaïe : "Mais "IL" était blessé pour nos péchés, BRISE pour nos iniquités, le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur "LUI" et c'est par ses MEURTRISSURES que nous sommes guéris" ( Esaïe 53 :5)

Il est bon de remarquer encore que "Aleph" signifie aussi "enseigner", "instruire" et c'est exactement ce que notre Messie Yéshoua a fait tout au long de son ministère terrestre, son enseignement trouvait écho dans les coeurs parce que ce n'était pas les discours de l'intelligence humaine, mais LA VÉRITÉ de Dieu en accord avec l'Écriture et accompagnée de la PUISSANCE DIVINE ; ses ennemis même étaient obligés de le reconnaître et disaient " Rabbi, nous SAVONS que tu es VRAI et que tu ENSEIGNES la voie de Dieu selon la VERITE sans t'inquiéter de personne, car tu ne regardes pas à l'apparence des hommes..." (Matth.22:16)

ש signifie :"Dent " (Shen) et "haïr", mépriser (Shano) Il est courant de dire de quelqu'un contre lequel on a de la rancune, de la haine ou du mépris, qu'on a "une dent contre lui". Ainsi cette lettre hébraïque montre prophétiquement ce qui est arrivé à Israël dans son attitude envers Yéshoua : très populaire parmi le peuple, parce qu'il apportait un message d'espérance et de délivrance, il a vite suscité la HAINE et le MÉPRIS des chefs religieux, est c'est leur influence dominatrice qui, peu à peu, dressa une grande partie du peuple contre "CELUI" qui, incontestablement d'après l'Ecriture, était L'ENVOYE et LE MESSIE annoncé !

Il faut aussi préciser que LE MESSIANISME des disciples de Yéshoua (devenu en grec : CHRISTIANISME) a perdu au fil des siècles le contact avec "sa racine" , le peuple d'Israël, et sous l'influence du paganisme s'infiltrant en masse dans l'Église au temps de Constantin, l'antisémitisme "chrétien" (ou soit-disant tel) commence ses ravages diaboliques en rendant "tous" les Juifs responsables de la mort de Jésus, alors que le Livre des Actes montre clairement que des foules entières de Juifs ont été les premiers à reconnaître en Yéshoua (Jésus) leur Messie et Sauveur ! Le peuple d'Israël confondant le Christ et ceux qui se prétendant Chrétiens le servaient si mal, le rendirent responsables de leurs souffrances et manifestaient HAINE et MÉPRIS contre "CELUI" qui était et qui est le digne descendant (selon la chair) du roi David ! Mais encore une fois ne fallait-il pas que l'Ecriture fût accomplie ? Or, celle-ci disait qu'il serait ..." Méprisé et Abandonné des hommes, homme de douleur et habitué à la souffrance, semblable à celui dont on DÉTOURNE LE VISAGE , nous l'avons DEDAIGNE, nous n'avons FAIT DE LUI AUCUN CAS, cependant ce sont NOS souffrances qu'il a portées, c'est de NOS douleurs, qu'il s'est chargé et nous l'avons considéré comme PUNI FRAPPE de Dieu et HUMILIE " Esaïe 53 :3-4.

י Yod signifie :"Main " Yad et "Juif" (Yéoud) (symbole de la main de Dieu). De nombreuses fois dans la Bible, il est question de "LA MAIN DE l'ÉTERNEL", et là non plus ce n'est pas une expression symbolique, mais une réalité : poussé par l'Esprit de Dieu, Esaïe le prophète parlant au Nom du Seigneur a dit au sujet de Jérusalem :" ... Voici JE t'ai GRAVE sur MES MAINS" ...(Esaïe 49:16) et c'est bien à Jérusalem que Yéshoua a été crucifié et ses MAINS percées :étant le Messie, il devait, selon l'Ecriture accomplir l'expiation pour le peuple; les preuves évidentes, dans l'Ancien Testament ne manquent pas, en voici deux : Zacharie, décrivant prophétiquement la venue du Messie, dit :" Ils tourneront les regards vers MOI, CELUI QUI A ÉTÉ PERCE " (Zach.12:10), tandis que David, sous l'inspiration Divine, voyait les souffrances du Messie et s'écriait :" ... Ils ont PERCE MES MAINS et mes pieds..." (Psaume 22:17)

D'autre part, Yéshoua était JUIF et lui-même a dit :" LE SALUT VIENT DES JUIFS" (Jean 4:22), désignant ainsi LUI-MÊME, puisque cette phrase prononcée en hébreu : " Ayéchoua mine ayéoudim" peut littéralement se traduire ainsi : "Yéshoua (Jésus) vient des Juifs !

ת Tav,signifie :"Signe " "Marque" "Signature" et en grec, la même lettre se dit :" Tau " et se présente ainsi sous la forme d'une croix : t (T, t). Oui, nous l'avons certainement compris, la crucifixion du Messie Yéshoua est LE SIGNE, LA MARQUE, LA SIGNATURE DIVINE pour le rachat des hommes ! Toute l'Écriture affirme que " SANS EFFUSION DE SANG, IL N'Y A PAS DE PARDON " !

Cette lettre " TAV " est la dernière de l'alphabet hébraïque, placée côte à côte avec le " aleph " qui en est la première, on obtient deux mots pleins de signification prophétique :
את

אות Abrégé de twa , signifie " signe " dans le sens de "prodige" ou "miracle" ( OD).
Alors combien de passges de l'Ecriture deviennent clairs : "Le Seigneur Lui-même vous donnera UN SIGNE, voici LA VIERGE deviendra enceinte et enfantera UN FILS et lui donnera le nom de IMMANOU-EL (Dieu avec nous) Esaïe 7:14; et le même Esaïe, voyant déjà prophétiquement la croix (qui est devenu pour le monde entier symbole de rédemption) a dit : " Le temps est venu de rassembler toutes les nations et toutes les langues, elles viendront et verront ma gloire, JE mettrai UN SIGNE parmi elles ..." Esaïe 66:18.
L'Ecriture Sainte appelle Yéshoua " l'Alpha et l'Oméga" qui sont la première et la dernière lettre de l'alphabet grec, mais l'équivalent exprimé en hébreu donne :
" JE SUIS L'ALEPH ET LE TAV" (Apoc.22:13), ce qui donne la figure suivante :
את Sans perdre de vue ces deux lettres que nous allons retrouver d'une manière étonnate dans les paroles du prophète Zacharie, annonçant la venue du Messie : "L'Éternel PARAITRA et combattra ces nations (qui viendront contre Jérusalem), SES PIEDS se poseront sur la Montagne des Oliviers"... (Zach.14:3-4). " ... Alors JE RÉPANDRAI sur la maison de David et les habitants UN ESPRIT de grâce et de supplication et ils tourneront les regards vers MOI, CELUI qui A ÉTÉ PERCÉ et ils pleureront sur LUI comme on pleure sur un FILS UNIQUE" (Zacharie 12:10)

Le plus extraordinaire de ce passage vient de ce que l'on trouve un autre mot écrit de la même manière t a au beau milieu de cette phrase parlant de "CELUI" qui a été percé et le désigne clairement : C'est le SACRIFICE et LE SIGNE de la rédemption, donc indiscutablement Yéshoua qu'on appelle aussi Jésus ! C'est LUI qui est venu une fois pour payer à Golgotha le PRIX de notre rachat, c'est aussi Lui qui va REVENIR, avec les MARQUES dans SES MAINS !

En résumé
Yéshoua est :
LA MAISON (Beth),
LE CHEF ou la TÊTE (Rech) qu'Esaïe appelle "SAR SHALOM" (Le Prince de la Paix) voir Es.9:5,
LE SACRIFICE (Aleph) pour la rédemption de nos péchés,
LE MEPRISE du peuple (Shin),
LA MAIN DE L'ETERNEL (Yad), venue parmi LES JUIFS (Yéod) et enfin, LE SIGNE : crucifié pour les péchés de tous les hommes
LA MARQUE ( Tav) de leur salut.

C'est pourquoi Simon Képhas (Simon Pierre) a raison d'affirmer au peuple d'Israël qui l'écoutait : "Le DIEU de nos Pères A RESSUSCITE Yéshoua (Jésus) que vous avez tué en le pendant au bois, DIEU L'a ELEVE par sa droite comme PRINCE et SAUVEUR pour DONNER A ISRAEL la REPENTANCE et le PARDON DES PECHES, NOUS sommes TEMOINS DE CES CHOSES,, de même que l'ESPRIT SAINT (Rouah Hakodesh) que Dieu a DONNE à CEUX QUI LUI OBEISSENT " ! (Actes 5:30-32)

Bill


Marmhonie a écrit:בְּרֵאשִׁית בָּרָא אֱלֹהִים : architecture


Le titre hébraïque du premier livre de la Bible c'est "Béréchit", que nos versions françaises ont traduit par "Genèse"; c'est aussi le premier mot par lequel commence la Bible.

Savez-vous que ce mot  (béréchit) est à lui seul une véritable révélation du plan de Dieu pour sauver les Hommes ?
Avant de sonder les profondeurs cachées de ce mot, examinons la phrase d'où il est extrait :
" Beréchit bara Elohim eth hachamaïm vééth aarets ... Au commencement dans le principe Elohim créa les cieux et la terre ... "
בְּרֵאשִׁית בָּרָא אֱלֹהִים
Cette première phrase lapidaire, mais dans laquelle se trouve l'oeuvre gigantesque du Divin Architecte et Créateur de l'Univers, nous montre Sa Puissance Infinie et c'est en pensant à cette phrase extraordinaire de la " CRÉATION " que, plus tard, le Rabbi Shaül de Tarse (devenu Paul) dira sous l'inspiration de Dieu :
Romain 1-20 : " ...En effet, les perfections invisibles de Dieu, Sa Puissance Éternelle et Sa Divinité se VOIENT comme à l'oeil depuis la CRÉATION du monde quand on les considère dans ses ouvrages"'
C'est vrai ! Les OUVRAGES de Dieu portent SA SIGNATURE, laquelle est visible dans la CRÉATION et la BIBLE.

Toute la CRÉATION, que ce soit une plante, une pierre, les cieux, l'animal ou l'être humain, la NATURE toute entière porte la MARQUE DIVINE qui est SA SIGNATURE, et il faut être vraiment aveugle pour prétendre, comme certains, que Dieu n'existe pas !

Quant à la Bible, elle est LE LIVRE popularisé par excellence !
Tant de livres ont été écrits par les hommes, un seul a été dicté par l'Esprit de Dieu à des hommes qu'Il a inspiré et qui le plus souvent ont écrit des choses qui les dépassaient et qu'ils ne comprenaient pas ! Comme la nature entière, ce "Livre des livres" porte la signature de Dieu d'Abraham, d'Isaac et de Jacob.

La Torah juive est d'une architecture unique et parfaite
En la traduisant, on la démembre.

Dans la Bible, chaque mot, chaque nom, chaque phrase et même chaque lettre et chaque chiffre ont une valeur spirituelle et prophétique, qui nécessitent de notre part une attention très profonde.

Attention au piège des citations extraites en traduction
Ne nous contentons pas de lire un verset, mais essayons toujours de l'approfondir en demandant au Seigneur de nous en révéler toute la richesse, mais aussi en ouvrant tout grand les yeux et notre coeur.

Exemple avec בְּרֵאשִׁית
 Beth signifie : "maison", "temple". Le Temple de Jérusalem a été
construit en vue de la réalisation de la promesse Divine faite à Moïse :"J'HABITERAI AU MILIEU D'EUX" (Exode 25:9) et plus tard, à Zacharie : "Voici JE VIENS et J'HABITERAI au MILIEU de toi" dit l'Eternel. Ce n'était pas une promesse symbolique, mais une réalité qui se concrétisait quand est né à BETHLEHEM ( Beth-Lehem="maison du pain"), selon la prophétie d'Esaïe (ch 7:14) et de Michée (5:1) le Messie annoncé Yéchoua (appelé en grec : Jésus); plus tard, conscient de son Ministère Messianique, il est entré dans SON TEMPLE la MAISON DE DIEU et, encore une fois, l'Ecriture s'accomplissait :"J'enverrai mon "Messager" (ce fut Yohanan Amatbil appelé en grec Jean le Baptiseur), il préparera le chemin devant MOI et, soudain, ENTRERA DANS SON TEMPLE le SEIGNEUR que vous cherchez, le MESSAGER DE L'ALLIANCE (l'Alliance Nouvelle: Bérith adasha, voir Jér.31:31 à 33) que vous désirez" - Malachie 3:1)

 signifie : "tête" (personnage important) et aussi "pierre" (Roch) et
"pauvreté" (Rech). Nous avons là quelques caractéristiques révélées de "Celui" qui est né à Bethléem et est entré dans la Maison de Dieu ; l'Ecriture Sainte affirme qu'Il est " La TETE (ou le Chef) du corps de l'Assemblée" (Colos. 1:18 -version Darby) et c'est aussi LUI qui est LA PIERRE ANGULAIRE (Roch Pina) dont David a parlé en disant :" La pierre qu'ont rejetée ceux qui bâtissaient est devenue la PIERRE de l'ANGLE (Roch Pina) " (Psaume 118:22). C'est en effet ce qui est arrivé : jusqu'à ce jour, hélas ! Yéchoua est rejeté des siens, mais il est LA PIERRE MAITRESSE de tout l'Edifice, et le jour est proche où tout Israël l'acclamera pour qu'il soit LE ROCHER D'ISRAËL et SON ROI ! Enfin, nous n'ignorons pas que Yéchoua se plaisait parmi les pauvres et les humbles, et il avait choisi d'être l'un d'entre eux, aussi pouvait-il être écrit de Lui :"Vous connaissez la grâce de notre Seigneur Yéchoua Hamachiah (Jésus le Messie) qui POUR VOUS s'est FAIT PAUVRE de riche qu'il était, afin que par sa PAUVRETE vous fussiez enrichis" (2Cor 8:9)

signifie :"Boeuf " (symbole de force et de sacrifice). Autrefois, en
Israël, c'était le Souverain Sacrificateur qui devait manifester ce deux attributs : La FORCE d'intercession pour tout le peuple dont il avait la charge, et c'était lui qui, une fois par an pour Yom Kippour (Jour de l'expiation), devait apporter et offrir à Dieu, dans le "Lieu Très Saint" du Temple, le sang des SACRIFICES pour le pardon des péchés du peuple. Mais au temps fixé par Dieu, ce qui n'était que symbole est devenu réalité ! Cette lettre Aleph représente exactement Yéchoua le VRAI Souverain Sacrificateur d'Israël et c'est de lui que Dieu a dit : " Tu es SACRIFICATEUR pou TOUJOURS à la manière de Melchisédec " Psaume 110:4). Il lui a fallu LA FORCE du buffle pour accomplir son oeuvre de rédemption en intercédant pour les coupables comme l'Ecriture le disait à l'avance : " Il a porté les péchés de beaucoup d'hommes et il a intercédé pour les coupables" (Esaïe 53:12), et LE SACRIFICE (le vrai "YOM KIPPOUR") a été offert UNE FOIS POUR TOUTES, non avec le sang d'animaux, mais avec SON PROPRE SANG, afin d'accomplir la prophétie d'Esaïe : "Mais "IL" était blessé pour nos péchés, BRISE pour nos iniquités, le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur "LUI" et c'est par ses MEURTRISSURES que nous sommes guéris" ( Esaïe 53 :5)
Il est bon de remarquer encore que "Aleph" signifie aussi "enseigner", "instruire" et c'est exactement ce que notre Messie Yéshoua a fait tout au long de son ministère terrestre, son enseignement trouvait écho dans les coeurs parce que ce n'était pas les discours de l'intelligence humaine, mais LA VÉRITÉ de Dieu en accord avec l'Écriture et accompagnée de la PUISSANCE DIVINE ; ses ennemis même étaient obligés de le reconnaître et disaient " Rabbi, nous SAVONS que tu es VRAI et que tu ENSEIGNES la voie de Dieu selon la VERITE sans t'inquiéter de personne, car tu ne regardes pas à l'apparence des hommes..." (Matth.22:16)

signifie :"Dent " (Shen) et "haïr", mépriser (Shano) Il est courant de
dire de quelqu'un contre lequel on a de la rancune, de la haine ou du mépris, qu'on a "une dent contre lui". Ainsi cette lettre hébraïque montre prophétiquement ce qui est arrivé à Israël dans son attitude envers Yéshoua : très populaire parmi le peuple, parce qu'il apportait un message d'espérance et de délivrance, il a vite suscité la HAINE et le MÉPRIS des chefs religieux, est c'est leur influence dominatrice qui, peu à peu, dressa une grande partie du peuple contre "CELUI" qui, incontestablement d'après l'Ecriture, était L'ENVOYE et LE MESSIE annoncé !
Il faut aussi préciser que LE MESSIANISME des disciples de Yéshoua (devenu en grec : CHRISTIANISME) a perdu au fil des siècles le contact avec "sa racine" , le peuple d'Israël, et sous l'influence du paganisme s'infiltrant en masse dans l'Église au temps de Constantin, l'antisémitisme "chrétien" (ou soit-disant tel) commence ses ravages diaboliques en rendant "tous" les Juifs responsables de la mort de Jésus, alors que le Livre des Actes montre clairement que des foules entières de Juifs ont été les premiers à reconnaître en Yéshoua (Jésus) leur Messie et Sauveur ! Le peuple d'Israël confondant le Christ et ceux qui se prétendant Chrétiens le servaient si mal, le rendirent responsables de leurs souffrances et manifestaient HAINE et MÉPRIS contre "CELUI" qui était et qui est le digne descendant (selon la chair) du roi David ! Mais encore une fois ne fallait-il pas que l'Ecriture fût accomplie ? Or, celle-ci disait qu'il serait ..." Méprisé et Abandonné des hommes, homme de douleur et habitué à la souffrance, semblable à celui dont on DÉTOURNE LE VISAGE , nous l'avons DEDAIGNE, nous n'avons FAIT DE LUI AUCUN CAS, cependant ce sont NOS souffrances qu'il a portées, c'est de NOS douleurs, qu'il s'est chargé et nous l'avons considéré comme PUNI FRAPPE de Dieu et HUMILIE " Esaïe 53 :3-4.

Yod signifie :"Main " Yad et "Juif" (Yéoud) (symbole de la main de
Dieu). De nombreuses fois dans la Bible, il est question de "LA MAIN DE l'ÉTERNEL", et là non plus ce n'est pas une expression symbolique, mais une réalité : poussé par l'Esprit de Dieu, Esaïe le prophète parlant au Nom du Seigneur a dit au sujet de Jérusalem :" ... Voici JE t'ai GRAVE sur MES MAINS" ...(Esaïe 49:16) et c'est bien à Jérusalem que Yéshoua a été crucifié et ses MAINS percées :étant le Messie, il devait, selon l'Ecriture accomplir l'expiation pour le peuple; les preuves évidentes, dans l'Ancien Testament ne manquent pas, en voici deux : Zacharie, décrivant prophétiquement la venue du Messie, dit :" Ils tourneront les regards vers MOI, CELUI QUI A ÉTÉ PERCE " (Zach.12:10), tandis que David, sous l'inspiration Divine, voyait les souffrances du Messie et s'écriait :" ... Ils ont PERCE MES MAINS et mes pieds..." (Psaume 22:17)
D'autre part, Yéshoua était JUIF et lui-même a dit :" LE SALUT VIENT DES JUIFS" (Jean 4:22), désignant ainsi LUI-MÊME, puisque cette phrase
prononcée en hébreu : " Ayéchoua mine ayéoudim" peut littéralement se traduire ainsi : "Yéshoua (Jésus) vient des Juifs !

Tav,signifie :"Signe " "Marque" "Signature" et en grec, la même lettre se dit :" Tau " et se présente ainsi sous la forme d'une croix : t (T, t). Oui, nous
l'avons certainement compris, la crucifixion du Messie Yéshoua est LE SIGNE, LA MARQUE, LA SIGNATURE DIVINE pour le rachat des hommes ! Toute l'Écriture affirme que " SANS EFFUSION DE SANG, IL N'Y A PAS DE PARDON " !
Cette lettre " TAV " est la dernière de l'alphabet hébraïque, placée côte à côte avec le " aleph " qui en est la première, on obtient deux mots
pleins de signification prophétique :

Abrégé de twa , signifie " signe " dans le sens de "prodige" ou "miracle" ( OD).
Alors combien de passges de l'Ecriture deviennent clairs : "Le Seigneur Lui-même vous donnera UN SIGNE, voici LA VIERGE deviendra enceinte et enfantera UN FILS et lui donnera le nom de IMMANOU-EL (Dieu avec nous) Esaïe 7:14;

et le même Esaïe, voyant déjà prophétiquement la croix (qui est devenu pour le monde entier symbole de rédemption) a dit : " Le temps est venu de rassembler toutes les nations et toutes les langues, elles viendront et verront ma gloire, JE mettrai UN SIGNE parmi elles ..." Esaïe 66:18.
L'Ecriture Sainte appelle Yéshoua " l'Alpha et l'Oméga" qui sont la première et la dernière lettre de l'alphabet grec, mais l'équivalent exprimé en
hébreu donne :
" JE SUIS L'ALEPH ET LE TAV" (Apoc.22:13), ce qui donne la figure suivante :
t aSans perdre de vue ces deux lettres que nous allons retrouver d'une manière étonnate dans les paroles du prophète Zacharie, annonçant la venue du Messie : "L'Éternel PARAITRA et combattra ces nations (qui viendront contre Jérusalem), SES PIEDS se poseront sur la Montagne des Oliviers"... (Zach.14:3-4). " ... Alors JE RÉPANDRAI sur la maison de David et les habitants UN ESPRIT de grâce et de supplication et ils tourneront les regards vers MOI, CELUI qui A ÉTÉ PERCÉ et ils pleureront sur LUI comme on pleure sur un FILS UNIQUE" (Zacharie 12:10)
Le plus extraordinaire de ce passage vient de ce que l'on trouve un autre mot écrit de la même manière t a au beau milieu de cette phrase parlant de "CELUI" qui a été percé et le désigne clairement : C'est le SACRIFICE et LE SIGNE de la rédemption, donc indiscutablement Yéshoua qu'on appelle aussi Jésus ! C'est LUI qui est venu une fois pour payer à Golgotha le PRIX de notre rachat, c'est aussi Lui qui va REVENIR, avec les MARQUES dans SES MAINS !

En résumé
Yéshoua est :
LA MAISON (Beth),
LE CHEF ou la TÊTE (Rech) qu'Esaïe appelle "SAR SHALOM" (Le Prince de la Paix) voir Es.9:5,
LE SACRIFICE (Aleph) pour la rédemption de nos péchés,
LE MEPRISE du peuple (Shin),
LA MAIN DE L'ETERNEL (Yad), venue parmi LES JUIFS (Yéod) et enfin, LE SIGNE : crucifié pour les péchés de tous les hommes
LA MARQUE ( Tav) de leur salut.

C'est pourquoi Simon Képhas (Simon Pierre) a raison d'affirmer au peuple d'Israël qui l'écoutait : "Le DIEU de nos Pères A RESSUSCITE Yéshoua (Jésus) que vous avez tué en le pendant au bois, DIEU L'a ELEVE par sa droite comme PRINCE et SAUVEUR pour DONNER A ISRAEL la REPENTANCE et le PARDON DES PECHES, NOUS sommes TEMOINS DE CES CHOSES,, de même que l'ESPRIT SAINT (Rouah Hakodesh) que Dieu a DONNE à CEUX QUI LUI OBEISSENT " ! (Actes 5:30-32)

Excellent clap ces vos recherches personnelles ?

Marmhonie

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Nota Bene


Ce que sont réellement ANCIEN & NOUVEAU testament
Il est d'usage d'après la tradition chrétienne d'utiliser comme nom des deux livres de la Bible "Ancien et Nouveau Testament" En réalité il serait plus judicieux d'utiliser les mots précis tels que "l'Ancienne (la TORA - le TENACH ) et Nouvelle Alliance (la B'rit Hadasha) ". Le testament présuppose la mort du testateur comme en parle l'apôtre Paul dans l'épitre aux Hébreux alors que notre Dieu est Vivant, notre Messie est réssuscité de mort qu'il était. lire le traité Une alliance Nouvelle !

Hébreux 9: 15-24 : Et c'est pour cela qu'il est le médiateur d'une nouvelle alliance, afin que, la mort étant intervenue pour le rachat des transgressions commises sous la première alliance, ceux qui ont été appelés reçoivent l'héritage éternel qui leur a été promis. 16 Car là où il y a un testament, il est nécessaire que la mort du testateur soit constatée. 17 Un testament, en effet, n'est valable qu'en cas de mort, puisqu'il n'a aucune force tant que le testateur vit. 18 Voilà pourquoi c'est avec du sang que même la première alliance fut inaugurée. 19 Moïse, après avoir prononcé devant tout le peuple tous les commandements de la loi, prit le sang des veaux et des boucs, avec de l'eau, de la laine écarlate, et de l'hysope; et il fit l'aspersion sur le livre lui-même et sur tout le peuple, 20 (9-19) en disant: (9- 20) Ceci est le sang de l'alliance que Dieu a ordonnée pour vous. 21 Il fit pareillement l'aspersion avec le sang sur le tabernacle et sur tous les ustensiles du culte. 22 Et presque tout, d'après la loi, est purifié avec du sang, et sans effusion de sang il n'y a pas de pardon. 23 Il était donc nécessaire, puisque les images des choses qui sont dans les cieux devaient être purifiées de cette manière, que les choses célestes elles-mêmes le fussent par des sacrifices plus excellents que ceux-là. 24 Car le Messie (Christ dans le texte) n'est pas entré dans un sanctuaire fait de main d'homme, en imitation du véritable, mais il est entré dans le ciel même, afin de comparaître maintenant pour nous devant la face de Dieu.

Les historiens juifs déclarent à propos de Jésus
Il n’a jamais remis en question la pratique des sacrifices (uniquement la conduite des vendeurs du Temple), ou la conduite privée indiquée par la Tora. Bien au contraire, ils confirment qu'il respecte le Shabbat – "il est vrai que ses disciples l’ont occasionnellement profané, mais Jésus a affirmé qu’ils étaient en danger de mort" ; "on lui reproche d’avoir guéri des malades en ce même jour saint, mais comme cela était de manière miraculeuse, il n’est pas très clair à quel titre on le lui a reproché..." –
Ces mêmes historiens déclarent qu' il pratique la fête de Pessa‘h, met des tsitsioth (petites franches attachées au "TALID" châle de prière traditionnel juif) à ses habits, respecte les prières, etc. , que de très nombreux enseignements de Jésus sont évidemment inspirés par des sources juives, et notamment la fameuse règle d'or : "Tu aimeras ton prochain comme toi-même" (Wayiqra/Lévitique 19,18).
Toujours des dires de ces juifs qui ne croient bien sûr pas en Jésus, confirment qu' il est "historiquement incontestable que les voies ne se sont séparées que bien plus tard dans ce domaine, ce qui prouve bien que ceux qui ont connu Jésus ont su qu’il respectait la Torah.

Dernier rappel
Les Evangiles eux-mêmes ne sont basés que sur des enseignements prêchés dans la synagogue et dans le Temple juifs.

Bill


Vous demandez toujours que l'on donne les sources de ce qu'on écrit, vous devez faire la même chose, sinon, on pourrait croire que ça vient de vous. grsour

http://el-bethel.fr/wp-content/uploads/Berechit2.pdf

Mikael

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
En fait c'est plus un traité philosophique juif qu'une expliquation de la signification biblique du mot Berechit.

Marmhonie

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Mikael a écrit:En fait c'est plus un traité philosophique juif qu'une expliquation de la signification biblique du mot Berechit.
Cher Mikael,

Tu n'as donc pas compris que c'est la transmission de mes connaissances en קבלה Cabbale juive ?

Les autres forums donneraient tout pour avoir cette primeur, et non seulement la juive mais aussi la chrétienne depuis le XIII siècle.

Une fois encore, il n'y a pas de notion de "philosophie" en hébreu, c'est grec.

Donc soit vous suivez, soit vous poussez sans faire de réflexions inutiles qui n'apportent rien au savoir transmis.
Merci ^_^

Josué

avatar
Administrateur
La kabbale et la bible ça fait deux et je ne suis pas sur que c'est bien compatible avec l'enseignement des saintes écritures.

Marmhonie

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
פתיחה לחכמת הקבלה_Présentation de l'Esprit [Pneuma] de la Cabbale



גילוי המציאות העליונה_Les mondes invisibles du Commencement dans le Principe
חכמת הקבלה דנה במבנה המציאות הכוללת, מתחילתה. חכמה עתיקת יומין זו נמסרה לנו על ידי אנשים שפיתחו תכונות, כלים ושיטות להשגת הטבע הרוחני. אותם בעלי השגה חקרו את המציאות לעומקה וסיפרו לנו את אשר השיג

L'Esprit de la Cabbale rapporte la structure de la réalité des 4 mondes invisibles (plus au fin fond le notre qui est aveugle). Ce savoir sapiential  est transmis par ces prophètes qui ont reçu des grâces de הויה, et le surnaturel propice pour atteindre la nature spirituelle de הויה par la vision béatifique. En explorant la réalité mystique en profondeur du בראשית vous nous direz comment évolue votre lecture de la Bible.

([Pneuma] : https://www.enseignemoi.com/bible/strong-biblique-grec-pneuma-4151.html)

פרולוג של יוחנן הקדוש l בראשית/Genèse et Prologue de St Jean
הסיפור המדהים של הרב יוחנן בנון ז"ל. Voici l'incroyable martyr [témoignage] de Rabbi Yohanan (Saint Jean).
הוא היה אדם שונה עם עתיד חדש. יוחנן אז הבין שהחלום שלו לא היה רק​​ חזון או
הודעה אבל עירוי  על הידע של כל תורת זוהר והלימוד הקבלית.
באופן שלא ייאמן, כאשר יוחנן פתח את ספר הזוהר עכשיו הוא הוא הבין את פניו של המשיח

Il était une personne différente avec un nouvel avenir. Saint Jean réalisa alors que son rêve n'était pas seulement une vision
Le Prologue est une infusion sur la connaissance de tous les enseignements du Zohar et de l'apprentissage kabbalistique. Ce qui est incroyable, c'est qu'on lit bien que Saint Jean s'était ouvert au Livre du Zohar et maintenant, il avait compris le visage du Christ.

...בתוך זמן קצר/...Dans peu de temps

samuel

avatar
Administrateur
Ce sujet basé sur la cabbale devrait se trouver dans la section juive à mon humble avis.

Marmhonie

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
samuel a écrit:Ce sujet basé sur la cabbale devrait se trouver dans la section juive à mon humble avis.
C'est un avis possible, avec le revers de la médaille.
Si nous nous coupons de l'hébreu, n'allons plus donner de fausses apparences en écrivant יהוה comme on aime à le faire alors que personne ne sait seulement l'alphabet hébreu.

De plus, j'ai mis cet alphabet et bien des notions tellement élémentaires pour un judaïsant, que c'est trop simple.

Il faut vous rendre à l'évidence, tout comme en grec, il faut à tout chrétien et musulman une base hébreu. Les premiers tombenont de haut en s'avouant ne rien avoir appris jusqu'alors, et qu'ils se leurrent en faisant semblant.
Les musulmans vont s'apercevoir que leur Coran n'est que du judaïsme et qu'ils se font manipuler depuis 1300 ans.

Tout ça, les juifs le savent et s'en moquent.

Quand on pense à cette thèse canular selon laquelle les écrits grecs du Nouveau Yestament auraient été manipulés par l'Église (latine romaine au passage), 300 ans après JC, avec la pensée de Platon, alors que ça, c'est l'ancien empire d'Alexandre le Grand 300 ans avant JC !

Si nous ne posons pas ces bases élémentaires d'hébreu (tout l'Ancien Testament !) et les bases grecques (tout le Nouveau Testament), les mensonges contre la Bible continueront de pleuvoir.

Du reste, personne ne m'aide, chacun y va de son avis qui ne repose sur rien.

Cette méthode du bilinguisme commence à peine. Elle va tomber sur les autres religions, et toutes les arnaques tomberont.

Dans la Bible, tous les prophètes, les Douze, Jésus, Paul de Tarse, ils sont tous juifs ! C'est ainsi.

vulgate

avatar
Marmhonie a écrit:
samuel a écrit:Ce sujet basé sur la cabbale devrait se trouver dans la section juive à mon humble avis.
C'est un avis possible, avec le revers de la médaille.
Si nous nous coupons de l'hébreu, n'allons plus donner de fausses apparences en écrivant יהוה comme on aime à le faire alors que personne ne sait seulement l'alphabet hébreu.

De plus, j'ai mis cet alphabet et bien des notions tellement élémentaires pour un judaïsant, que c'est trop simple.

Il faut vous rendre à l'évidence, tout comme en grec, il faut à tout chrétien et musulman une base hébreu. Les premiers tombenont de haut en s'avouant ne rien avoir appris jusqu'alors, et qu'ils se leurrent en faisant semblant.
Les musulmans vont s'apercevoir que leur Coran n'est que du judaïsme et qu'ils se font manipuler depuis 1300 ans.

Tout ça, les juifs le savent et s'en moquent.

Quand on pense à cette thèse canular selon laquelle les écrits grecs du Nouveau Yestament auraient été manipulés par l'Église (latine romaine au passage), 300 ans après JC,  avec la pensée de Platon, alors que ça, c'est l'ancien empire d'Alexandre le Grand 300 ans avant JC !

Si nous ne posons pas ces bases élémentaires d'hébreu (tout l'Ancien Testament !) et les bases grecques (tout le Nouveau Testament), les mensonges contre la Bible continueront de pleuvoir.

Du reste, personne ne m'aide, chacun y va de son avis qui ne repose sur rien.

Cette méthode du bilinguisme commence à peine. Elle va tomber sur les autres religions, et toutes les arnaques tomberont.

Dans la Bible, tous les prophètes, les Douze, Jésus, Paul de Tarse, ils sont tous juifs ! C'est ainsi.
Bien entendu. Ceci-dit, la Kabbale (ou Cabbale) n'est pas comparable avec la Bible. Pour dire que quelqu'un a élaboré un complot, on dit qu'il a monté une cabale. Ce qui en dit long sur la Cabbale.

Marmhonie

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Doit-on répondre ?
La cabbale est juive, la cabale est chrétienne. La première nait avec Moise car elle est le corpus de commentaires des textes sacrés.

La seconde nait au 13e siècle sans aucun rapport.

Quand à l'expression "monter une cabale", c'est un devoir de lutte franc-maçon pour effondrer le christianisme.

Vous voyez qu'avec de tels propos confus, le mieux sera plus tard de nettoyer ces propos hors-sujets et pervers.

Je recentre sur le sujet : Berechit bara Elohim, בְּרֵאשִׁית בָּרָא אֱלֹהִים
C'est un sujet Enseignement de Genèse.

Marmhonie

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Berechit est le passage de dos à dos originel au côte à côte, deux est sa valeur car l'humain ne peut vivre que homme avec femme



Si l'homme et la femme se faisaient face, comme maintenant, ils tomberaient dans les régions de l'Aleph, la lutte précipitant leur chute. Ce que fera le Serpent.
La femme n'est pas sorti d'une côte de l'homme, c'est absurde. La femme s'est portée côte à côte pour honorer le Berechit voulu par Elohim.


Universalité du Berechit
On peut essayer par l'universalité des langues de s'approcher le plus possible du concept de Bereshit.

en latin=in principio=dans le principe
en grec=en arché=dans l'archétype
en français=au commencement
en anglais=in the beginning

Berechit est l'action d'Elohim de se projeter lui-même dans Sa nature pour se révéler aux humains qui sont extérieurs aux 4 mondes surnaturels, et poser l'humain dans le monde aveugle de ses sens, d'espace et de temps.
Bereshit englobe toutes ces notions et les surpasse. En plus Berechit contient en nombre son sens exact.

Les 9 ordres des anges des 4 mondes inaccessibles aux humains
On dit que toute l'Histoire, passée et future, est contenue dans le Pentateuque. Rien n'est plus vrai.
C'est ainsi que fut établie une hiérarchie de classe des anges et autres intermédiaires entre Elohim et les hommes pourtant fait à Son image. La tradition en compte 9, regroupées en trois groupes de 3 :
- les êtres Supérieurs : Séraphins, Chérubins, Trônes ;
- les êtres Intermédiaires : Dominations, Puissances, Vertus ;
- les êtres de Lumière ou Gardiens : Principautés, Archanges, Anges.

La Hiérarchie que le Pentateuque enseigne par la pensée hébraïque
Les séraphins
Ordre le plus élevé de la hiérarchie angélique, les Séraphins sont également en relation directe avec Elohim. On dit que la lumière qu'ils irradient est si intense que personne, pas même une entité divine, ne peut les fixer du regard. Leur nom provient d'ailleurs de l'hébreu seraphim qui signifie " brûlant ". Ils sont d'après l'Apocalypse au nombre de quatre, les Quatre êtres Sacrés de la Révélation :


" Le premier être vivant est semblable à un lion,                        (Saint Marc †)
le second être vivant est semblable à un veau,                          (Saint Luc †)
le troisième être vivant a la face d'un homme,                           (Saint Matthieu †)
et le quatrième être vivant est semblable à un aigle qui vole. "     (Saint Jean †)
(Apocalypse 4-7)


On les décrit encore comme des anges avec 4 visages et 6 ailes. Ils aident à consumer chacun des 7 péchés capitaux.

Les chérubins
Ils détiennent et protègent la Connaissance divine. Ils sont également chargés des plus hautes tâches : l'Expulsion d'Adam et Eve, l'Annonciation du Christ... Satan fit partie de cette caste avant sa chute ! Leur nom provient de l'hébreu kerubim, qui signifie " semblables à des enfants ". On représente les Chérubins comme de majestueuses créatures aux corps de sphinx, aux ailes d'aigle et aux visages humains ou de lion, à l'instar des statues assyro-babyloniennes que l'on trouvait à l'entrée de villes telle que l'antique Babylone - la chrétienté s'est beaucoup inspirée de l'imaginaire akkadien (ancienne Mésopotamie). (cf. Psaume 18-10). On retrouve leur représentation sur l'Arche d'Alliance. Ils protègent l'Arbre de Vie du Jardin d'Eden grâce à leur épée flamboyante. Surnommés Esprits des Harmonies, ils redistribuent les vecteurs d'influence issus des 12 signes du zodiaque.

Les trônes
Ils constituaient à l'origine le chariot de Elohim. Ils dispensent le jugement de Elohim et transmettent Sa volonté avec impartialité et humilité. On les décrit parfois comme de grandes roues couvertes d'yeux grands ouverts irradiant une lumière douce et chaude ; ils reçoivent alors l'appellation d'ophanim, ce qui signifie " les roues qui tournent " en hébreu. Ils permettent la compréhension des épreuves de la vie. Ce sont aussi les anges compagnons des planètes.

Les dominations
Ils constituent la classe privilégiée des échanges entres les sphères spirituelle et terrestre des chœurs angéliques. Ils reçoivent leurs ordres directement des Séraphins et des Chérubins. Ils sont responsables du maintien de l'ordre cosmique. Ils ne prennent que très rarement une consistance physique. Ce sont les dispensateurs des grâces et bénédictions, des dons et vertus du Saint-Esprit. Ils insufflent également la confiance en la vie, l'optimisme et la joie.

Les puissances
Ils ont à charge l'une des tâches les plus dangereuses : protéger la barrière entre la Terre et le Paradis. Ils veillent constamment, en prévention d'une attaque ou d'une incursion démoniaque. Ils constituent donc la garde d'élite du Jardin d'Eden. Ils doivent également s'assurer de la pureté des âmes arrivant au Paradis. La très grande majorité des anges déchus provenaient de cette caste. Ce sont également les gardiens de l'Histoire collective et les garants des lois divines. Ils aident aussi à trouver le courage dans les épreuves et à s'affranchir des conditionnements extérieurs.

Les vertus
Ils maintiennent l'agencement de la nature (mouvement des corps célestes, phénomènes météorologiques...) et assurent la réalisation des miracles sur Terre sur impulsion divine. Ils aident les Hommes à découvrir, cultiver et défendre leur identité. Ce sont les anges de l'harmonie des désirs humains et des besoins spirituels. On les adopte en litanies car ils nous impriment ainsi un "pli vertueux".

Les principautés
Ils président à la protection des nations, cités et même des entreprises. Ce sont eux qui assurent les liens entre religion et politique. Leur pouvoir d'action est grand mais leur champ limité, ils sont en effet assignés à une zone géographique précise. Ils gèrent les devoirs des Anges et Archanges. Ils sont en relation avec les 7 chakras du corps humain et nous incitent à rechercher la beauté en toute chose.

Les archanges
Il s'agit en fait d'une classe spéciale des Anges. Non seulement ils ont à charge la surveillance des Anges, mais ils sont aussi le dernier recours direct pour les Humains qui sollicitent une aide divine quant à l'accomplissement de leurs réalisations. Porteurs de la connaissance, ils éveillent l'Homme au discernement, ainsi qu'au mysticisme de la foi et à l'héroïsme des œuvres. Ils adaptent les lois divines au monde physique. On dit aussi qu'ils sont les guerriers les plus émérites de l'armée du Paradis. On connaît plus particulièrement Gabriel (révélation de Mahomet entre autre), Michael, Raphaël, et Uriel.

Les anges
La classe privilégiée pour la communication entre Elohim et les Hommes. Les Anges sont les plus sensibles aux problèmes terrestres, et plus particulièrement aux relations entre les Hommes. Leur intérêt se porte plus sur l'Individu que sur les communautés. Leur fonction principale est guider l'Homme dans toutes les étapes importantes de sa vie. Ils favorisent l'introspection, qui révèle les ombres mais aussi les lumières de chacun. Ils protègent le destin de l'Individu et peuvent rendre invulnérable une âme chargée de mission. Ils sont en relation avec les sens (au nombre total de 9 !) Ce sont les messagers de la parole divine.


4 mondes angéliques, 9 ordres, et le comptage numérique hébraïque bâtit sur les lettres
Berechit est composé de 6 lettres rappelant les 6 jours de Création, du Berechit.
Ce premier verset se compose de 7 mots correspondant aux 7 jours de la semaine.
Et le nombre total des lettres qui composent ce verset est de 28 faisant référence aux 28 jours du mois juif.

La contemplation au sabbat du 7e jour pour que Elohim contemple Ses 4 mondes, c'est 28 (7x4).

Perspective d'une traduction en français
Il faut traduire Berechit par "Bible : au commencement dans le principe"
B exprime la Bénédiction comme seconde lettre idem de l'hébreu. "Bible" est bien le premier mot en tête, n'est-ce pas ?
"au commencement dans le principe" est la seule façon d'expliquer en traduisant, sans tomber dans le créationnisme et autres hérésies évangéliques bafouant l'Esprit du Verbe.

Si les gens savaient qu'ils ont une âme, ils verraient l'ordre du sens de la vie : sauver son âme à tout instant. Veillez et priez.

Marmhonie

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Josué a écrit:La kabbale et la bible ça fait deux et je ne suis pas sur que c'est bien compatible avec l'enseignement des saintes écritures.
Je cite le pasteur Charles Taze Russel en 1915 : "Dans la chronologie de la Bible, un “Temps” est une année symbolique. D’après la méthode de calcul juive, chaque année comprenait 360 jours ; par conséquent, utilisée symboliquement, chaque année signifierait 360 ans, et sept années symboliques semblables seraient une période de 2520 années litté-
rales. Ces Sept Temps ou sept années symboliques, commencèrent en 606 av. J.-C. à la destruction de Jérusalem et à l’expulsion de toute la nation dans Babylone, à l’époque où commencèrent les 70 années prédites de désolation de la terre (Jér. 25 :8-12 ; 2 Chron. 36 : 14-22), et ils se sont poursuivis depuis lors, nous le comprenons, ou jusque vers le 21 septembre dernier 1915."

Sans commentaire.

Mikael

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Ce calcul n'a rien à voir avec la Kabbale car il basé sur la bible.

Marmhonie

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Mikael a écrit:Ce calcul n'a rien à voir avec la Kabbale car il basé sur la bible.
D'abord tu confonds la caBBale juive avec la caBale chrétienne.

Russel fait de la caBale (avec un seul B) chrétienne.

Et dans la caBale chrétienne, les calculs se font exactement comme vous faites, Russel, Rutherford, Knorr, Franz : des prophéties basées sur des calculs de dates bibliques supposées ou justifiables.

Pour résumer
Ne pas confondre la caBBale (avec deux B) juive avec la caBale (un seul B) chrétienne qui commence au XIII siècle ap JC.

Autre erreur à ne pas commettre
Ne confondez pas la Bible, le Talmud, la Michna et la Guemara.
Ici, nous étudions en bilinguisme hébreu/français (seul forum francophone à offrir cela complètement) la pensée hébraïque de la Bible juive.

Pour l'étude du judaïsme
Se reporter ici

Marmhonie

avatar
MODERATEUR
MODERATEUR
Berechit ne peut se traduire par "Au commencement"


Revenons sir une série de canulars qui font les beaux jours des athées et des musulmans.
Celles et ceux qui croient que la Bible fut écrite par Dieu
Tous les textes de l'Ancien Testament sont des traditions orales mises tardivement par écrit. Aucun prophète n'a jamais écrit.

Qui croient que Berechit est le commencement de l'univers
Berechit ne porte pas sur notre univers physique.

Qui croient que Jésus a eu un Commencement
Même erreur catastrophique, consistant à croire que Berechit signifierait "Au commencement..." parce que les Bibles en langues vulgaires (uniquement) traduisent le moins mal.
--> ici pour en rire gentiment <--

Dans son Prologue, St Jean reprend en araméen Genèse 1-1.
Or pourquoi ne pas avoir traduit de l'hébreu : תֹ֙הוּ֙ וָבֹ֔הוּ et gardé tel quel "Tohu-Bohu" qui est du pur hébreu, et avoir traduit "Berechit" encore plus complexe ?

Ces fautes traditionnelles restent dangereuses pour les esprits simples, sans de véritables explications. Sinon, on peut déduire n'importe quoi Smile

Berechit, בְּרֵאשִׁית, est intraduisible
En réalité, Berechit n'est en usage que deux fois dans la Bible et esti ntraduisible comme le montrent dans diverses langues les changements par limitation :

En anglais : In the beginning
En latin : In principio
En français : Au commencement
En espagnol : En el principio
En allemand : Am Anfang
En portugais : No inicio
En arabe : في البداية
En russe : В начале
En chinois : 最初 (Zuìchū)


Comment traduire en français le moins mal ?
Bible : au commencement dans le principe traduit le moins mal en français בְּרֵאשִׁית Berechit.

"Il vaut mieux savoir que de se faire avoir" (S.A.)

Lechercheur


La toute première lettre du premier mot de la Bible a inspiré aux rabbins de multiples interprétations :

Dans la traduction française le premier mot du texte est « Au » — aucun intérêt donc... Mais en fait, le français « Au principe » traduit l'hébreu Bereshit (littéralement : Be « dans » + reshit « le principe, le commencement »).

La première lettre de Bereshit est donc la lettre Bet (prononcez comme « bête » !) qui est la deuxième lettre de l’alphabet — la première est aleph.

Cela pose une question aux rabbins : pourquoi la première lettre du premier mot du premier livre de l'Écriture n'est-elle pas la première lettre de l'alphabet ?
https://webmail1m.orange.fr/webmail/fr_FR/read.html?FOLDER=SF_INBOX&IDMSG=313938&check=&SORTBY=1

Contenu sponsorisé


Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum